/content/chapter/health_glance-2011-11-fr
 
Panorama de la santé 2011 : Les indicateurs de l'OCDE
Previous page 12/90 Next page
branch 1. État de santé
  branch 1.8. Santé du nourrisson : faible poids à la naissance

Le faible poids à la naissance - défini ici comme inférieur à 2 500 grammes - est un indicateur important de la santé du nourrisson parce qu'il existe une relation étroite entre le poids de naissance d'une part, et la mortalité et la morbidité infantiles d'autre part. Un faible poids de naissance peut être dû à deux facteurs : un retard de croissance intra-utérin ou une naissance prématurée. Les nouveau-nés de faible poids risquent plus d'être en mauvaise santé ou de décéder, doivent souvent être hospitalisés plus longtemps après la naissance et sont plus susceptibles de souffrir de handicaps importants (UNICEF et OMS, 2004).

Parmi les facteurs de risque du faible poids de naissance figurent les grossesses chez les adolescentes, les antécédents de faible poids à la naissance, les comportements nocifs comme le tabagisme, la consommation excessive d'alcool et une mauvaise hygiène alimentaire, le fait d'avoir un faible indice de masse corporelle, le fait d'être issu d'un milieu socioéconomique défavorisé et la fécondation in vitro.

Dans les pays de l'OCDE, en 2009, un enfant sur 15 pesait moins de 2 500 grammes à la naissance - soit 6.7 % de l'ensemble des naissances (Graphique 1.8.1). Les pays nordiques (Islande, Suède et Finlande), l'Estonie, l'Irlande et la Corée sont les pays qui ont affiché la plus faible proportion de naissances de faible poids, ces naissances ayant représenté moins de 5 % des naissances vivantes. à l'autre extrémité, on trouve, outre un certain nombre de pays émergents (l'Inde, l'Afrique du Sud et l'Indonésie), la Turquie et le Japon, avec une proportion de naissances de faible poids supérieure à 9 % (Graphique 1.8.1).

Depuis 1980 et surtout à partir de 1995, la proportion de naissances de faible poids a augmenté dans plusieurs pays de l'OCDE (Graphique 1.8.2). Plusieurs facteurs concourent à expliquer cette hausse. D'une part, le nombre de naissances multiples, qui ont pour corollaire un risque accru de naissance prématurée et de faible poids de naissance, a augmenté régulièrement, en partie du fait d'une plus grande utilisation des traitements contre la stérilité. D'autre part, le recul de l'âge de la maternité et le recours accru à des techniques d'accouchement telles que la provocation de l'accouchement et la césarienne, sont d'autres facteurs explicatifs.

Le nombre de naissances de faible poids a considérablement augmenté au Japon, au Portugal et en Espagne ces trente dernières années. En conséquence, dans ces pays, la proportion de nouveau-nés ayant un faible poids de naissance est désormais supérieure à la moyenne de l'OCDE (Graphique 1.8.2). En revanche, au Chili, en Pologne et en Hongrie, cette proportion a diminué au cours de la même période. Elle a peu évolué en Finlande, en Suède et au Danemark, mais elle a augmenté en Islande et en Norvège.

Le Graphique 1.8.3 montre qu'il existe une certaine corrélation entre le pourcentage d'enfants à faible poids de naissance et le taux de mortalité infantile. En général, les pays dans lesquels la proportion d'enfants ayant un faible poids de naissance est réduite affichent également des taux de mortalité infantile relativement bas. C'est le cas, par exemple, des pays nordiques. Le Japon fait toutefois exception à cette règle puisqu'il affiche la plus forte proportion d'enfants ayant un faible poids de naissance et l'un des taux de mortalité infantile les plus bas.

Il ressort d'une comparaison des différents groupes sociaux au sein d'un même pays que la proportion d'enfants de faible poids de naissance peut être influencée par des différences de niveau d'instruction, de revenu et de conditions de vie. Aux États-Unis, on observe de grands écarts entre les groupes pour ce qui est de la proportion d'enfants ayant un faible poids de naissance, cette proportion étant pratiquement deux fois plus élevée parmi la population noire que parmi la population blanche (NCHS, 2011). Des différences similaires ont été observées entre les populations indigènes et non indigènes en Australie, au Mexique et en Nouvelle-Zélande, différences qui reflètent souvent les conditions de vie défavorisées de nombreuses mères indigènes.

Définition et comparabilité

Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), un enfant ayant un faible poids de naissance est un enfant qui pèse moins de 2 500 grammes à la naissance, quel que soit l'âge gestationnel auquel il est né. Cette définition repose sur des observations épidémiologiques relatives au risque accru de décès de l'enfant. Le nombre de naissances d'enfants de faible poids est ensuite exprimé en pourcentage du total des naissances vivantes.

Les données proviennent en majorité des registres d'état-civil, sauf dans le cas du Mexique, où elles proviennent d'une enquête nationale de santé par entretiens. Quelques pays, peu nombreux, fournissent des données qui ne couvrent que certaines régions ou certains secteurs hospitaliers.

Informations sur les données concernant Israël : http://dx.doi.org/10.1787/888932315602.

 
Indicateur au format PDF Page en Acrobat PDF

Graphiques
1.8.1 Faible poids des nourrissons à la naissance, 2009 et variation 1980-2009 (ou année la plus proche) Graphique en Excel
Faible poids des nourrissons à la naissance, 2009 et
variation 1980-2009 (ou année la plus proche)
1.8.2 Évolution de la proportion de nourrissons ayant un faible poids à la naissance, quelques pays de l'OCDE, 1980-2009 Graphique en Excel
Évolution de la proportion de nourrissons ayant un
faible poids à la naissance, quelques pays de l'OCDE, 1980-2009
1.8.3 Faible poids à la naissance et mortalité infantile, 2009 (ou année la plus proche) Graphique en Excel
Faible poids à la naissance et mortalité infantile,
2009 (ou année la plus proche)