1887

2006 Études économiques de l'OCDE : Australie 2006

image of Études économiques de l'OCDE : Australie 2006

Dans l’édition 2006 de son étude de l’économie de l’Australie, l’OCDE constate que les réformes ont permis d’améliorer les performances de l’économie et sa résilience, mais qu’il reste encore des difficultés à surmonter, notamment réduire l’écart de productivité et augmenter le taux d’activité. Différents chapitres traitent des relations fiscales entre les différents niveaux d’administration, de la poursuite de la réforme des services d’infrastructure, de l’assouplissement des conditions d’emploi et de l’amélioration des incitations au travail, en particulier pour les travailleurs âgés et les femmes chargées de famille.

French English

.

Évaluation et recommandations

Les résultats macroéconomiques récents demeurent impressionnants : la croissance du produit intérieur brut (PIB) depuis le début du siècle a été supérieure à 3 % par an en moyenne et, si l’on tient compte des gains de termes de l’échange, le revenu national brut en termes réels a progressé de plus de 4 % en moyenne, les pays de l’OCDE étant peu nombreux à connaître une expansion aussi rapide; le taux de chômage est tombé à environ 5 %, niveau le plus bas depuis les années 70; l’inflation s’est maintenue dans les limites de la fourchette retenue comme objectif et, après une longue série d’excédents budgétaires, l’Australie compte parmi les rares pays de l’OCDE qui ont pu apurer l’endettement net de leurs administrations publiques. Le niveau de vie ne cesse de s’améliorer depuis le début des années 90 et il dépasse maintenant celui de tous les pays du G7, sauf les États-Unis. De vastes réformes, visant en particulier à intensifier la concurrence, ont joué un grand rôle à cet égard. Elles ont favorisé la croissance de la productivité, surtout durant la deuxième moitié des années 90. Le surcroît de flexibilité dont se sont accompagnées ces réformes, de même que la mise en place d’un solide cadre de politique monétaire et de politique budgétaire ont rendu l’économie plus réactive aux principaux chocs de cette dernière décennie : la crise asiatique de la fin des années 90, le ralentissement mondial vers le début de ce siècle, suivi d’une sécheresse catastrophique, la fin d’une envolée des prix immobiliers et, depuis quelque temps, la flambée des prix des matières premières.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error