1887

Coopération pour le développement 2014

Mobiliser les ressources au service du développement durable

image of Coopération pour le développement 2014

Le rapport Coopération pour le développement (RCD) est un rapport annuel du Président du Comité d’aide au développement de l’OCDE qui présente des statistiques détaillées sur les programmes d’aide extérieure de chacun des membres, une analyse de ces programmes, ainsi qu’une description générale des évolutions et des questions qui font débat au sein de la communauté du développement.

Le rapport Coopération pour le développement 2014 : mobiliser les ressources au service du développement durable est le deuxième d'une trilogie (2013-15) en mettant un accent sur "la coopération mondiale du développement post-2015 : gerer l'interdépendence". Ce rapport met un accent sur les sources de financement disponibles aux pays en développement et propose des recommandations pour mobiliser emcpre d'autres ressources.

French English

.

Créer un environnement favorable à l'investissement et au développement durable

La part croissante de l’investissement direct étranger mondial destinée aux pays en développement n’est pas équitablement répartie, l’Afrique n’en percevant que la portion congrue malgré la multitude d’opportunités d’investissement qu’elle recèle. Ce chapitre passe en revue les obstacles à l’investissement dans les pays en développement, et analyse les éléments constitutifs d’un climat propice à l’investissement. Il s’agit par exemple de créer un cadre réglementaire et juridique doté des capacités requises pour gérer les investissements entrants, de promouvoir et faciliter l’investissement, d’attirer l’investissement privé dans les infrastructures, de resserrer les liens entre investissement et échanges, et d’encourager les entreprises multinationales à appliquer des principes de conduite responsable. Cependant, attirer l’investissement n’est pas une fin en soi : l’instauration d’un développement durable est tout autant question de qualité que de quantité d’investissement. Il appartient donc aux responsables de l’action publique dans les pays d’accueil de tirer le meilleur parti des investissements entrants afin qu’ils produisent le maximum d’effets positifs au regard du développement en favorisant l’emploi, les transferts de technologie, la compétitivité ainsi que la croissance des entreprises et des industries locales.Ce chapitre présente en outre un  Point de vue  de M. Justin Yifu Lin, doyen honoraire de la National Shool of Development de l’Université de Pékin, et ancien économiste en chef de la Banque mondiale, qui explique que tout pays en développement peut entreprendre une transformation structurelle dynamique.

French English

Graphs

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error