/content/chapter/na_glance-2011-26-fr
 
Panorama des comptes nationaux 2011
Previous page 32/37 Next page
branch Capital
  branch 24. Consommation de capital fixe

Économiquement parlant, la meilleure description de la consommation de capital fixe (amortissement) est une déduction opérée dans les revenus au titre de la diminution de la valeur du capital due à l'utilisation de biens d'équipement dans la production. Elle joue un rôle primordial dans son acception comptable du fait qu'elle est utilisée comme élément de " compensation " dans les estimations du produit intérieur net, etc., comme indiqué dans les parties précédentes et, en conséquence, parce qu'elle permet des analyses plus fines d'un point de vue du bien-être que des mesures brutes. Elle constitue par ailleurs une partie du coût des services tirés du capital et joue de ce fait un rôle dans la mesure de la productivité. En outre, elle a un impact direct sur le PIB, car les estimations de la valeur ajoutée non marchande comprennent explicitement une composante au titre de l'amortissement.

Définition

Le Système de comptabilité nationale de 1993 définit la consommation de capital fixe (amortissement) de la manière suivante :

La consommation de capital fixe représente la diminution, pendant la période comptable, de la valeur courante du stock d'actifs fixes possédés et utilisés par un producteur qui résulte d'une dégradation physique, de l'obsolescence normale ou de dommages accidentels normaux. […] Les pertes causées par une guerre ou par des catastrophes naturelles majeures qui se produisent rarement […] ne sont pas incluses dans la consommation de capital fixe. […]

Les valeurs des actifs perdues de cette façon sont comptabilisées dans les autres variations en volume des comptes d'actifs. […] La consommation de capital fixe est définie dans le Système d'une manière qui se veut théoriquement appropriée et pertinente à des fins d'analyse économique. Sa valeur peut varier considérablement par rapport à l'amortissement tel qu'il est calculé dans la comptabilité d'entreprise ou à des fins fiscales, en particulier lorsqu'il y a de l'inflation.

 

Dans la comptabilité d'entreprise, l'amortissement est généralement calculé différemment de l'amortissement tel qu'il est considéré en comptabilité nationale. Dans ce dernier contexte, l'amortissement est calculé en appliquant un " coefficient d'amortissement " à la valeur courante de chaque actif, tandis que dans le contexte d'une entreprise, les comptables appliquent généralement un coefficient d'amortissement à la valeur du bien estimée à son coût d'acquisition original ( " coût historique " ). Lorsque les prix des biens d'équipement augmentent, la différence peut être significative.

Compte tenu de l'importance de plus en plus grande des biens d'équipement de haute technologie soumis à des évolutions techniques rapides, la mesure de l'amortissement fait l'objet de nombreuses discussions. En particulier, certains ont soutenu que l'amortissement devrait inclure des pertes effectives au motif que ce serait le moyen de prendre la mesure de l'obsolescence attendue. D'autres sont parvenus à une conclusion différente et font une distinction entre les changements de valeur d'un actif dus à son vieillissement (qu'ils assimilent à l'amortissement) et les changements de valeur dus à l'évolution globale des prix du groupe de biens d'équipement concernés, ce qui correspond à la position du SCN et, de fait, à la pratique retenue par les organismes de statistiques.

Comparabilité

Comme pour les estimations du stock de capital net, la comparabilité internationale des estimations de l'amortissement dépend : i) des éléments compris dans la définition des actifs fixes ; ii) des profils de retrait et d'amortissement utilisés ; et iii) de la longueur des séries temporelles disponibles pour la FBCF par produit. Bien que la comparabilité des points i) et iii) soit généralement bonne entre les pays (voir aussi l'Indicateur 12), les hypothèses relatives aux durées de service et aux taux d'amortissement diffèrent d'un pays à l'autre, même si, comme indiqué dans l'Indicateur 23, ces différences sont souvent motivées par de bonnes raisons et sont le reflet d'une réalité économique.

Source

Base de données en ligne

Pour en savoir plus

Indicateur au format PDF Page en Acrobat PDF

Tableau
24.1. Consommation de capital fixe
    Tableau en Excel

Graphique
24.1 Consommation de capital fixe Graphique en Excel
Consommation de capital fixe