Examens en matière de coopération pour le développement : Espagne 1998

Le gouvernement espagnol a entrepris de gros efforts pour consolider le cadre de sa politique de coopération pour le développement et améliorer la qualité et la transparence de son aide. Un projet de loi sur la coopération pour le développement a été soumis au Parlement à l'automne 1997 et de nouveaux systèmes de planification et d'évaluation destinés à faciliter la gestion de l'aide sont en cours de mise en place, dont un plan indicatif pluriannuel et des programmes par pays. Malgré de sérieuses contraintes budgétaires, il est par ailleurs envisagé d'accroître le budget de l'aide. Ces initiatives ont été accueillies favorablement par le Comité d'aide au développement (CAD) de l'OCDE à l'occasion de l'examen de la politique et du programme d'aide de l'Espagne. Le Comité a également pris note du net rééquilibrage de l'effort d'aide espagnol où l'accroissement sensible du programme d'aide sous forme de dons s'est accompagné d'une diminution des crédits d'aide liée du Fonds d'aide au développement (FAD), et il a exprimé le voeu que cette tendance se poursuive. Le CAD a encouragé les autorités espagnoles dans leur effort pour garantir une plus grande cohérence des crédits du FAD avec les objectifs de coopération pour le développement et les orientations générales de l'aide espagnole. Eu égard aux bonnes pratiques en vigueur parmi les donneurs, le Comité s'est déclaré favorable aux mesures visant à rehausser l'efficacité du programme d'aide de l'Espagne et la capacité de ce pays de le mettre en oeuvre, et a invité les autorités espagnoles à réfléchir à un certain nombre d'autres initiatives destinées notamment à :

- garantir une application plus rigoureuse des critères de développement pour l'identification et la sélection des projets financés par des crédits du FAD et une meilleure coordination de ces derniers avec le programme de dons, une attention particulière étant accordée à la situation des pays très endettés ;

- poursuivre les efforts engagés pour doter l'AECI d'une plus grande autonomie au regard des règles administratives et en matière de recrutement, afin d'en améliorer la souplesse de fonctionnement et le professionnalisme, de sorte qu'elle puisse fonctionner dans le cadre de la loi envisagée ;

- réaliser une étude sur la liaison de l'aide afin d'en mieux appréhender les avantages et les inconvénients et d'alimenter le débat sur cette question à l'échelon national ;

- continuer d'améliorer les méthodes d'administration des subventions aux ONG.

En 1998, les examens de la politique de coopération pour le développement concerneront les pays Membres du CAD suivants : Allemagne, Canada, Communauté européenne, Etats-Unis, Finlande, et Luxembourg.

French English