Science, technologie et industrie : Perspectives de l'OCDE

Frequency :
Biennial
ISSN :
2074-7152 (online)
ISSN :
2074-7160 (print)
DOI :
10.1787/20747152
Hide / Show Abstract

Le panorama mondial de la science, de la technologie et de l’innovation évolue rapidement. Quelles en sont les conséquences pour la politique de la science et de l’innovation ? Quelles sont les mesures que prennent les pays pour dynamiser leurs capacités dans les domaines de la science, de la technologie et de l’innovation ? Quelle est la contribution de la science et de l’innovation à la croissance et aux objectifs sociaux ?

La publication bisannuelle Sciences, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE passe en revue les principales tendances concernant la science, la technologie et l’innovation dans les pays de l’OCDE et dans un certain nombre de grandes économies non membres comme l’Afrique du Sud, le Brésil, le Chili, la Chine, Israël et la Fédération de Russie.

Au moyen des données et indicateurs les plus récents disponibles, cet ouvrage aborde certains thèmes qui sont au cœur des préoccupations des responsables de la politique de la science et de l’innovation, notamment les performances en science et innovation, les tendances des politiques nationales de la science, de la technologie et de l’innovation et les pratiques pour évaluer les impacts socio-économiques de la recherche publique. On trouvera également pour chacun des pays un profil individuel de ses performances en matière de science et d’innovation en relation avec la situation du pays et les enjeux actuels de la politique publique.

Also available in: English
 
Science, technologie et industrie : Perspectives de l'OCDE 2010

Science, technologie et industrie : Perspectives de l'OCDE 2010 You do not have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010_sti_outlook-2010-fr
  • READ
Author(s):
OECD
Publication Date :
05 Jan 2011
Pages :
304
ISBN :
9789264094536 (PDF) ; 9789264094512 (print)
DOI :
10.1787/sti_outlook-2010-fr

Hide / Show Abstract

De grandes attentes reposent sur la technologie et l’innovation pour assurer une reprise économique rapide et durable. Mais quelles sont les implications pour la politique de la science et de l’innovation ? Quelles mesures les pays prennent-ils pour renforcer leurs capacités à cet égard ? Quelle place les pays émergents sont-ils appelés à occuper dans le paysage de la science, de la technologie et de l’innovation ?

Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE 2010 fait le point sur les principales tendances concernant la science, la technologie et l’innovation dans les pays de l’OCDE et dans un certain nombre de grandes économies émergentes comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et la Russie. Au moyen des données et indicateurs les plus récents, cette publication aborde des thèmes qui sont au cœur des préoccupations des responsables de la politique économique : performances en matière de science et d’innovation ; évolutions des politiques nationales de la science, de la technologie et de l’innovation ; conception et évaluation des politiques d’innovation, y compris les interactions des différentes mesures et leur dosage. On trouvera également dans ces Perspectives, pour chaque pays, un profil individuel de ses performances en matière de science et d’innovation, situées dans le contexte propre au pays et par rapport à ses enjeux stratégiques.

