1887

Les aides financières au secteur de la pêche

Leurs répercussions sur le développement durable

image of Les aides financières au secteur de la pêche

Les pays de l’OCDE dépensent quelque 6 milliards d'USD par an pour venir en aide au secteur de la pêche. Ces dépenses visent en partie à assurer la gestion efficace des pêcheries, moyennant des services de recherche, d’administration et de contrôle des pêches. Toutefois, les bienfaits qui en résultent pour la rentabilité économique et la pérennité de la ressource sont sujets à controverse. Le soutien ainsi accordé a souvent été mis en cause dans la surpêche et la surcapitalisation, d’où l’idée que la réforme des aides pourrait se traduire par des améliorations d’ordre économique, environnemental et social. Grâce à cet éclairage nouveau, l’étude permettra aux décideurs de mieux cerner les enjeux complexes du secteur de la pêche — dans lequel la rentabilité économique, la résilience des communautés et la viabilité de la ressource appellent régulièrement l’attention.

 

French English

.

Le capital social dans le secteur de la pêche

Cette note se propose d’examiner, à l’aide du concept du capital social, la corrélation entre gouvernance et performances des pêcheries et concours publics au secteur de la pêche. On y démontre que le capital social est essentiel pour faire naître la confiance et favoriser la coopération au sein des communautés de pêcheurs, toutes deux indispensables pour réduire la course au poisson et l’augmentation rampante de l’effort. Les rapports sociaux entre communautés et les liens entre pêcheurs et autorités sont également primordiaux pour le succès de la gestion des pêcheries car ils contribuent à accroître la flexibilité et l’adaptabilité aux changements de cette gestion, ils permettent aux parties prenantes de mieux comprendre et de mieux connaître la ressource et ils favorisent l’augmentation du respect des règles de pêche. On évalue, dans cette note, l’incidence du capital social sur la réforme des concours publics en utilisant les catégories suivantes : paiements directs, aides à la réduction des coûts et financement des services généraux offerts aux pêcheurs. On y présente également un cadre permettant de prendre en compte explicitement l’importance que revêt le capital social en ce qui concerne les aides directes versées aux pêcheurs. On y constate par ailleurs que le capital social peut être développé pour améliorer les résultats de la gestion, voire même pour réduire les coûts de celle-ci. Il faudra probablement, pour ce faire, réorienter les priorités et le financement afin de passer d’une gestion des pêcheries décidée en haut lieu à une cogestion consistant à donner aux pêcheurs des droits et des responsabilités qui en feront des partenaires efficaces dans l’effort de pérennisation des pêcheries.

French English

This is a required field
Please enter a valid email address
Approval was a Success
Invalid data
An Error Occurred
Approval was partially successful, following selected items could not be processed due to error