1887

La cohérence des politiques au service du développement 2007

Migrations et pays en développement

image of La cohérence des politiques au service du développement 2007

Le rapport annuel du Centre de Développement sur la cohérences des politiques du développement a pour thème la migration. Cet ouvrage examine quels sont les coûts et les avantages des migrations pour les pays en développement et comment ces flux peuvent être mieux organisés pour que toutes les parties concernées en bénéficient, qu’il s’agisse des pays de départ ou de destination des migrants ou encore des migrants eux-mêmes. L'ouvrage fait le point sur nos connaissances des effets des migrations sur le développement afin de répondre à ces questions. Ses recommandations s’adressent aussi bien aux pays de départ qu’aux pays de destination des migrants. Elles s’appuient sur un grand nombre d’études de cas nationales et régionales coordonnées par le Centre de développement de l’OCDE pour mettre en lumière les interactions entre migrations et développement : effets sur le marché du travail, exode des compétences, transferts de fonds, réseaux de la diaspora et migrations de retour.

 

French English

.

Les interactions entre l'aide, le commerce et les migrations

OECD Development Centre

Il existe des interactions entre les instruments politiques que sont les politiques migratoires et d’aide au développement, mais aussi les politiques commerciales. Ces politiques donnent naissance à des flux qui sont eux aussi interreliés : flux de migrants, de transferts de fonds, de dépenses d’aide, d’importations et d’exportations. On progressera plus efficacement vers les objectifs mondiaux de réduction de la pauvreté en examinant de plus près ces politiques, en exploitant leurs synergies et en évitant de créer des « orphelins de la cohérence » – c’est-àdire des pays qui reçoivent de l’aide, mais ne tirent aucun bénéfice des autres flux. Les flux commerciaux irriguent plutôt les pays à revenu intermédiaire, d’où proviennent la majorité des migrants peu qualifiés ; alors que les flux de l’aide s’orientent plutôt vers les pays à faible revenu, où la fuite des cerveaux est la plus marquée. Le réglage des différents flux doit être au coeur d’une prise de décision plus cohérente concernant toutes les politiques communautaires en jeu.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error