1887

Examens de l'OCDE sur la coopération pour le développement : France 2018

image of Examens de l'OCDE sur la coopération pour le développement : France 2018

Le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE procède à des examens périodiques des efforts individuels de coopération au développement des membres du CAD. Les politiques et les programmes de chacun des membres font l’objet d’un examen critique une fois tous les cinq ans. Les examens par les pairs évaluent la performance du membre considéré, non pas seulement celle de son organisme de coopération pour le développement, et examinent les aspects ayant trait tant à la définition de la politique qu’à sa mise en œuvre. Ils couvrent dans leur globalité les activités de coopération pour le développement et d’aide humanitaire du membre soumis à examen en les replaçant dans le système envisagé dans son entier.

Cet examen analyse la performance de la France, y compris en ce qui concerne ses efforts en matière de stabilité internationale, de son financement climatique, l’impact de la composition dons-prêts de son aide publique au développement ainsi que le pilotage de celle-ci.

French English

.

Structure et systèmes

La France a rationalisé le dispositif central de sa coopération, avec l’adoption d’une loi d’orientation et de programmation relative à la politique de développement et de solidarité internationale, la création d’un espace de concertation et de redevabilité auprès du Parlement et de la société civile, une plus grande fréquence des réunions du CICID, et la création d’Expertise France qui a regroupé six opérateurs. Le dispositif institutionnel du système de coopération français reste cependant complexe et fragmenté, ce qui complique le pilotage, la coordination et la cohérence de ses actions, et peut conduire à une duplication des efforts, notamment entre le MEAE et l’AFD. La France a d’autre part mis en place des mécanismes permettant de prendre en compte les thématiques transversales, elle dispose de solides systèmes de passations des marchés et de gestion des risques, mais elle devra veiller à mieux adapter ses procédures aux pays moins avancés, y compris aux contextes fragiles. L’AFD a consolidé ses ressources humaines, mais le MEAE devra s’assurer de pouvoir conserver ses capacités de pilotage de l’aide, et d’autre part le rôle et le modèle économique d’Expertise France devront être clarifiés.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error