1887

Études économiques de l'OCDE : Turquie 2010

image of Études économiques de l'OCDE : Turquie 2010

L'étude économique de l'OCDE de l'économie de Turquie pour 2010 examine les récents développements économiques, politiques et perspectives, et prend un regard particulier sur integration au marché mondeal des capitaux.

French English

.

Réformer la réglementation pour libérer la croissance à long terme

Au cours de la décennie écoulée, la Turquie a connu un processus de rattrapage rapide induit par une amélioration du cadre de la politique macroéconomique, une ouverture croissante aux échanges et aux investissements internationaux et l’esprit d’entreprise remarquable des chefs d’entreprise turcs. Pourtant, l’environnement des entreprises était défavorable, avec une réglementation restrictive des marchés des produits et du travail, mais l’économie semi-formelle ou informelle a largement contribué à l’expansion du secteur privé. La productivité a fortement progressé, mais l’utilisation de main-d’oeuvre est restée très faible, ce qui a eu des conséquences négatives pour la cohésion sociale et la croissance. Au cours de la période à venir, il ne sera pas possible d’accroître l’emploi et d’obtenir des gains de productivité plus importants sans procéder à de profondes réformes de la réglementation. Celles-ci devront principalement viser le marché du travail, où il faudra abaisser le salaire minimum, en le modulant éventuellement selon les régions, réduire les indemnités de licenciement et les cotisations sociales et mettre en place des formes de contrats d’emploi plus flexibles. Ces réformes sont à l’étude depuis longtemps, mais des obstacles politiques ont empêché leur mise en oeuvre. Pour sortir de cette impasse, il faut promouvoir une stratégie intégrée de réformes du travail et de transition vers l’économie formelle en expérimentant de nouvelles réglementations à caractère volontaire afin d’identifier les solutions les plus efficaces susceptibles d’être étendues ensuite à l’ensemble de l’économie. En outre, la Turquie doit assouplir davantage les réglementations des marchés de produits qui entravent la concurrence, en abaissant les obstacles à l’entrepreneuriat et à l’investissement direct étranger et en réduisant la présence de l’État dans le secteur des entreprises. La réalisation de ces réformes permettrait à la Turquie de connaître la prospérité au cours des prochaines décennies.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error