Vandalisme, terrorisme et sûreté dans les transports publics urbains de voyageurs
Hide / Show Abstract

Vandalisme, terrorisme et sûreté dans les transports publics urbains de voyageurs

Le lecteur trouvera dans cette publication les recommandations que la Table Ronde a formulées pour combattre les actes de vandalisme : l’institution de partenariats locaux qui associent tous les acteurs de la prévention, de l’intervention et de la répression, l’échange d’expériences, la rédaction de guides pratiques sur les mesures de prévention et sur la conception des infrastructures, des informations sur les succès et échecs. 

Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/7503072e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/transport/vandalisme-terrorisme-et-surete-dans-les-transports-publics-urbains-de-voyageurs_9789282103043-fr
  • READ
 
Chapter
 

Rapport de T.FELTES Allemagne You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/7503072ec002.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/transport/vandalisme-terrorisme-et-surete-dans-les-transports-publics-urbains-de-voyageurs/rapport-de-t-feltes-allemagne_9789282103043-2-fr
  • READ

Hide / Show Abstract

Depuis quelques années, la question de la sûreté (ou sécurité) publique dans l’espace public, c’est-à-dire dans les rues et sur les places, mais aussi et surtout dans les gares, aux arrêts d’autobus et dans les autres lieux où se croisent des inconnus, prend une importance croissante dans toute l’Europe. Sous l’influence, notamment, des évolutions constatées à New York, avec la fameuse "tolérance zéro", les villes et les municipalités européennes ont commencé à débattre, non seulement, de la situation sécuritaire objective, mais aussi de ce que l’on qualifie de "ressenti de sécurité ou d’insécurité" (ou sentiment subjectif de sécurité). Ce concept renvoie à des peurs et craintes souvent infondées, mais parfois largement répandues dans l’esprit des individus. A cet égard, des études empiriques ont montré qu’il n’existait que rarement de relation entre le phénomène de victimation (c’est-à-dire le fait d’avoir soi-même été victime d’actes de violence) tel qu’il ressort des sondages, les statistiques de la délinquance enregistrées par la police et le sentiment subjectif de sécurité chez les individus...

Also available in English
 
Visit the OECD web site