1887

Des politiques meilleures pour le développement

Recommendations pour la cohérence des politiques

image of Des politiques meilleures pour le développement

Ce rapport examine comment l’ensemble de nos politiques peuvent être mises au service de nos objectifs communs en matière de développement. Il est centré sur les domaines qui requièrent une action collective de la communauté internationale tout entière et apporte un complément aux travaux récurrents sur l’efficacité de l’aide et le suivi des apports d’aide.

Nous posons deux hypothèses de départ. Premièrement, les politiques visant les différents domaines – depuis le commerce et l’investissement jusqu’à la fiscalité et la transparence fiscale, en passant par le gouvernement des entreprises, le changement climatique, la sécurité des ressources et la politique sociale – ont de profondes répercussions sur les chances de concrétisation des objectifs de développement durable. Deuxièmement, si ces politiques nécessitent une action de la part des gouvernements nationaux et des organisations régionales dans les pays développés aussi bien qu’en développement, elles requièrent également, compte tenu de l’interdépendance qui caractérise le monde actuel, une action collective de la communauté internationale tout entière.

Le rapport aborde 18 thèmes, s’articulant autour de quatre grands axes : croissance économique durable, gouvernance économique, environnement et sécurité des ressources naturelles, et société. Considérés dans leur ensemble, ces différents volets reflètent la mission de l’OCDE, qui consiste à promouvoir « des politiques meilleures pour une vie meilleure ». Chaque thème est organisé autour des trois sections suivantes :

  • En quoi la coopération internationale est-elle importante pour le développement ?
  • Où en sommes-nous et quelles sont les prochaines étapes ?
  • Comment l’OCDE, de concert avec d’autres organisations/institutions internationales, peut-elle contribuer à la réalisation de ces objectifs ?

French English

.

Investissement

L’investissement privé, national ou étranger, est indispensable si l’on veut favoriser la croissance économique et l’emploi, eux-mêmes essentiels au recul de la pauvreté. L’investissement direct étranger (IDE) constitue une source de financement majeure, ainsi qu’une voie importante de transfert de compétences et de technologie. Il peut en revanche produire certains effets indésirables, par exemple lorsque certains investisseurs étrangers ne respectent pas les normes internationales de conduite responsable des affaires. Les sources d’IDE se diversifient de plus en plus. Au sein du G20, les économies émergentes représentaient en 2000 seulement 1 % du total des investissements internationaux effectués ; ce chiffre a atteint 20 % en 2010.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error