1887

2022 Études économiques de l’OCDE : Tunisie 2022

image of Études économiques de l’OCDE : Tunisie 2022

Les Tunisiens sont confrontés à la pire crise depuis une génération, conséquence du COVID-19, frappant une économie qui ralentissait déjà. Les politiques macroéconomiques ont limité la gravité de la récession, mais la pandémie a exacerbé les faiblesses structurelles, en particulier le faible taux d’investissement et de création d’emplois, le chômage élevé et l’informalité, l’inadéquation entre la demande et l’offre de compétences et l’émigration des professionnels hautement qualifiés. Les enfants, qui ont été privés d’école pendant une longue période, devront faire face à de vrais défis pour reprendre une vie normale. La deuxième Étude économique de l’OCDE fait le point sur les progrès réalisés depuis 2018 et émet des recommandations dans des domaines politiques clés tels que les dépenses publiques, les entreprises publiques, l’emploi, l’éducation, la formation professionnelle, le commerce, la fiscalité et l’environnement des affaires. La mise en œuvre de telles réformes produirait un dividende de croissance important et mettrait la dette publique sur une trajectoire plus soutenable. Mais si des mesures courageuses ne sont pas prises rapidement, la crise aura un effet durable sur le potentiel de la Tunisie à reprendre son processus de convergence des revenus.

CHAPITRES SPÉCIAUX : EMPLOI ET COMPÉTENCES

French Also available in: English

Améliorer les compétences et les perspectives d’emploi en Tunisie

Les taux de chômage restent élevés, surtout chez les jeunes arrivant sur le marché du travail. Le développement de l’accès à l’éducation a permis d’accroître l’offre de main-d’œuvre hautement qualifiée, mais, dans le secteur privé, la majorité des emplois ont été créés dans des activités peu productives et à faible intensité de main-d’œuvre qualifiée, si bien que le taux de chômage est élevé parmi les diplômés de l’enseignement supérieur, particulièrement chez les femmes. En outre, les systèmes d’enseignement et de formation professionnels ne tiennent pas compte des besoins du marché du travail et ne dotent pas les travailleurs des compétences exigées par les entreprises. Les politiques et la réglementation relatives au marché du travail entravent la création d’emplois formels et ne sont pas propices à une bonne adéquation entre les offres et les demandes d’emploi. Pour renforcer la dynamique des entreprises et l’innovation, mais aussi promouvoir la création d’emplois plus nombreux et de meilleure qualité, il est essentiel d’abaisser les obstacles réglementaires à l’entrepreneuriat et à l’entrée de nouveaux acteurs, d’accroître l’intégration internationale des entreprises et d’ajuster les impôts sur le travail. Il faut améliorer la qualité du système d’enseignement et de formation professionnels et favoriser la coopération avec le secteur privé pour mieux préparer les jeunes et les jeunes adultes aux besoins du marché du travail. Un meilleur ciblage des politiques actives du marché du travail (PAMT) et une réduction des obstacles à la mobilité de la main-d’œuvre sont indispensables pour rapprocher l’offre et la demande de travail.

French Also available in: English

Graphs

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error