1887

Politiques agricoles des pays de l'OCDE 2009

Suivi et évaluation

image of Politiques agricoles des pays de l'OCDE 2009
Ce rapport constitue une source unique d’estimations récentes du soutien à l’agriculture et fournit un panorama du soutien à l’agriculture dans la zone de l’OCDE, complété par des chapitres sur l’évolution des politiques agricoles dans chaque pays de l’OCDE. Le soutien global accordé aux agriculteurs des pays de l’OCDE est en baisse. Ce rapport montre que la baisse du soutien a été en grande partie due à un resserrement de l’écart entre les prix des produits agricoles sur les marchés nationaux et sur les marchés mondiaux.

Ce rapport porte également sur l’impact des crises financière et économique actuelles sur le secteur agricole ainsi que sur les réponses apportées par les pouvoirs publics. L’agriculture devrait  mieux s’en sortir que nombre d’autres secteurs. Elle est moins exposée financièrement, la demande pour ses produits est moins sensible aux baisses de revenu et les politiques de soutien en place dans bon nombre de pays peuvent atténuer l’impact de la crise. Les pouvoirs publics font face à une situation budgétaire plus tendue, ce qui suscitera probablement la révision des politiques de soutien, y compris en matière agricole.

La loi agricole de 2008 des États-Unis, le «Bilan de santé» de la politique agricole commune et l’accord-cadre Cultivons l’avenir au Canada sont également passés en revue dans ce rapport. Une section spéciale traite de l’évolution des politiques agro-environnementales des pays de l’OCDE.

French English, German

.

Canada

Évaluation de l’évolution des politiques

● Globalement, des progrès notables ont été faits sur la voie de l’orientation par le marché puisque le niveau de soutien a repris sa tendance à la baisse, après avoir augmenté entre 1997 et 2003.

● Cependant, les réformes apportées récemment aux programmes de gestion des risques s’attachent principalement à améliorer la prestation plutôt qu’à réduire le niveau du soutien accordé. Parmi les programmes introduits dans l’accord-cadre « Cultivons l’avenir », trois concernent le remplacement de mesures similaires existantes. Le quatrième d’entre eux, le Programme agri-relance gagnerait à mieux différencier les risques assumés par les agriculteurs et ceux qui relèveront de l’État en vertu du programme. Un engagement non limitatif en matière de secours pourrait exercer une influence défavorable sur les incitations des producteurs et freiner l’ajustement.

● Les mesures principalement axées sur l’amélioration des infrastructures, afin de réduire les risques de revenu agricole, ou sur l’ajustement, afin d’aider les exploitants à éviter les entreprises fortement exposées aux risques, peuvent se révéler plus rentables à long terme. Bien que ce type d’initiatives existe de longue date, le fait que le nouveau cadre d’action mette l’accent sur l’innovation pourrait apporter une réflexion nouvelle sur ces aspects.

● Les prix mondiaux élevés ces derniers temps ont conduit à une réduction marquée du niveau du soutien du prix du marché pour les oeufs et les produits laitiers mesurés par l’ESP. Les prix généralement plus élevés des produits agricoles, en particulier ceux des produits laitiers, fournissent la possibilité d’une réforme justifiée des mesures de soutien des prix du lait, de la volaille et des oeufs en place depuis longtemps.

● La coordination accrue entre le ministère de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire et d’autres ministères comme ceux de l’Environnement, des Ressources naturelles, de la Santé et de l’Industrie, faciliterait l’élaboration de mesures à même d’optimiser les avantages retirés par l’ensemble des citoyens.

French English, German

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error