/content/chapter/soc_glance-2011-16-fr
 
Panorama de la société 2011 : Les indicateurs sociaux de l'OCDE
Previous page 33/49 Next page
branch 6. Indicateurs d'équité
  branch  Inégalités de revenus

Définition et mesure

Les inégalités de revenus sont mesurées à partir des données sur le revenu disponible des ménages (voir l'encadré " Définition et mesure " de l'indicateur GE1 pour plus de détails). Le principal indicateur de la distribution des revenus retenu ici est le coefficient de Gini. La valeur de ce coefficient varie entre 0, qui correspond à une " égalité parfaite " (chaque personne reçoit la même fraction des revenus) et 1, qui représente une " inégalité parfaite " (la fraction de la population la plus riche reçoit l'intégralité des revenus). Les données relatives à l'espérance de vie sont analysées dans l'encadré " Définition et mesure " de l'indicateur HE1 ci-dessous.

 

Les inégalités de revenus reflètent la distribution des ressources matérielles dans la société. Certains estiment que des inégalités de revenus très marquées ne sont pas souhaitables sur le plan moral. D'autres les déplorent sur le plan fonctionnel, puisqu'elles suscitent des conflits, entravent la coopération ou engendrent des tensions à la fois psychologiques et physiques (Wilkinson et Pickett, 2009). Souvent, les pouvoirs publics sont davantage préoccupés par l'évolution des inégalités plutôt que par leur niveau.

À la fin des années 2000, les inégalités de revenus étaient extrêmement variables d'un pays de l'OCDE à l'autre (partie A, Graphique eq1.1 ). Ainsi, le Chili, le Mexique et la Turquie se distinguent par les inégalités de revenus les plus marquées, tandis que les pays anglophones de la zone OCDE s'inscrivent en ligne avec la moyenne OCDE, voire au-dessus. Les pays d'Europe du Sud et de la Méditerranée se caractérisent également par des inégalités de revenus plus prononcées que la moyenne, contrairement aux pays nordiques et d'Europe continentale où elles sont inférieures à la moyenne.

Depuis le milieu des années 80, les inégalités de revenus ne se sont creusées que modérément dans la zone OCDE (partie B, Graphique eq1.1 ). Néanmoins, on observe de fortes variations d'un pays à l'autre et dans le temps. C'est en République tchèque, en Finlande, en Israël, en Nouvelle-Zélande et en Suède que les inégalités se sont le plus accentuées. Toutefois, cette tendance ne s'est pas généralisée, puisque les inégalités de revenus ont sensiblement diminué en Grèce, en Irlande, en Espagne et au Chili.

Les inégalités de revenus sont généralement plus marquées dans les pays plus pauvres ( Graphique eq1.2 ). Parmi les pays de l'OCDE où les inégalités sont les plus marquées figurent certains des pays les moins riches, comme le Chili, le Mexique et la Turquie. Le Luxembourg, l'Islande et la Norvège conjuguent richesse et égalité relatives, mais les inégalités y sont toutefois plus importantes que prévu (supérieures à la moyenne pour le Graphique eq1.2) par rapport à leurs revenus élevés. Les inégalités sont assez marquées aux États-Unis au vu de leur niveau de vie élevé (supérieures à la moyenne pour le Graphique eq1.2), la situation étant inversée en République tchèque, en Hongrie et en Pologne, qui affichent des revenus relativement bas et, partant, des inégalités peu marquées (inférieures à la moyenne pour le Graphique eq1.2).

Une hausse rapide des revenus ne s'accompagne pas nécessairement d'un creusement des inégalités ( Graphique eq1.3 ). Certains estiment qu'une augmentation rapide des revenus implique nécessairement un renforcement des inégalités. D'autres considèrent en revanche qu'une amélioration rapide des revenus permet de gommer les inégalités. Néanmoins aucune de ces deux hypothèses n'est corroborée par les données de l'OCDE sur les inégalités de revenus.

Pour en savoir plus

OCDE (2008), Croissance et inégalités : Distribution des revenus et pauvreté dans les pays de l'OCDE, Éditions OCDE, Paris.

OCDE (2011), Causes of Growing Income Inequality in OECD Countries, Éditions OCDE, Paris, à paraître.

Wilkinson, R. et K. Pickett (2009), The Spirit Level. Why Equality is Better for Everyone, Penguin Books, Londres.

Notes des graphiques

Graphique eq1.1, partie A : Pour la Grèce et la Suisse, le coefficient de Gini fait référence au milieu des années 2000.

Graphique eq1.1, partie B  et Graphique eq1.3 : Aucune donnée disponible sur les changements intervenus en Corée, en Estonie, en Islande, en Pologne, en République slovaque, en Slovénie et en Suisse. Les données disponibles pour l'Australie, le Chili, Israël et le Portugal concernent les changements intervenus depuis le milieu des années 90. Les données disponibles pour l'Autriche, la Belgique, l'Espagne, l'Irlande, le Portugal et la République tchèque concernent les changements intervenus jusqu'en 2000, les données issues de l'enquête EU-SILC n'étant pas comparables avec celles des années antérieures pour ces pays.

Les informations sur les données concernant Israël sont disponibles sur http://dx.doi.org/10.1787/888932315602.

Indicateur au format PDF Page en Acrobat PDF

Graphiques
eq1.1 Les inégalités de revenus se sont accrues Graphique en Excel
Les inégalités de revenus se sont accrues
eq1.2 Les pays riches ont une plus faible inégalité de revenus Graphique en Excel
Les pays riches ont une plus faible inégalité de revenus
eq1.3 La croissance rapide des revenus ne réduit pas les inégalités Graphique en Excel
La croissance rapide des revenus ne réduit pas les inégalités