1887

2002 Études économiques de l'OCDE : États-Unis 2002

image of Études économiques de l'OCDE : États-Unis 2002

L’édition 2002 de l'Étude économique consacrée aux États-Unis examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte un chapitre consacré à la réforme du système de santé et une annexe qui examine l’impact du 11 septembre sur les marchés financiers.

French English

.

Évolution récente et perspectives

L’activité économique a touché son point bas au second semestre de 2001, le coup de frein donné à l’activité par les attentats du 11 septembre ayant accéléré la dégradation qui s’était préalablement amorcée. Le taux de croissance du PIB réel a diminué pendant le premier semestre de 2001 et s’est stabilisé pendant les six mois suivants, de sorte que la moyenne annuelle rapportée à celle de l’année précédente n’a été que de ¼ pour cent (graphique 1, partie A). Le ralentissement de la croissance a été modéré, aussi bien par rapport aux baisses de PIB enregistrées lors des précédentes récessions (comme par exemple au début des années 90) que par rapport à l’effondrement des cours des valeurs mobilières depuis le début de 2000 et le choc des attentats terroristes. La demande intérieure finale a marqué une forte décélération et le déstockage a nettement affaibli la production ; en revanche, le solde extérieur a moins freiné l’activité que ces dernières années (tableau 1). Bien que le recul du PIB n’ait été que de courte durée, l’utilisation des ressources a chuté : le taux de chômage a quelque peu augmenté en 2001 par rapport à son point bas de 4 pour cent en 2000 et il a marqué une progression nettement plus forte au début de 2002, tandis que la production tombait un peu en deçà de son potentiel l’an dernier (partie B). L’inflation a marqué une décélération, grâce à la baisse des prix de l’énergie et à la détente de l’inflation sous-jacente (partie C). En raison de son caractère limité, la récession n’a pratiquement pas freiné les entrées de capitaux étrangers destinées à financer la demande intérieure, et le déficit des opérations courantes est resté proche de 4 pour cent du PIB...

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error