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts  

  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec001.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/avant-propos_sti_outlook-2010-1-fr
    • READ
    Avant-propos
    Science, technologie et industrie : Perspectives de l’OCDE 2010 est la septième édition d’une publication biennale qui fait le point sur les tendances, les perspectives et les grandes orientations, dans les domaines de la science, de la technologie et de l’industrie, dans l’ensemble de la zone OCDE et dans les grandes économies non membres. En complément d’une synthèse des informations les plus récentes sur l’évolution de la politique gouvernementale, ces Perspectives 2010 consacrent un chapitre à la conception et à l’évaluation des politiques – le « dosage des politiques ». Cette publication propose également des profils individuels des performances des différents pays en matière de science et d’innovation, situées dans leur contexte propre et par rapport à leurs enjeux stratégiques.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/les-50-ans-de-l-ocde_sti_outlook-2010-2-fr
    • READ
    Les 50 ans de l'OCDE
    L’OCDE célèbre en 2011 son 50e anniversaire. À cette occasion, nous allons brièvement passer en revue les évolutions de la science et la technologie depuis les années 60, la contribution de l’OCDE à cette évolution et les perspectives pour le XXIe siècle.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/des-politiques-meilleures-pour-une-vie-meilleure_sti_outlook-2010-3-fr
    • READ
    Des politiques meilleures pour une vie meilleure
    Comme le montrent les exemples suivants, l’OCDE a beaucoup influé sur la façon dont les gouvernements abordent la science, la technologie et l’innovation, et sur celle dont l’économie en tant que discipline s’efforce de comprendre ces phénomènes.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/resume_sti_outlook-2010-4-fr
    • READ
    Résumé
    À l’issue de la crise financière, la science, la technologie et l’innovation auront une importance décisive pour pérenniser la reprise et relancer les perspectives de croissance à plus long terme des pays de l’OCDE et des économies non membres. Elles sont à même de proposer de nouvelles solutions face à quelques-uns des principaux défis auxquels sont confrontées nos sociétés : évolution démographique, problématiques sanitaires d’envergure mondiale, changement climatique. Pour être à la hauteur de tels enjeux, il est indispensable que les pays continuent d’investir dans le savoir. La science, la technologie et l’innovation sont donc plus importantes que jamais.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/principales-tendances-de-la-science-de-la-technologie-et-de-l-innovation_sti_outlook-2010-5-fr
    • READ
    Principales tendances de la science, de la technologie et de l'innovation
    Ce chapitre présente une vue générale des principales tendances de la science, de la technologie et de l’innovation dans la zone de l’OCDE et dans quelques économies non membres. Il met en lumière, au moyen des données et analyses les plus récentes, les changements touchant l’investissement en R-D et les ressources humaines qualifiées et il explore leur impact sur l’activité de science et d’innovation. Il analyse aussi les tendances de la mondialisation et considère le potentiel futur des économies hors OCDE dans le domaine de l’innovation. Dans le contexte de la crise financière et du fléchissement de l’économie, et afin d’apporter une composante prospective, on examine aussi dans ce chapitre au moyen des données et autres éléments disponibles les perspectives de croissance futures des économies de l’OCDE et de quelques économies non membres, les défis futurs pour la société et les domaines émergents de la science, de la technologie et de l’innovation.
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/principales-evolutions-des-politiques-nationales-de-la-science-de-la-technologie-et-de-l-innovation_sti_outlook-2010-6-fr
    • READ
    Principales évolutions des politiques nationales de la science, de la technologie et de l'innovation
    On trouvera dans ce chapitre un aperçu des tendances clés des politiques nationales de la science, de la technologie et de l’innovation, et notamment les politiques et programmes introduits entre 2008 et 2010. Celui-ci passe en revue les évolutions dans les domaines suivants : recherche réalisée par le secteur public, aides publiques à la recherche et développement (R-D) et à l’innovation dans les entreprises, collaboration et mise en réseau des organismes participant à l’innovation, mondialisation de la R-D et innovation ouverte, ressources humaines en science et technologie (RHST) et évaluation des politiques de la recherche et de l’innovation.
  • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Science et innovation : notes par pays

