1887

L'autonomisation économique des femmes dans la région MENA

L'impact des cadres juridiques algérien, égyptien, jordanien, libyen, marocain et tunisien

image of L'autonomisation économique des femmes dans la région MENA

Ce rapport examine comment les dispositions légales en vigueur en Algérie, en Égypte, en Jordanie, en Libye, au Maroc et en Tunisie impactent la capacité des femmes à participer pleinement à la vie économique, que ce soit en tant qu'employées ou comme entrepreneuses. Il s’appuie sur une analyse comparative des différents droits énoncés dans les constitutions, les lois sur le statut personnel, la législation du travail, ainsi que les lois fiscales et commerciales. Le rapport reconnaît les progrès considérables accomplis – notamment dans le sillage des soulèvements de 2011 – suite à l’adoption de réformes constitutionnelles et institutionnelles visant à renforcer le statut des femmes.

Ouvrir le champ des opportunités offertes aux femmes reste toutefois un défi pour les six pays. Le rapport suggère que ceci pourrait être dû à divers facteurs tels que : l’existence de certaines lois discriminantes en matière de genre, des contradictions entre les divers cadres juridiques, le manque de mécanismes d’application, ainsi que les entraves à l’accès au système judiciaire. Grâce à des politiques ciblées, les pays peuvent relever ces défis et contribuer à libérer le potentiel des femmes pour favoriser la croissance, la compétitivité et un développement social inclusif.

French English

.

Avant-propos et Remerciements

Si les gouvernements de tous les pays du monde sont de plus en plus conscients que les inégalités constituent désormais l’un des principaux obstacles à la croissance, ils savent aussi que la première étape à franchir pour bâtir des sociétés prospères et sans exclus est d’instaurer l’égalité entre les femmes et les hommes. Il s’agit avant tout d’une question de droits, mais les pays ont tous à gagner en donnant aux femmes les moyens d’exploiter pleinement leur potentiel économique, du fait de l’impact direct qui en résultera sur la compétitivité et la productivité et sur le bien-être. On estime ainsi que si les taux d’activité des femmes progressaient dans le monde entier jusqu’aux niveaux atteints par ceux des hommes, le PIB mondial pourrait augmenter de 12 000 milliards USD, soit de 26 %, d’ici à 2025.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error