Les migrants et l'emploi (Vol. 2)
Hide / Show Abstract

Les migrants et l'emploi (Vol. 2)

L'intégration sur le marché du travail en Belgique, en France, aux Pays-Bas et au Portugal

Lorsque des immigrants arrivent dans un pays, ils sont confrontés à un marché du travail peu connu qui a ses propres exigences. Avoir une bonne maîtrise de la langue du pays hôte et une bonne connaissance des procédures de recherche d’emploi et du fonctionnement du marché du travail sont autant d’atouts qu’ils n’ont pas forcément. Les nouveaux immigrants ne sont pas les seuls à rencontrer ces difficultés, il en va de même pour leurs enfants même s’ils sont nés et ont été scolarisés dans le pays d’accueil. Cet ouvrage examine l’intégration sur le marché du travail des immigrés et de leurs enfants dans quatre pays de l’OCDE (Belgique, France, Pays-Bas et Portugal), et formule des recommandations propres à chacun de ces pays. Les pouvoirs publics se doivent de promouvoir l’enseignement des langues et la formation professionnelle, et d’encourager la diversité au travail. Pour leur part, les immigrés doivent accepter les exigences des employeurs des pays d’accueil. La viabilité des futures politiques migratoires et le recours accru à l’immigration dépendent en grande partie de l’aptitude des pays de l’OCDE et des immigrés à réaliser ces objectifs.
Click to Access: 
Publication Date :
15 Jan 2009
DOI :
10.1787/9789264055711-fr
 
Chapter
 

L'intégration des immigrés et de leurs enfants sur le marché du travail en France You do not have access to this content

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD
Pages :
119–203
DOI :
10.1787/9789264055711-4-fr

Hide / Show Abstract

La question de l’intégration des immigrés sur le marché du travail en France évoque immédiatement les incidents de l’automne 2005, au cours desquels les quartiers enregistrant une forte concentration d’immigrés ont été le théâtre d’affrontements entre la police et des jeunes issus de l’immigration, d’incendies de véhicules et d’actes de vandalisme multiples. Les médias internationaux avaient alors parlé d’un échec de l’intégration et décrit une jeunesse déracinée en mal d’éducation et d’emploi. Cependant, comme l’avaient à l’époque fait remarquer de nombreux observateurs, les personnes impliquées dans ces incidents n’étaient pas des immigrés, mais des enfants d’immigrés, pour la plupart nés et éduqués en France, et possédant la nationalité française. L’approche économique classique de l’intégration (Chiswick, 1978), dans laquelle les immigrés acquièrent progressivement le capital humain propre à leur pays d’accueil (en particulier la langue) et voient leurs perspectives d’emploi converger vers celles des autochtones, ne semble pas toujours vérifiée dans ce contexte. 
Also available in: English