1887

Perspectives économiques en Afrique 2013

Transformation structurelle et ressources naturelles

image of Perspectives économiques en Afrique 2013

Seul rapport annuel assurant le suivi détaillé des performances économiques de 53 pays d’Afrique, Les Perspectives économiques en Afrique utilisent un cadre analytique rigoureusement comparable.

Cette édition 2013 met l'accent sur la transformation structurelle et les ressources naturelles en Afrique. Elle partage les enseignements tirés sur le continent et ailleurs sur la manière d’accélérer le changement structurel et d’amplifier le levier positif des ressources naturelles. Le rapport comprend également un aperçu des performances et des perspectives de l’Afrique, des notes par pays et une annexe statistique détaillée.

French Portuguese, English

.

Seychelles

OECD Development Centre

En 2012, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel des Seychelles a de nouveau ralenti, pour atteindre 2.8 % selon les estimations, contre 5 % en 2011. Ces résultats restent toutefois positifs au regard de l’incertitude qui plane sur l’environnement mondial, dont l’économie du pays est fortement tributaire. Ce tassement de la croissance s’explique par la poursuite du repli des entrées d’investissements directs étrangers (IDE) et par l’impact du renchérissement des denrées alimentaires et des carburants sur les fondamentaux macroéconomiques. Le pays a également souffert de l’instabilité du cours de change de sa monnaie, surtout au premier semestre 2012. La roupie seychelloise (SCR) s’est en effet dépréciée et l’inflation en milieu d’année a dépassé 9 %, son taux le plus élevé depuis 4 ans. Bien qu’en fin d’année l’inflation soit retombée à 7.1 %, le taux annuel est resté nettement plus élevé que celui de 2011. Malgré la baisse des recettes touristiques induite par la crise financière, le tourisme reste le principal moteur de la croissance du pays et a affiché une certaine résilience en 2012, bondissant d’environ 8 % sous l’effet d’une augmentation des entrées de visiteurs, surtout en provenance des marchés non traditionnels. La croissance du PIB devrait connaître une légère progression en 2013, pour s’établir à 3.2 %. Le pays explore en effet de nouveaux marchés pour son secteur du tourisme et la contribution d’autres activités, comme la pêche et les services, augmente. Le fléchissement de l’inflation devrait également stimuler l’activité du secteur privé et la demande intérieure, mais dans des proportions minimes. En 2014, la croissance du PIB devrait dépasser les 4 % grâce à la prospection de nouveaux marchés, à la poursuite d’une politique économique cohérente, à l’augmentation des dépenses d’investissement et à l’amélioration de l’environnement des affaires.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error