Chronique ONU

Frequency
Quarterly
ISSN: 
2411-9911 (online)
http://dx.doi.org/10.18356/4a10c9d7-fr
Hide / Show Abstract
Also available in English
Article
 

Les portes du paradis sont ouvertes… mais qui en bénéficie ? Expériences dans le Sri Lanka de l’après-guerre You or your institution have access to this content

French
 
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/eb0308d2-fr.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/united-nations/les-portes-du-paradis-sont-ouvertes-mais-qui-en-beneficie-experiences-dans-le-sri-lanka-de-l-apres-guerre_eb0308d2-fr
  • READ
Author(s):
Nadhiya Najab, Anupama Ranawana, Kulasabanathan Romeshun
13 Dec 2017
Pages:
4
Bibliographic information
No.:
3,
Volume:
54,
Issue:
3
Pages:
12–15
http://dx.doi.org/10.18356/eb0308d2-fr

Hide / Show Abstract

Cet article s’inscrit dans le cadre du thème « éradiquer la pauvreté comme moyen de prévenir les conflits ». En soulevant la question de savoir si l’éradication de la pauvreté peut prévenir les conflits, nous sommes amenés à réfléchir à sa complexité et à son interdépendance avec d’autres aspects de la vie moderne. Se concentrer uniquement sur la réduction de la pauvreté comme moyen de prévention des conflits est une approche assez réductrice. Le travail empirique réalisé dans le Sri Lanka de l’après-guerre montre que la relation symbiotique entre la pauvreté et les conflits ne peut faire l’objet d’une analyse simpliste. La pauvreté n’est qu’un facteur des conflits parmi de nombreux autres. Mais elle est aussi un phénomène pluridimensionnel. De même, les conflits exacerbent la pauvreté de nombreuses façons en entravant la croissance, en détruisant les investissements et en entraînant l’interruption de la fourniture des services. Les privations que les populations ont connues pendant la guerre font l’objet de nombreux témoignages. Cet article va au-delà de ces dualités et met l’accent sur le fait que les conflits et la pauvreté demeurent liés même après la fin de la guerre et que les inégalités structurelles sont un obstacle à la fois à la prévention des conflits et à la réduction de la pauvreté. Nous faisons valoir que la prévention des conflits doit être abordée de manière intersectionnelle et globale, en gardant à l’esprit les inégalités structurelles. Il est difficile de résister aux promesses du développement économique. À la fin de la guerre civile au Sri Lanka, l’autoroute A91 a été de nouveau ouverte après plusieurs années. À cette occasion, S. Sivananthan, un cadre gouvernemental, a déclaré que « les portes du paradis [étaient] ouvertes à la population de Jaffna (Parameswaram, 2009). Il entendait par là que les relations rétablies entre le nord et le reste du pays allaient améliorer l’infrastructure, les transports ainsi que le commerce et offrir de nombreuses possibilités économiques. Devant ces nombreuses possibilités, les entrepreneurs, les organismes d’aide, les sociétés et les organismes gouvernementaux se sont empressés de « reconstruire en mieux » et de donner l’impulsion nécessaire pour développer les moyens de subsistance et relancer l’économie après 30 ans de guerre civile, ouvrant le pays à la reconstruction et au relèvement économique. À cette époque, le Gouvernement sri lankais faisait un parallèle entre le développement économique et la réduction de la pauvreté et, de fait, présentait le développement économique comme le mantra pouvant régler tous les problèmes.

Also available in English