1887

Études économiques de l'OCDE : Pays-Bas 2002

image of Études économiques de l'OCDE : Pays-Bas 2002

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée aux Pays-Bas examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés aux moyens pour faire face au vieillissement de la population, à la croissance de la productivité et à la nouvelle économie.

French English

.

La situation conjoncturelle s'est profondement modifiée

Les résultats macroéconomiques des Pays-Bas se sont nettement détériorés au cours des derniers trimestres. La croissance du PIB réel, qui accusait déjà une forte décélération avant les attentats de septembre, ne devrait être que de 1.4 pour cent en 2001 – contre une moyenne annuelle proche de 4 pour cent sur la période 1997-2000. Dans le même temps, la hausse de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) s’est très nettement accélérée, sous l’effet de facteurs extérieurs non récurrents, mais aussi en raison de l’alourdissement des coûts de main-d’œuvre. Bien que l’inflation ainsi mesurée semble avoir passé son point haut pour commencer à décroître, elle demeure la plus forte de la zone euro, et l’inflation tendancielle – c’est-à-dire non compris les produits alimentaires, l’énergie, les prélèvements de l’État et les impôts indirects – a, elle aussi, sensiblement progressé. De plus, le marché du travail ayant été très tendu pendant une longue période, les salaires et les coûts de main-d’œuvre se sont envolés et la position concurrentielle des Pays-Bas vis-à-vis de la zone euro et de leurs partenaires commerciaux dans leur ensemble devrait se dégrader nettement en 2001. Les perspectives sont extrêmement incertaines et pour l’instant plutôt sombres. Selon un scénario central plausible, quelques trimestres de croissance ralentie, accompagnées d’une inflation relativement forte des salaires et des prix et d’une aggravation du chômage seraient suivis par une reprise seulement timide à partir du second semestre de 2002. Le principal risque au plan interne est que la hausse des coûts salariaux reste trop forte.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error