    • Mark Click to Access
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec007.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/australie_sti_outlook-2010-7-fr
      • READ
      Australie
      L’Australie fait preuve de dynamisme en matière d’innovation et affiche un certain nombre de points forts. Les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont progressé à partir de 2000, pour culminer à 1.97 % du PIB en 2006, tandis que les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) sont ressorties à 1.2 % du PIB en 2007, soit un niveau inférieur au 1.6 % enregistré en moyenne dans l’OCDE. La part des DIRD financées par les entreprises est passée de 54.3 % à 58.3 % entre 2004 et 2006, alors que celle assurée par l’État décroissait de 40.3 % à 37.3 %. Les entreprises ont financé 96 % des DIRDE en 2007, contre 89 % en 2001. En 2006, le secteur tertiaire a exécuté 40 % des DIRDE du pays. Si l’on adopte une définition large du capital-risque, l’intensité de capital-risque (0.13 % du PIB) a été supérieure à la moyenne en 2008; en revanche, avec une définition plus restreinte (hors capital-investissement), ce ratio a reculé dans les dernières années.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec008.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/autriche_sti_outlook-2010-8-fr
      • READ
      Autriche
      L’Autriche obtient de bons résultats selon plusieurs indicateurs de science et d’innovation. Depuis 1998, les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont augmenté de manière constante en proportion du PIB, pour atteindre 2.7 % en 2008, principalement en raison des dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) (1.9 % du PIB). La part des DIRD exécutées par le secteur de l’enseignement supérieur (23.8 %) s’est inscrite en légère baisse par rapport à celle des années précédentes, la part du secteur de l’État (5.3 %) progressant dans les mêmes proportions.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec009.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/belgique_sti_outlook-2010-9-fr
      • READ
      Belgique
      Le profil de la Belgique en matière de science et d’innovation révèle un certain nombre de points forts. L’investissement dans les ressources humaines en science et technologie (RHST) est une priorité de l’action publique. La Belgique compte 8 chercheurs pour mille emplois, soit un peu plus de la moyenne de l’OCDE. Les diplômes en science et ingénierie représentaient 23 % des nouveaux diplômes en 2007, ce qui situait le pays juste audessus de la moyenne de l’OCDE, et, en 2008, la part des effectifs de RHST dans l’emploi total était de 32.5 %.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec010.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/bresil_sti_outlook-2010-10-fr
      • READ
      Brésil
      L’économie du Brésil se caractérise par la grande taille et le bon niveau de développement des secteurs agricole, minier, manufacturier et tertiaire. Son économie de 2 000 milliards USD croît rapidement sur les marchés mondiaux tout en se transformant sur le plan structurel. Au cours de la période 1998-2008, les exportations de biens manufacturés de haute technologie ont progressé à une moyenne annuelle de 16 %, plus rapidement que les exportations totales de produits manufacturés (13 %), ce qui témoigne d’une meilleure compétitivité.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec011.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/canada_sti_outlook-2010-11-fr
      • READ
      Canada
      Le paysage canadien de l’innovation est unique en son genre, et le profil du pays dans le domaine de la science et de l’innovation comporte un certain nombre de points forts remarquables. Les ressources humaines en science et technologie (RHST) sont solides et leurs effectifs bien représentés dans l’emploi total. Sur l’ensemble des diplômes universitaires, 22.4 % ont été décernés en science et ingénierie, soit un peu plus de la moyenne de l’OCDE. La part des diplômés de l’enseignement supérieur dans l’emploi total est élevée, et 58 % de ces diplômés sont des femmes. Le nombre de chercheurs a augmenté plus lentement en 2007, pour atteindre 8.3 pour mille emplois, mais ce chiffre est resté supérieur à la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec012.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/chili_sti_outlook-2010-12-fr
      • READ
      Chili
