Tables rondes FIT

International Transport Forum

Discontinued
French
ISSN: 
2074-3386 (online)
ISSN: 
2074-3394 (print)
http://dx.doi.org/10.1787/20743386
Hide / Show Abstract

Une série d’Actes de conférence du Forum international des transports (précédemment la Conférence européenne des ministres des transports). Les rapports concernent généralement les aspects économiques et réglementaires du transport dans les pays membres du FIT. Les dernières Tables rondes avaient pour thèmes les biocarburants, les coûts du transport, les investissements d’infrastructure et la réglementation des taxis.

Also available in English
 
Intégration et concurrence entre le transport et les activités logistiques

Intégration et concurrence entre le transport et les activités logistiques You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/7410012e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/transport/integration-et-concurrence-entre-le-transport-et-les-activites-logistiques_9789282102671-fr
  • READ
Author(s):
ITF
26 Feb 2010
Pages:
188
ISBN:
9789282102671 (PDF) ;9789282102633(print)
http://dx.doi.org/10.1787/9789282102671-fr

Hide / Show Abstract

De très importantes entreprises multinationales du transport et de la logistique sont apparues avec pour objectif de fournir des services de transport intégrés à destination des chargeurs, le tout dans le contexte d’une économie mondialisée. Ces entreprises échappent-elles en raison de leur taille même au contrôle des autorités nationales de la concurrence ? Portent-elles atteinte à la concurrence lorsqu’elles fusionnent ou acquièrent d’autres entreprises au sein de la chaîne logistique ?

La Table Ronde a rassemblé des experts des questions de la concurrence avec des chercheurs des domaines du transport maritime, du fret ferroviaire et de la logistique pour cerner les questions saillantes qui relèvent de la concurrence et les réponses réglementaires appropriées. Un examen des stratégies des entreprises de transport et de logistique révèle qu’une intégration verticale peut certes engendrer des gains d’efficience, mais elle correspond le plus souvent au besoin d’intensifier l’usage des coûteux équipements fixes plus que d’un impératif de contrôler toutes les opérations de la chaîne logistique. Ceci explique que les firmes maritimes se portent acquéreurs d’opérateurs de terminaux. Les acquisitions horizontales, là où des entreprises similaires servant un même marché fusionnent, sont davantage susceptibles de poser des problèmes de concurrence. De tels problèmes peuvent particulièrement se poser au niveau d’équipements congestionnés.

Cette Table Ronde dresse un cadre pour l’examen des questions de concurrence au sein des activités de transport et de logistiques globales, elle discute de la pertinence des mesures à la portée des régulateurs, lorsque la concurrence est menacée et elle explore le rôle des autorités de concurrence et des Ministères des Transports dans la poursuite de l’organisation de marchés efficients.

Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Synthèse de la discussion
    La Table Ronde, présidée par M. Russell Pittman, du Ministère de la Justice des États-Unis, a fait le point sur les tendances en matière d'intégration horizontale et verticale dans les services logistiques, le transport maritime, les ports et le transport ferroviaire de marchandises, et a examiné les conditions dans lesquelles l'intégration est susceptible de réduire l'efficience du système de transport. Sur des marchés concurrentiels, l’intégration engendrera probablement des avantages nets pour la société, mais si elle élimine la concurrence, elle risque de permettre l’émergence d’un pouvoir de marché qui pourrait se traduire par des prix excessifs et des niveaux sous-optimaux d’investissements et de service. Les participants à la Table Ronde ont débattu des choix dont disposent les régulateurs sectoriels et les autorités de la concurrence pour gérer les risques d'abus de pouvoir de marché. Ils ont aussi évalué la capacité du droit de la concurrence et des autorités chargées de son application à prendre des mesures correctrices à l'égard des entreprises qui décident de tirer parti de leur pouvoir de marché. 
  • Intégration, non-intégration des transports maritimes, des activités portuaires et logistiques : quelques évidences empiriques
    En cinquante années, la conteneurisation est devenue l’épine dorsale de la mondialisation. Ce processus peut s’expliquer par une interaction vertueuse entre trois grands types de facteurs : des facteurs techniques, économiques et organisationnels. En effet, la conteneurisation n’est à l’origine qu’une simple innovation technique. Mais le conteneur, outil intermodal, ouvre la voie à de nouveaux schémas organisationnels de transport qui s’inscrivent dans la durée. Ces facteurs organisationnels mettent en cause les acteurs du transport qui ont dû redéfinir les frontières de leur métier respectif, afin de mettre en oeuvre des chaînes de transport porte à porte fiables et globales par leur étendue géographique. Ces possibilités ouvertes par la conteneurisation seraient restées lettre morte, si elles n’avaient pas correspondu à de profonds bouleversements des facteurs économiques depuis les années 1970. La très forte croissance du commerce international des produits manufacturés, systématiquement supérieures à celle de l’ensemble du commerce international, elle-même supérieure à celle du PIB, caractérise une accentuation de la division internationale du travail qui n’était possible que sous-tendue par un puissant système de transport.
  • Puissance de marché et intégration horizontale et verticale des activités maritimes et portuaires
    Le secteur maritime est engagé dans une ère de perpétuelle mutation dont l’expression la plus parlante est l’évolution que la concurrence a connue ces dernières années. Alors que la concurrence opposait jadis les armateurs aux ports, elle s’exerce aujourd’hui de plus en plus entre des chaînes logistiques. La sélection des acteurs économiques ne s’opère plus sur la seule base de leur compétitivité intrinsèque, mais fait aussi entrer leur appartenance ou non-appartenance à une chaîne logistique performante en ligne de compte. Ceci explique pourquoi plusieurs de ces acteurs s’appliquent sans répit à contrôler ce type de chaîne par le biais d’alliances et de fusions-acquisitions dans le sens tant horizontal que vertical.
  • Organisation des chemins de fer et des ports dans la république d'Afrique du Sud et en Turquie : paradis des intégrateurs ?
    Les experts en transports semblent avoir une tendance irrépressible à se focaliser sur « leur »partie du système de production en renonçant à aborder les transports du point de vue du client, àsavoir le chargeur ou le destinataire, et en viennent ainsi souvent à se braquer sur l’une ou l’autreinnovation technologique ou sur un seul mode. La course à l’efficience ou aux économies d’échelletend alors à occuper le devant de la scène et à repousser le fonctionnement du réseau « de porte àporte » et, surtout, la concurrence à l’intérieur du réseau à l’arrière-plan. La Table Ronde a notammentpour but de corriger cette vision des choses.
  • Problématique des fusions horizontales et de l'intégration verticale
    Le présent rapport traite du pouvoir que les fusions verticales et horizontales permettentd’acquérir sur les marchés ferroviaires européens et se veut être une base solide sur laquelle les débatsde la Table Ronde pourront s’appuyer. Il rassemble des données concrètes sur des fusions verticales ethorizontales dans lesquelles des opérateurs marchandises ont été impliqués et montre comment lesautorités compétentes en matière de concurrence ont déterminé les circonstances dans lesquelles cesfusions doivent être entérinées. Il s’étend également sur les aspects économiques de ces marchés et,partant, sur la forme qu’ils devraient prendre à l’avenir.
  • Liste des participants
  • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site