1887

2010 Études économiques de l'OCDE : Hongrie 2010

image of Études économiques de l'OCDE : Hongrie 2010

Cette édition 2010 de l’examen périodique de l'OCDE consacré à l’économie de la Hongrie comprend les chapitres suivants :  retour à une croissance durable, viabilité de la réforme budgétaire, intensification de la stabilité financière par une meilleure réglementation et rôle accru de l’éducation dans la croissance.

French English

.

Soutenir le rythme de la réforme budgétaire

Le défi auquel se trouve confrontée la Hongrie est de restaurer sa crédibilité après avoir accusé de lourds déficits persistants. Les efforts déployés ces dernières années ont été très fructueux. Le déficit budgétaire a été nettement réduit et, malgré la récession, l’assainissement des finances publiques a raffermi la confiance des investisseurs étrangers. Il fallait néanmoins que l’ajustement budgétaire à court terme s’accompagne de mesures à même d’améliorer durablement la situation des finances publiques, ce qui a été fait, avec l’adoption en 2009 d’une réforme des retraites et d’une loi de responsabilité budgétaire, mettant en place un Conseil budgétaire et des règles budgétaires. Mais la tâche n’est pas terminée. Certaines réductions de dépenses, notamment du côté des rémunérations dans le secteur public, pourraient être difficiles à mettre en oeuvre. Par le passé, l’assainissement budgétaire a reposé à la fois sur la réduction des dépenses et l’augmentation des recettes. En conséquence, et malgré l’importante réforme fiscale qui a débuté au second semestre de 2009 et s’est poursuivie en 2010, les taux marginaux d’imposition restent élevés, ce qui a des effets négatifs sur le marché du travail et sur la croissance. Pour l’avenir, il faut que le gouvernement enraye la croissance des dépenses publiques et accroisse l’efficience de l’administration afin d’alléger l’« empreinte » du secteur public sur l’économie et de permettre des baisses d’impôts. L’administration publique et la santé sont les principaux domaines où l’effort devrait être intensifié. Il faudrait que le gouvernement fasse en sorte que le Conseil budgétaire puisse jouer un rôle prééminent, et une certaine expérience sera nécessaire avant d’envisager toute modification substantielle des règles budgétaires. Enfin, il faudra poursuivre les efforts déployés en vue d’atténuer les effets de distorsion résultant de la fiscalité, en réduisant encore les coins fiscaux et en donnant plus de poids à la taxation du patrimoine, notamment au niveau des collectivités locales.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error