1887

L'emploi informel dans les pays en développement

Une normalité indépassable ?

image of L'emploi informel dans les pays en développement
Le secteur informel prive les États de recettes publiques et les salariés de protection sociale. Cependant, il constitue souvent la partie la plus dynamique de l’économie et crée massivement des emplois. L’emploi informel est omniprésent et croissant. La crise financière qui a débuté en 2008 a fait de la gestion de l’emploi informel un sujet encore plus brûlant. Il est impératif de répondre à ce nouveau défi, non seulement pour le bien-être de millions de salariés mais aussi pour le développement social. Cet ouvrage donne des indications aux responsables politiques sur les moyens de traiter cette question d’une importance essentielle pour les pays en développement comme pour les pays industrialisés.

« Dans des pays comme la Chine, l’ampleur exceptionnelle des migrations rurales vers les villes amplifie les problèmes posés par l’économie informelle. Ces travaux offrent des résultats analytiques précieux pour la compréhension de cette transformation majeure, de ses problèmes et de ses impacts. »

              Professeur Li Shi, Université Normale de Pékin

« Cet ouvrage constitue une contribution importante aux débats actuels de politique économique sur l’économie informelle. Il recommande l’attribution d’aides aux travailleurs pauvres de l’économie informelle, ce qui permettrait de rendre les structures formelles plus efficientes, plus souples et plus créatrices d’emplois formels ».

              Professeur Marty Chen, Harvard Kennedy School et WIEGO

« Les qualités de cet ouvrage sont nombreuses : des données  montrant que « l’économie informelle est normale » ; des références à de nombreuses études et modes de pensée plus récents ; la stratégie cohérente à trois volets ; l’accessibilité. Ce livre servira de référence dans les travaux sur l’économie informelle au cours des années à venir ».

              Professeur Gary Fields, Université de Cornell

 

French English

.

Quitter les emplois de mauvaise qualité – plus de mobilité, plus d'opportunités

OECD Development Centre

Le fait de quitter un emploi médiocre pour un emploi de qualité est l’un des moyens pour les pauvres d’améliorer leur niveau de vie. Cela implique d’évoluer au sein d’un même secteur ou de changer de secteur ou de lieu. Ce type de mobilité n’est pas à la portée de tous et les barrières sont nombreuses. De plus, le fait de quitter un travail pour un autre n’engendre pas automatiquement une augmentation de revenu. Cependant, la mobilité est plus grande qu’on ne le croit dans l’emploi informel et, dans de nombreux cas, elle permet aux pauvres d’augmenter leur revenu. Pour faciliter cette transition vers des emplois de meilleure qualité, il faut des cadres politiques intégrés couvrant l’emploi, les politiques sociales et la migration.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error