1887

Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2011

image of Perspectives agricoles de l'OCDE et de la FAO 2011

La dix-septième édition des Perspectives agricoles, élaborée conjointement pour la septième fois avec l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) des Nations Unies, présente des projections en termes de production, consommation, échanges, stocks et prix, ainsi qu’une évaluation de l’évolution récente des marchés, des questions et des incertitudes pour un certain nombre de produits de base y compris, pour la première fois, les produits de la pêche et de l’aquaculture.

Le rapport souligne le fait que des prix moyens plus élevés sont attendus et peuvent encourager les investissements nécessaires pour que la production réponde à la demande croissante. Toutefois, un niveau élevé des prix soulève également des préoccupations importantes concernant l’augmentation de l'insécurité alimentaire.

La volatilité des prix crée une incertitude et des risques pour les producteurs, les négociants, les consommateurs et les gouvernements. Elle est de ce fait une priorité importante des discussions du G20 sur l'agriculture. Cette édition examine les déterminants de cet état de fait et propose des suggestions aux décideurs politiques afin de les aider à réduire et à mieux gérer la volatilité.

French English, Spanish

.

Viande

Le secteur de la viande continue de s’adapter aux déséquilibres de l’offre et de la demande qui se sont produits au cours des trois dernières années dans le secteur de l’alimentation animale, et ont provoqué des fluctuations des prix des aliments du bétail. Les éleveurs de bovins et d’ovins bénéficient actuellement d’une embellie des prix, mais les producteurs de viandes blanches doivent ajuster l’offre pour éviter de nouvelles difficultés financières. Compte tenu des coûts de production élevés, de l’accès limité au crédit, du renchérissement de l’énergie et de la morosité de la demande pendant la crise financière, des éleveurs de bovins ont abattu leurs troupeaux. Dans un premier temps, il en a découlé une offre soutenue de produits carnés, s’accompagnant d’une baisse brutale des prix, lesquels sont ensuite repartis à la hausse lorsque les économies sont sorties de la récession. Or le secteur des viandes rouges, qui avait liquidé des animaux de reproduction, n’était plus en mesure de satisfaire rapidement la demande croissante après la récession. De ce fait, les prix se sont vivement redressés en 2010. En revanche, l’offre de viande de porc et surtout celle de volaille, ont réagi plus vite à l’augmentation de la demande, de sorte que leurs prix sont remontés plus lentement que ceux des viandes rouges.

French English, Spanish

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error