1887

2003 Études économiques de l'OCDE : Espagne 2003

image of Études économiques de l'OCDE : Espagne 2003

L’édition 2003 de l'Étude économique consacrée à l’Espagne examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Elle comporte des chapitres consacrés aux défis de la politique budgétaire, aux réformes structurelles et à l’immigration.

French English

.

Évaluation et recommandations

Les performances de l’Espagne sont restées remarquablement robustes grâce aux réformes structurelles réalisées depuis le milieu des années 90 et à la poursuite d’une politique macroéconomique saine. La progression de l’emploi a été forte et a permis à l’économie de croître plus rapidement que la moyenne de la zone euro, même lors du ralentissement récent. Pour prolonger cette performance à moyen terme, il est nécessaire de poursuivre le processus de réforme. En premier lieu, le différentiel d’inflation persistant avec la zone euro est inquiétant car il érode la compétitivité et pourrait conduire à une période de croissance plus faible. Cet écart d’inflation, qui résulte pour partie de facteurs exceptionnels, met en évidence le besoin de poursuivre les réformes du marché du travail et de renforcer la concurrence dans certains secteurs. Des réformes supplémentaires dans ce domaine contribueraient aussi à réduire le chômage, qui est principalement de nature structurelle et qui, malgré sa baisse considérable, reste parmi les plus élevés de la zone de l’OCDE. Deuxièmement, les gains de productivité sont restés faibles, en partie à cause des effets positifs de la vive expansion de l’emploi. Pour accélérer la convergence réelle par rapport aux autres pays, il faut éliminer les obstacles au développement d’activités à plus forte valeur ajoutée, promouvoir l’amélioration du capital humain, combler le retard en matière d’innovation et accélérer la diffusion des nouvelles technologies. Troisièmement, il serait souhaitable de réformer le marché immobilier en vue d’accroître la mobilité de la main-d’œuvre, d’améliorer l’allocation des ressources et d’empêcher les risques de bulles spéculatives de se développer. Enfin, des réformes sont nécessaires pour faire face aux conséquences du vieillissement de la population. Leur mise en œuvre progressive ne devrait plus tarder afin d’assurer la viabilité des finances publiques que menace la hausse des dépenses de pensions et des services médicaux et sociaux à partir de 2020-2025.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error