      Le Chili, qui est devenu membre de l’OCDE le 7 mai 2010, se caractérise par le haut niveau de son commerce extérieur. Le pays est réputé disposer d’établissements financiers solides et mener une action publique cohérente, et ses obligations souveraines sont les mieux classées d’Amérique du Sud. Son profil en matière de science et d’innovation comporte certains points forts et s’est amélioré entre 2006 et 2008, même s’il révèle aussi quelques faiblesses.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec013.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/chine_sti_outlook-2010-13-fr
      • READ
      Chine
      Au cours des 30 dernières années, la Chine est passée d’une économie en grande partie fermée au statut d’acteur majeur sur le plan mondial. Son système d’innovation a considérablement changé et ses performances dans ce domaine se sont nettement améliorées. Les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont augmenté régulièrement, de 0.73 % du PIB en 1991 à 1.5 % en 2008, soit l’équivalent de 13 % environ des DIRD totales de l’OCDE. Le secteur privé a financé environ 70 % des DIRD et l’État, 24 %. Les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) ont augmenté de 27 % par an en valeur réelle au cours de la décennie 1997-2007 et représentaient 1 % du PIB en 2008. En 2007, la R-D des entreprises avoisinait 12 % des DIRDE de l’OCDE, contre 2 % en 1997.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec014.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/republique-tcheque_sti_outlook-2010-14-fr
      • READ
      République tchèque
      La République tchèque comble rapidement son retard sur les principaux pays de l’OCDE et obtient sur plusieurs indicateurs des résultats supérieurs à ceux des pays de l’Europe orientale membres de l’Organisation. Ainsi, les exportations de haute technologie ont progressé bien plus vite que celles de moyenne technologie entre 1998 et 2008, et les flux entrants d’investissements directs étrangers ont, eux aussi, été soutenus jusqu’en 2008.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec015.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/danemark_sti_outlook-2010-15-fr
      • READ
      Danemark
      Le Danemark est l’un des membres de l’OCDE les plus avancés selon plusieurs indicateurs de science et d’innovation. Ce pays dispose d’une économie de marché ouverte et moderne, qui comporte un secteur agricole utilisant de hautes technologies et un secteur manufacturier de pointe, avec des chefs de file mondiaux dans les secteurs de la pharmacie, du transport maritime et des énergies renouvelables. Son budget public de R-D et ses dépenses de R-D pharmaceutique et biotechnologique sont élevés. En 2008, les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) s’élevaient à 2.7 % du PIB, un niveau largement supérieur à la moyenne de l’OCDE, qui est de 2.3 %. Les DIRD financées par le secteur privé ont progressé de 61 %, alors que la part du financement public est tombée à 25 %. Les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) ont atteint 1.9 % du PIB en 2008; en pourcentage de la valeur ajoutée des entreprises, ces dépenses représentent près du double de la moyenne de l’OCDE. Pour la même année, le Danemark a affiché une forte intensité de capital-risque, à 0.16 %, bien au-dessus de la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec016.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/estonie_sti_outlook-2010-16-fr
      • READ
      Estonie
      L’Estonie affiche l’un des niveaux de revenu par habitant les plus élevés d’Europe centrale. Les gouvernements successifs ont réalisé d’importantes réformes. L’économie s’appuie sur des secteurs forts, électronique et télécommunications, et entretient des liens commerciaux étroits avec l’Allemagne, la Finlande et la Suède. Le secteur tertiaire s’est développé rapidement jusqu’à représenter 75 % du PIB.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec017.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/finlande_sti_outlook-2010-17-fr
      • READ
      Finlande
      L’investissement et les performances de la Finlande en matière d’innovation placent le pays dans le peloton de tête de la zone OCDE. La collaboration avec d’autres pays est soutenue, et une grande partie de la main-d’oeuvre possède un diplôme d’études supérieures. L’intensité de capital-risque se situe au-dessus de la moyenne et le budget public de R-D est élevé.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec018.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/france_sti_outlook-2010-18-fr
      • READ
      France
      La France affiche de solides résultats en matière de science et d’innovation dans différents domaines, notamment les ressources humaines en science et technologie (RHST). Elle comptait 8.4 chercheurs pour mille emplois en 2007, se plaçant ainsi légèrement au-dessus de la moyenne, mais le rythme d’augmentation de ces effectifs s’est ralenti dans les dernières années. Le pays obtient également des résultats supérieurs à la moyenne si l’on considère la proportion des RHST dans l’emploi total et la part des diplômes de science et ingénierie dans l’ensemble des diplômes décernés (27.6 %).
