1887

Comment va la vie ? 2017

Mesurer le bien-être

image of Comment va la vie ? 2017

Cette quatrième édition examine les différentes facettes des inégalités, démontrant que les lacunes dans les réalisations et opportunités des personnes ont un impact direct sur les différentes dimensions du bien-être. Elle révèle des disparités dans tous les pays de l’OCDE et décompose les résultats en fonction de l’âge, du sexe et du niveau d’études. Elle met également en évidence les nombreux freins au bien-être auxquels sont confrontés les immigrés lorsqu’ils essaient de s’adapter dans leur nouveau pays. Le rapport examine aussi le point de vue des citoyens sur les institutions, dévoilant les écarts entre les pouvoirs publics et les gens qu’ils servent. Enfin, à travers 41 fiches, il dresse un bilan pays par pays, identifiant les forces, défis et changements du bien-être au fil du temps.

Comment va la vie ? fait partie de l’Initiative du vivre mieux de l’OCDE, qui présente une série d’études et d’analyses sur le bien-être et sa mesure et comprend le site web interactif de l’Index du vivre mieux.

French English

.

La gouvernance et le bien-être

Dans l’esprit des citoyens, les institutions publiques sont censées créer les conditions favorables à leur épanouissement et à leur prospérité, être réceptives à leurs besoins, les aider dans certaines situations exceptionnelles, et s’acquitter efficacement de leurs fonctions. Ce chapitre s’intéresse au rôle que joue la gouvernance dans le bien-être de la population, et plus particulièrement aux rapports entre la population et les institutions publiques nationales. S’il est vrai que la gouvernance reste un concept multidimensionnel complexe, sans définition normalisée, les éléments constitutifs d’une « bonne gouvernance » et leur lien avec le bien-être sont, quant à eux, établis dans les travaux publiés. Pour chacun de ces éléments sont analysées des données comparatives, souvent limitées, issues en grande partie d’enquêtes auprès des ménages non officielles. Les données présentées dans ce chapitre indiquent notamment que les formes de participation politique autres que le vote sont fragiles, qu’un adulte sur trois seulement pense avoir son mot à dire concernant l’action publique, et que la population est généralement insatisfaite des initiatives nationales de réduction des inégalités. Le chapitre se conclut par une réflexion sur les principales dispositions à prendre pour mieux mesurer la gouvernance.

French English

Graphs

More
This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error