Table of Contents

  • Les responsables des politiques publiques – comme les navigateurs embarqués pour un voyage au long cours – doivent régulièrement consulter leurs instruments de bord pour vérifier qu’ils tiennent toujours le bon cap. Près de dix années se sont écoulées depuis que l’OCDE a proposé un vaste plan de réforme du marché du travail, contenu dans la Stratégie de l’OCDE pour l’emploi. Depuis, l’OCDE, en étroite liaison avec les pays Membres, s’attache à identifier les meilleures façons d’appliquer cette Stratégie dans chaque contexte national spécifique, et en suit les résultats. Le moment semble maintenant propice pour procéder à un réexamen des priorités de l’action gouvernementale dans ce domaine. C’est pour contribuer à ce processus que les ministres de l’Emploi et du Travail des pays de l’OCDE se réuniront en 2003. Ce sera l’occasion pour eux de comparer la situation du marché du travail dans les différents pays et de confronter leurs expériences respectives, ainsi que de définir les actions à mener au cours des dix années à venir. Le présent éditorial effectue une première revue de la situation afin de vérifier si les pays de l’OCDE maintiennent le bon cap pour l’emploi.

  • La section spéciale que comporte ce chapitre décrit l’évolution de la situation des jeunes sur le marché du travail et des politiques qui les concernent. La proportion de jeunes dans la population des pays de l’OCDE a connu un pic dans les années 60, 70 ou 80, et a partout reculé depuis. Dans une petite majorité de pays, les taux de chômage des jeunes adultes ont baissé depuis 1983 par rapport à ceux des adultes d’âge très actif, mais les tendances sont diverses.  Les jeunes poursuivent leurs études plus tard, mais dans certains pays ils sont souvent actifs sur le marché du travail en même temps, de sorte que la mesure traditionnelle du taux de chômage n’est pas forcément le meilleur indicateur des difficultés que les jeunes peuvent rencontrer sur le marché du travail. Un autre indicateur, la proportion de jeunes qui ne sont ni au travail ni en formation, témoigne souvent d’une certaine amélioration de la tendance.

  • Le présent chapitre traite de la diversité de l’expérience professionnelle des femmes dans les pays de l’OCDE en exploitant des données détaillées et comparables sur la structure de l’emploi et le revenu d’activité des hommes et des femmes. Il commence par retracer l’évolution de l’écart entre les sexes pour ce qui est des taux d’emploi, en tenant compte des différences de temps de travail et de la manière dont l’activité rémunérée des femmes varie avec l’âge, le niveau d’études et la situation de famille. Il analyse ensuite les différences entre les hommes et les femmes sur le plan de la profession et du secteur d’emploi, ainsi que de la rémunération, pour ce qui concerne les salariés.

  • Le travail temporaire a progressé, dans un certain nombre de pays de l’OCDE, au cours des deux dernières décennies, et cette évolution a amené à craindre que les emplois temporaires ne soient en train d’évincer des formes d’emplois plus stables, créant une source supplémentaire de précarité pour les travailleurs et accentuant le dualisme du marché du travail entre les travailleurs qui ont accès à des emplois stables dans lesquels ils peuvent faire carrière et ceux qui ne parviennent pas à accéder à ce type d’emplois. Le présent chapitre apporte un éclairage sur ces questions en rassemblant des données harmonisées sur le travail temporaire dans les pays de l’OCDE.

  • Les politiques représentant les meilleures pratiques sur les marchés des produits et du travail ont été au centre de beaucoup de recherches, mais peu d’attention a été accordée aux effets croisés de ces politiques, c’est-à-dire à l’influence exercée par les politiques des marchés des produits sur les résultats du marché du travail, et inversement. Le présent chapitre analyse ces interactions et évalue leur incidence sur l’amélioration des politiques et des résultats des marchés du travail.