1887

2017 Études économiques de l'OCDE : Luxembourg 2017

image of Études économiques de l'OCDE : Luxembourg 2017

Le Luxembourg affiche de solides performances économiques, grâce au dynamisme du secteur des services, à des politiques budgétaires saines et à une ouverture aux talents internationaux. Le rythme des créations d’emplois est soutenu et bénéficie non seulement aux résidents, mais aussi aux travailleurs transfrontaliers et aux migrants. Le secteur financier, très développé, fait l’objet d’une supervision satisfaisante, mais afin de réduire sa dépendance à l’égard du secteur financier, le gouvernement a préparé une stratégie pour une « troisième révolution industrielle » s’articulant autour des nouvelles technologies numériques et des énergies renouvelables.

Pour offrir les compétences requises dans ces nouveaux secteurs il sera en conséquence important de continuer d’améliorer le système éducatif, en mettant l’accent sur la formation continue. Il faudrait faire en sorte que l’offre de compétences coïncide mieux avec les besoins du marché du travail. Cela supposerait de réorienter les politiques du marché du travail en mettant l’accent sur le financement de programmes de formation visant à faciliter le redéploiement de la main d’œuvre plutôt que sur le soutien à la création d’emplois. Le Luxembourg bénéficie de la présence des immigrés, qui sont un atout pour l’économie du pays. Des difficultés d’intégration subsistent toutefois, en particulier en ce qui concerne les personnes issues de pays n’appartenant pas à l’UE, qui sont plus souvent au chômage. La maîtrise de la langue étant une condition préalable indispensable à une intégration réussie, l’offre publique de cours de langues devrait être encore développée. Des réformes de l’enseignement ont été entreprises pour rendre la scolarité plus équitable, aussi pour les enfants d’immigrés. Pour favoriser l’égalité hommes-femmes, le Luxembourg s’emploie à faciliter l’accès aux services de garde d’enfants et à rendre la fiscalité plus favorable à la parité.

THÈMES SPÉCIAUX : RENFORCER LES COMPÉTENCES ; AMÉLIORER L'INTÉGRATION DES IMMIGRANTS

French English

.

Mettre à profit les compétences pour que la croissance soit plus inclusive

Numérisation, automatisation et progrès technologiques poussent le monde du travail vers une mutation qui va influer sur les compétences nécessaires pour accomplir les nouvelles tâches qu’elle implique. L’emploi va se transformer : de plus en plus, les travailleurs devront s’adapter à une rapide évolution technologique, accepter plus de mobilité tout au long de leur carrière, et améliorer régulièrement leurs compétences pour rester employables. La main-d’œuvre du Luxembourg est hautement qualifiée, reflet de la concentration d’entreprises spécialistes du secteur financier et autres services internationaux haut de gamme. Il se pourrait cependant que certains emplois moyennement qualifiés, consistant en tâches répétitives – notamment les services de post-marché, de conservation et juridiques dans le secteur financier –, disparaissent sous l’effet de l’automatisation. Les travailleurs dotés de compétences solides et adaptables seront bien préparés pour tirer parti de ce nouvel environnement. Si de nombreuses personnes travaillant au Luxembourg possèdent déjà de telles caractéristiques, ce n’est pas le cas de bien d’autres, ce qui se traduit par un niveau relativement élevé d’inadéquation des compétences. Le système éducatif doit faire l’objet de nouvelles améliorations afin de pouvoir relever ce défi, d’équiper les jeunes de capacités techniques mais aussi de leur apprendre à apprendre, etd’éviter que de grands pans de la population ne soient laissés pour compte. Comme les panoplies de compétences devront être actualisées au fil de la carrière professionnelle, le système de formation initiale doit être complété par un système souple d’apprentissage tout au long de la vie, adapté aux besoins spéciaux des personnes dotées d’un bagage scolaire limité et des travailleurs âgés.Une meilleure exploitation des compétences existantes suppose de réorienter les politiques du marché du travail : au lieu d’appuyer la création d’emplois, elles devraient favoriser des programmes de formation de haute qualité, avec une forte composante d’apprentissage sur poste et en adéquation avec les besoins futurs du marché du travail. Le système de prélèvements et de prestations doit être ajusté de façon à renforcer les incitations à travailler pour les jeunes peu qualifiés, les travailleurs âgés et le deuxième contributeur de revenu au sein des ménages. Un régime d’imposition pleinement individualisé inciterait le deuxième membre des ménages à travailler et renforcerait la neutralité du système en fonction des sexes, tandis qu’un droit supplémentaire au congé parental pour les pères conduirait à un usage du travail à temps partiel plus équilibré entre hommes et femmes.

French English

Graphs

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error