Les échanges et l'ajustement structurel

Les échanges et l'ajustement structurel

Les enjeux de la mondialisation You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/2205022e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/trade/les-echanges-et-l-ajustement-structurel_9789264010994-fr
  • READ
Author(s):
OECD
21 Sep 2005
Pages:
364
ISBN:
9789264010994 (PDF) ;9789264010987(print)
http://dx.doi.org/10.1787/9789264010994-fr

Hide / Show Abstract

Les échanges et l'ajustement structurel : Les enjeux de la mondialisation recense les conditions à remplir pour réaffecter avec succès la main-d’œuvre et le capital à des emplois et des usages plus efficients face à l’émergence de nouvelles sources de concurrence, au progrès technologique et à la réorientation des préférences des consommateurs. L’ouvrage s’intéresse en outre aux moyens de limiter les coûts d’ajustement pour les individus, les collectivités, et la société tout entière. Fondé sur des études de cas sectorielles spécifiques, cet ouvrage analyse les enjeux de l’ajustement et le cadre d’action dans les pays développés et en développement. Il formule des recommandations concrètes sur les bonnes pratiques.

Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • L'ajustement structurel et les défis à relever
    Ce chapitre pose le décor de la présente étude et identifie des secteurs, dans les pays développés et en voie de développement, qui auront probablement à relever les défis de l’ajustement à l’avenir. Il examine, pour chacun de ces secteurs, les forces intrinsèques à l’oeuvre et la nature des défis. On a choisi d’accorder une attention particulière à huit secteurs : agriculture, pêche, textile et habillement, acier, construction navale, automobile, services de santé et sous-traitance internationale des services informatiques et des services aux entreprises. L’incidence des forces intrinsèques peut varier sensiblement d’un secteur à l’autre. Les forces économiques diffuses à l’oeuvre sont notamment de nouvelles sources de concurrence, le progrès technologique, l’évolution des préférences des consommateurs et des préoccupations sociales, notamment celles liées à l’environnement. Le caractère du processus d’ajustement auquel ces forces donnent lieu peut différer notablement selon le niveau de développement des pays concernés. En particulier, les pays en voie de développement à revenu faible ont besoin d’améliorer leurs capacités institutionnelles et leurs infrastructures. La nature et l’impact de l’ajustement ne seront pas les mêmes pour différents groupes sociaux et entre les individus et l’économie dans son ensemble (pour la sous-traitance des services informatiques, par exemple, ils sont relativement modestes). La relation entre les échanges et le processus d’ajustement a de multiples dimensions. Si les politiques commerciales et la libéralisation des échanges peuvent aider la création de conditions favorables à l’ajustement structurel, elles peuvent aussi créer de nouveaux défis pour les pays en voie de développement, notamment ceux liés à l’érosion des préférences et les pertes de recettes publiques.
  • Études de cas sectoriels
    Ce chapitre étudie quelques cas d’échanges et d’ajustement structurel dans le domaine de l’agriculture. D’abord, une étude comparative de plusieurs pays analyse les évolutions potentielles des prix relatifs et des rendements des facteurs qui sont susceptibles d’accompagner des réductions générales de la protection des échanges agricoles et non agricoles. Le chapitre examine ensuite des exemples de produits agricoles dans plusieurs pays : le commerce des avocats entre le Mexique et les États-Unis, l’industrie laitière en Australie, le secteur agroalimentaire au Chili, l’industrie des fleurs coupées au Kenya et la réforme agricole en Nouvelle-Zélande. Quelques conclusions générales se dessinent, mais il est essentiel de distinguer les pays selon leur niveau de développement. Dans plusieurs études de cas, les mesures de réforme incluaient une réduction du rôle joué directement par les pouvoirs publics dans la production, l’acquisition, la commercialisation et la fixation des prix des produits agricoles. En revanche, toutes les études ont mis en évidence la contribution importante des pouvoirs publics à la création d’un environnement propice au succès de l’ajustement. Cet environnement favorable incluait à la fois des mesures de portée générale et l’octroi d’un soutien attentif à certains secteurs. Une politique macro-économique stable mais accommodante, notamment pour le taux de change, a été considérée comme un facteur déterminant du succès de l’ajustement dans l’économie agricole de la Nouvelle-Zélande et du Chili. En revanche, dans les secteurs de l’avocat au Mexique et des fleurs coupées au Kenya, les pouvoirs publics ont joué un rôle fondamental en favorisant le développement d’infrastructures sectorielles privées pour la commercialisation. La politique commerciale agricole est rarement menée isolément. Pour mettre en oeuvre des réformes remédiant à la distorsion des échanges, il ne faut généralement pas se contenter d’ajuster les instruments de soutien au commerce et les aides nationales. Dans certains cas, on peut répondre au besoin d’ajustement structurel en ayant recours à des instruments de politique sociale générale : assurance-chômage, éducation et formation pour les travailleurs dont l’emploi a été supprimé, aide au déménagement, etc.
  • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site