1887

Coopération pour le développement 2023

Quel système d’aide pour demain ?

image of Coopération pour le développement 2023

Au cours de ces trois dernières années, les multiples crises mondiales et l’impératif de plus en plus urgent de limiter le changement climatique ont mis les modèles actuels de coopération pour le développement à rude épreuve, sans doute la plus rude depuis des décennies. L’objectif d’un monde meilleur pour tous semble plus difficile à atteindre, compte tenu des nouvelles tensions budgétaires, de l’impératif de fournir des biens publics régionaux et mondiaux, des besoins humanitaires exacerbés et des contextes politiques toujours plus complexes. La critique des racines, de la motivation et du fonctionnement du système international de l’aide se traduit par des appels à un changement radical, qui se manifeste, par exemple, dans les mouvements visant à s’attaquer à l’héritage colonial et au racisme dans ce secteur.

Cette édition du rapport Coopération pour le développement, qui marque son 60e anniversaire, dresse un état des lieux de ces défis, et propose des pistes à suivre pour l’avenir selon quatre lignes d’action : honorer les engagements, financiers et autres, déjà pris, soutenir une transformation pilotée à l’échelon local dans les pays partenaires, moderniser les modèles d’activité et pratiques de gestion financière, et rééquilibrer les relations de pouvoir dans la prise de décisions et les partenariats à l’échelle internationale. Ce rapport s’appuie sur les réflexions de chefs d’État, de dirigeants d’organisations internationales, de praticiens, d’universitaires et de la société civile, en mettant particulièrement l’accent sur les voix qui représentent des expériences variées et des points de vue de pays à revenu faible ou intermédiaire et de leurs populations.

French Also available in: English

Coup de projecteur : L’efficacité de l’aide en Afghanistan, au Mali et au Soudan du Sud

La fragilité est source de difficultés bien connues dans le domaine de la coopération pour le développement. Les éléments émanant de 315 évaluations de l’efficacité de l’aide fournie à l’Afghanistan, au Mali et au Soudan du Sud au cours de la période 2008-21 montrent toutefois que l’aide n’améliore ni la stabilité, ni les capacités, ni la gouvernance des contextes extrêmement fragiles. De manière générale, les programmes à l’appui de la stabilisation, du renforcement des capacités, de la bonne gouvernance et de l’égalité des genres sont rarement efficaces car ils surévaluent les capacités locales et sous-estiment la résistance des élites bien établies. Ni un apport de ressources financières supplémentaires, ni un ajustement des modalités de l’aide ne résoudront ces problèmes. Il faut en revanche que les bailleurs de fonds adoptent une approche plus réaliste et moins ambitieuse, en allouant l’aide aux secteurs qui présentent une probabilité de réussite raisonnable. Il conviendra à cette fin de mener une étude plus systématique de la relation entre l’efficacité de l’aide et les niveaux de fragilité.

French Also available in: English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error