Table of Contents

  • La reprise suite à la crise économique et financière qui a éclaté en 2008 a été exceptionnellement modeste. Le rythme de la croissance mondiale a régulièrement été inférieur à celui des quelque douze années ayant précédé la crise financière. L’incapacité à enclencher un redémarrage plus soutenu de l’activité a eu des coûts très concrets en termes de pertes d’emploi, de stagnation du niveau de vie dans les économies avancées, de moindre vigueur du développement dans certaines économies émergentes et de creusement des inégalités presque partout.

  • La croissance mondiale devrait s’accélérer en 2015 et 2016, mais restera modeste par rapport à la période précédant la crise, et sa répartition au niveau mondial sera différente de ce qu’elle était ces dernières années. L’accélération de l’activité s’appuie sur des politiques monétaires très accommodantes, un ralentissement du rythme de l’assainissement budgétaire, la remise en état du secteur financier et la baisse des cours du pétrole. Toutefois, l’investissement, qui constitue un élément crucial pour les perspectives, doit encore décoller. L’appréciation du dollar des États-Unis vis-à-vis de la plupart des devises a entraîné un réajustement marqué des taux de change depuis la mi-2014. Les effets de prix relatifs qui en découlent ont pour effet d’orienter la demande mondiale davantage vers l’Europe, le Japon et certaines économies de marché émergentes. Dans ces dernières, la croissance s’essouffle, sous l’effet de facteurs spécifiques en Chine, au Brésil et en Russie, et pourrait rester fragile en l’absence de réformes structurelles de nature à supprimer les goulets d’étranglement.

  • Dans l’OCDE, l’investissement réel total, et en particulier l’investissement en logements, s’est affaissé au point culminant de la crise et peine à se redresser. Sa faiblesse freine les gains de productivité et, si elle persiste, ancrera le taux de croissance dans un équilibre bas et pèsera sur les perspectives d’emploi à court et à plus long terme.

  • Cette annexe contient des données sur des agrégats économiques clés, met en perspective les évolutions économiques récentes dans la zone de l’OCDE telles qu’elles sont décrites dans le corps de ce rapport. Les chiffres pour 2015 à 2016 sont des estimations et des prévisions de l’OCDE. Les données présentées dans certains tableaux ont été corrigées conformément aux concepts et définitions établis au plan international, afin de faciliter les comparaisons entre pays et d’assurer une cohérence avec les données rétrospectives figurant dans d’autres publications de l’OCDE. Les agrégats régionaux sont fondés sur les poids qui changent chaque année, avec les poids dépendant de l’agrégat considéré. Pour plus de détails voir aussi Perspectives économiques de l'OCDE : Sources et méthodes.