Table of Contents

  • LE PAYS, LA POPULATION ET LE CYCLE ÉLECTORAL

  • L’adhésion à la zone euro confirme l’engagement pris par la Lituanie de mener des politiques économiques tout à la fois saines et viables. L’économie devrait repartir en dépit de la faiblesse de la demande en Russie. Les marchés du travail et des produits sont flexibles. La productivité a augmenté en moyenne de 5 % par an entre 1995 et 2014, mais elle reste inférieure d’un tiers à la moyenne de l’OCDE. Certaines entreprises manquent de travailleurs qualifiés, et l’intensité d’innovation du secteur des entreprises est faible. L’efficience des dépenses doit être renforcée pour contribuer à financer les mesures propres à améliorer la productivité.

  • La Lituanie est une petite économie ouverte qui compte quelque 3 millions d’habitants. L’environnement institutionnel y est globalement stable, transparent et respectueux des règles du marché. Le pays a accompli des avancées significatives pour travailler plus étroitement avec la communauté internationale : il a ainsi adhéré à l’Organisation mondiale du commerce en 2001, il est devenu membre de l’Union européenne en 2004 et, après avoir fonctionné sous un régime de caisse d’émission pendant 25 ans, il est entré dans la zone euro en 2015. Depuis 2011, la Lituanie, forte de la reprise rapide enregistrée après la crise financière grâce à la grande souplesse de son économie, affiche une croissance qui est l’une des plus fortes de tous les pays européens. Des arrangements institutionnels propices au jeu du marché ont également joué un rôle positif à cet égard ; la Lituanie arrive d’ailleurs au 20e rang du classement 2015 Ease ofDoing BusinessIndex de la Banque mondiale. Dans le même temps, les cadres financier et budgétaire ont été renforcés grâce à l’adoption du pacte budgétaire et à la participation au système européen de surveillance financière. En revanche, les indicateurs des inégalités présentent des valeurs élevées, et la part des activités informelles est forte.