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec019.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/allemagne_sti_outlook-2010-19-fr
      • READ
      Allemagne
      Le profil de l’Allemagne en matière d’innovation a peu changé depuis l’édition 2008 des Perspectives de la STI. Les effectifs de ressources humaines en science et technologie (RHST) représentent une part importante de l’emploi total, et la robustesse des exportations de biens manufacturés de moyenne et haute technologie ne se dément pas au fil des ans.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec020.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/grece_sti_outlook-2010-20-fr
      • READ
      Grèce
      Le profil de la Grèce en matière de science et d’innovation s’est quelque peu amélioré de 2006 à 2008, même si les indicateurs des ressources humaines en science et technologie (RHST) sont inégaux. Les diplômes en science et ingénierie représentent 23.4 % de l’ensemble des diplômes décernés, soit un niveau légèrement supérieur à la moyenne de l’OCDE (20.9 %). En revanche, le pays ne comptait encore que 4.4 chercheurs pour mille emplois en 2007, en dépit d’une progression de cette catégorie à un rythme annuel de 3.7 % entre 2001 et 2007. Les effectifs de RHST ne représentaient que 23 % de l’emploi total, et le taux de chômage chez les diplômés était relativement élevé (5.7 %) en 2008 en regard de la moyenne de l’OCDE (3.2 %).
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec021.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/hongrie_sti_outlook-2010-21-fr
      • READ
      Hongrie
      Globalement, le profil de la Hongrie en matière de science et d’innovation a peu changé au cours des deux dernières années, mais quelques améliorations sont sensibles, en particulier au regard des indicateurs des ressources humaines en science et technologie (RHST). Le nombre de diplômes en science et ingénierie, par exemple, a atteint 14.1 % de l’ensemble des diplômes décernés, même s’il demeure bien au-dessous de la moyenne. Les effectifs de chercheurs, quoique toujours inférieurs à la moyenne également avec 4.5 chercheurs pour mille emplois en 2008, ont progressé à un taux annuel composé soutenu, de 4.7 %, entre 1998 et 2008. Les effectifs de RHST aussi ont augmenté pour atteindre 28 % de la population totale en 2008, avec une proportion de 60 % de femmes.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec022.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/islande_sti_outlook-2010-22-fr
      • READ
      Islande
      Entre 2000 et 2008, l’Islande a profité d’une croissance annuelle moyenne de 4.6 % de son PIB, largement poussée par les performances du secteur financier. Fin 2008 cependant, les engagements à l’étranger des banques islandaises (dont le total des prêts et autres actifs était plus de dix fois supérieur au PIB du pays) sont devenus intenables, et les trois principaux établissements du pays ont fait faillite. Le PIB réel et le PIB par habitant ont reculé de 6.5 % en 2009, tandis que le chômage a plus que doublé, pour atteindre 7.2 %.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec023.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/inde_sti_outlook-2010-23-fr
      • READ
      Inde
      L’économie de l’Inde présente de nombreux visages, avec des exploitations agricoles villageoises traditionnelles, une agriculture moderne, des entreprises artisanales, un large éventail de secteurs industriels modernes et une multitude de services. Un peu plus de la moitié de la population active travaille dans l’agriculture, mais le secteur des services, qui génère plus de la moitié du PIB du pays, est la principale source de croissance économique. Pendant la décennie 1997-2007, la croissance du PIB de l’Inde s’est maintenue en moyenne à 7 % par an, avant de fléchir en 2008, puis de nouveau en 2009, pour s’établir à 5.6 %. En 2008, le PIB par habitant ne représentait que 6 % de celui des États-Unis, soit 2 790 USD en PPA. L’Inde est cependant en passe de devenir une économie majeure à l’échelle mondiale. L’innovation est un atout précieux pour permettre à l’Inde de relever les défis à long terme que sont le développement de l’infrastructure physique et sociale, la création d’emplois et l’amélioration de l’éducation de base et de l’éducation supérieure.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec024.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/indonesie_sti_outlook-2010-24-fr
      • READ
      Indonésie
