Table of Contents

  • Cette étude porte sur les implications d’une réduction de la protection commerciale dans le domaine agricole et des mesures internes de soutien à l’agriculture qui faussent les échanges. Elle met l’accent sur le niveau et la distribution des revenus à l’intérieur des pays et entre pays.

  • Dans la plupart des pays, qu’ils soient développés ou en développement, les pouvoirs publics imposent des droits de douane sur les importations de produits agricoles dans le but de faire monter les prix que les agriculteurs reçoivent sur le marché intérieur.

  • Pour étudier les effets possibles d’une réforme, il faut commencer par considérer le niveau et la nature du soutien accordé aux agriculteurs. L’OCDE suit et évalue les tendances du niveau global et de la composition du soutien agricole dans ses pays membres au moyen de l’estimation du soutien aux producteurs (ESP) et de plusieurs autres indicateurs (voir OCDE, 2004 et éditions précédentes).

  • Un grand nombre d’études ont été récemment consacrées aux effets de la réforme mondiale des politiques agricoles sur l’économie et les marchés, dont Bouet, et al. (2004) et Anderson, et al. (2005). Ces deux études, de même que la plupart des autres travaux récents sur ce sujet cherchent à quantifier les conséquences possibles d’un accord commercial multilatéral négocié dans le cadre du Programme de Doha pour le développement et à comparer les effets de différentes hypothèses concernant les formules de réduction tarifaire et les autres modalités de l’accord.

  • Chacune des études de cas réalisées pour six pays, Brésil, Canada, Italie, Malawi, Mexique et États-Unis, vise à mesurer les effets redistributifs des réformes agricoles et commerciales de portée nationale et multilatérale. Ces études ont pour objectif général de mieux cerner les répercussions des réformes sur différents types de ménages dans divers pays développés et en développement.

  • Sans la protection commerciale et les paiements budgétaires dont ils bénéficient, autrement dit s’ils vendaient leur production aux prix de marché mondiaux, les agriculteurs de l’OCDE percevraient des revenus sensiblement inférieurs. Dans les pays développés comme, dans une moindre mesure, dans les pays en développement, les politiques agricole et commerciale tendent à favoriser les agriculteurs par rapport à d’autres agents économiques.

  • Le GTAPEM est une version du modèle GTAP standard dont la plupart des équations, paramètres et données de base sont identiques à ceux du modèle de référence. Le modèle intègre la demande de biens de consommation finale, la consommation intermédiaire et la consommation publique, la demande de facteurs, l'offre de facteurs et de biens et les échanges internationaux de biens et de services.

  • Au Brésil, les répercussions de la réforme des politiques agricoles et commerciales sur la distribution des revenus suscitent des craintes liées à plusieurs facteurs. Tout d’abord, l’agriculture brésilienne, vaste et diversifiée, comprend un secteur commercial tourné vers l’exportation et un secteur familial insuffisamment développé, davantage spécialisé dans les produits en concurrence avec les importations.

  • Cette étude passe en revue les effets redistributifs des deux scénarios de réforme des politiques sur les ménages agricoles, ruraux et urbains. Cette synthèse s’appuie sur une analyse plus complète présentée dans Magnani et Perali (2005). Les effets potentiels sur les prix, les quantités et le bien-être ont été estimés au moyen d’un modèle d’équilibre général du modèle économique italien décrit en détail dans Finizia, Magnani et Perali (2004).

  • Le Malawi est l’un des pays les plus pauvres au monde et une grande partie de sa population est directement ou indirectement tributaire de l’agriculture. Cette étude a pour objet d’examiner l’incidence d’un changement d’orientation des politiques agricoles sur les différents types de ménages de ce pays et la réponse de ces ménages aux réformes.

  • Cette étude passe en revue les effets des réformes des politiques et des marchés sur le secteur agricole et rural du Mexique. Elle a pour but de mettre en évidence la manière dont les grandes réformes peuvent affecter une économie rurale diversifiée comme celle du Mexique, et de proposer un cadre pour l’étude des questions de répartition et d’ajustement au Mexique et ailleurs.

  • La réforme mondiale des politiques en matière d’échanges agricoles ne manquera pas de modifier les débouchés commerciaux de ce secteur aux États-Unis — selon les produits, la demande sera dynamisée ou réduite. Le processus d’ajustement, qui veut que les producteurs réaffectent leurs ressources en fonction de l’évolution du contexte économique, préoccupe souvent les décideurs.