Ouverture économique et croissance en Chine

OECD Development Centre

On a souvent attribué arbitrairement à un certain nombre de facteurs politico-économiques la croissance remarquable de l’économie chinoise de ces dernières années. Cet ouvrage mesure quantitativement l’effet spécifique des entrées de capitaux au titre de l’investissement direct étranger (IDE) et en donne des estimations par régions. La relation entre ces flux et la croissance générale de l’activité économique est beaucoup plus complexe qu’on ne le pensait jusqu’ici. Même si les provinces côtières, ouvertes sur l’extérieur, sont manifestement celles où la croissance associée à l’IDE et à l’apport de technologie étrangère qui en découle est la plus importante, on observe également des effets de dispersion géographique. Or, pour éviter que les inégalités de richesse se creusent, ces effets de dispersion doivent être encouragés.

Toutefois, les disparités importantes existant, en termes de capital physique et humain, entre les provinces côtières et celles de l’intérieur entravent la redistribution des effets qu’a l’IDE sur la croissance à l’échelle nationale. De plus, pour continuer à bénéficier du progrès technologique de façon significative, la Chine devra développer ses propres capacités de recherche et de développement afin de compenser la rentabilité décroissante des transferts de technologie étrangère. Cela suppose l’adoption de mesures favorisant le développement des capacités humaines, à travers la formation initiale et continue à l’échelle nationale.

French English