1887

Politiques agricoles des pays de l'OCDE 2009

Suivi et évaluation

image of Politiques agricoles des pays de l'OCDE 2009
Ce rapport constitue une source unique d’estimations récentes du soutien à l’agriculture et fournit un panorama du soutien à l’agriculture dans la zone de l’OCDE, complété par des chapitres sur l’évolution des politiques agricoles dans chaque pays de l’OCDE. Le soutien global accordé aux agriculteurs des pays de l’OCDE est en baisse. Ce rapport montre que la baisse du soutien a été en grande partie due à un resserrement de l’écart entre les prix des produits agricoles sur les marchés nationaux et sur les marchés mondiaux.

Ce rapport porte également sur l’impact des crises financière et économique actuelles sur le secteur agricole ainsi que sur les réponses apportées par les pouvoirs publics. L’agriculture devrait  mieux s’en sortir que nombre d’autres secteurs. Elle est moins exposée financièrement, la demande pour ses produits est moins sensible aux baisses de revenu et les politiques de soutien en place dans bon nombre de pays peuvent atténuer l’impact de la crise. Les pouvoirs publics font face à une situation budgétaire plus tendue, ce qui suscitera probablement la révision des politiques de soutien, y compris en matière agricole.

La loi agricole de 2008 des États-Unis, le «Bilan de santé» de la politique agricole commune et l’accord-cadre Cultivons l’avenir au Canada sont également passés en revue dans ce rapport. Une section spéciale traite de l’évolution des politiques agro-environnementales des pays de l’OCDE.

French English, German

.

Union européenne

Évaluation de l’évolution des politiques

● Dans l’ensemble, les réformes menées depuis la période 1986-88 ont accentué l’orientation par le marché du secteur agricole. Les montants auparavant élevés du soutien des prix du marché et des paiements à la production ont baissé de façon continue et le niveau d’aide s’est réduit.

● Avec l’application intégrale du régime de paiement unique, plus de la moitié du soutien budgétaire aux producteurs n’est assorti d’aucune obligation de production. La mise en oeuvre du « bilan de santé » de la politique agricole commune accroîtra encore la part des paiements qui renforcent l’orientation du secteur par le marché, même si les États membres peuvent encore choisir d’apporter un soutien limité par produit.

● Le bilan de santé et les réformes récentes suppriment les dispositifs de gel obligatoire, modifient le système d'intervention pour les céréales et éliminent progressivement (à partir de 2009) les quotas de production de lait, permettant ainsi aux producteurs de mieux répondre aux signaux du marché. Ils réduisent aussi les possibilités d’achats d’intervention, en général sans démanteler les mécanismes. Les mesures commerciales, en particulier les subventions à l’exportation réactivées en 2008 pour certains produits, offrent un filet de sécurité aux agriculteurs confrontés à la variabilité des marchés mondiaux.

● Dans le cadre du bilan de santé, les conditions de la conditionnalité pour le respect des normes de protection de l’environnement, de bien-être des animaux et de qualité des aliments ont été ajustées en fonction de l’expérience acquise, des recommandations de la Cour des comptes européenne et des priorités nouvelles, ce qui devrait faciliter la poursuite des objectifs attribués à la conditionnalité de façon plus efficace par rapport aux coûts.

● La politique de développement rural 2007-13, qui comprend des dispositifs agroenvironnementaux, reste axée pour une grande part sur le secteur agricole. Néanmoins, l’établissement de limites minimales affectées aux différentes priorités renforcera les efforts de gestion durable des terres et de diversification rurale. À mesure que ce domaine reçoit des fonds supplémentaires au titre du bilan de santé, les politiques pourront évoluer plus facilement vers un meilleur ciblage d'objectifs spécifiques.

● Des progrès considérables ont été accomplis dans la réduction du niveau de soutien, ainsi que de la part que représentent le soutien à la production et les formes d’aide créatrices de distorsions des échanges, mais il faudra à l’avenir chercher à améliorer l’accès au marché et à mieux cibler le soutien apporté.

French English, German

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error