      L’Indonésie semble avoir relativement bien supporté la crise financière mondiale. Son PIB a frôlé les 1 000 milliards USD en 2009, et bien que sa croissance se soit ralentie, passant de plus de 6 % en 2007 et 2008 à 4.5 % en 2009, elle a surpassé celle de la plupart des pays voisins. Le taux de chômage officiel était de 8.4 % en 2008, avant de s’infléchir à 7.7 % en 2009. Le PIB par habitant, en revanche, est faible au regard des normes de l’OCDE : 8.6 % de celui des États-Unis en 2009.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec025.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/irlande_sti_outlook-2010-25-fr
      • READ
      Irlande
      L’Irlande est une petite économie moderne, dépendante de ses échanges commerciaux. Son ouverture et la très forte implication des multinationales étrangères ont exercé une puissante influence sur le système d’innovation. La crise financière mondiale a frappé très durement l’économie irlandaise, la faisant entrer en récession pour la première fois depuis plus d’une décennie.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec026.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/israel_sti_outlook-2010-26-fr
      • READ
      Israël
      Israël est une économie de marché ouverte et technologiquement avancée, avec des secteurs agricole et industriel très évolués. Les exportations représentent 45 % de son PIB. Son profil en matière de science et d’innovation affiche de bonnes performances. C’est le pays qui a enregistré les plus fortes dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) en 2008, avec 4.9 % du PIB. En 2006, 77 % des DIRD étaient financées par les entreprises et 16 % par l’État.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec027.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/italie_sti_outlook-2010-27-fr
      • READ
      Italie
      En 2008, les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) de l’Italie sont passées à 1.2 % du PIB, contre 1.1 % en 2006, restant cependant sous la moyenne de l’OCDE. En termes réels, les DIRD ont progressé de près de 6 % en 2006 comme en 2007, mais ont reculé de 0.8 % en 2008. Également inférieures à la moyenne de l’OCDE, les DIRD par habitant ont été de 369 USD courants en parités de pouvoir d’achat (PPA). En 2007, les entreprises ont financé les DIRD à hauteur de 42 %, un niveau bien inférieur aux 64 % de moyenne dans la zone OCDE. En 2008, les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) se chiffraient à 0.6 %, tandis que l’intensité de capital-risque atteignait 0.04 % du PIB, ces deux scores se plaçant parmi les plus faibles.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec028.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/japon_sti_outlook-2010-28-fr
      • READ
      Japon
      Le Japon possède une économie technologiquement avancée, avec des structures étroitement liées et imbriquées de fabricants, de fournisseurs et de distributeurs. Son profil dans le domaine de la science et de l’innovation révèle des performances de premier ordre dans plusieurs domaines. Ses dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont progressé pour atteindre 3.4 % du PIB en 2008, soit le troisième rang de la zone OCDE. En termes réels, les DIRD ont fortement augmenté de 2005 à 2007, avant de diminuer de 1.2 % en 2008.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec029.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/coree_sti_outlook-2010-29-fr
      • READ
      Corée
      La Corée a atteint un niveau remarquable de croissance et d’intégration mondiale en se construisant comme une économie industrialisée axée sur la haute technologie. Elle a obtenu des résultats exceptionnels au cours des dernières décennies dans son effort de rattrapage des économies de l’OCDE les plus avancées, et l’innovation a largement contribué à réduire les écarts.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec030.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/luxembourg_sti_outlook-2010-30-fr
      • READ
      Luxembourg
      Le Luxembourg est une petite économie stable et à revenu élevé qui présente historiquement une solide croissance et de faibles niveaux d’inflation et de chômage. Initialement ancrée dans le secteur de l’acier, cette économie s’est diversifiée et tire aujourd’hui plus de la moitié de sa valeur ajoutée totale du secteur bancaire, de l’assurance, de l’immobilier et d’autres services aux entreprises : à lui seul, le secteur financier génère 30 % du PIB. Le profil du pays en matière de science et d’innovation fait apparaître des points forts, mais également des marges de progrès. Les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) sont relativement modestes, et leur niveau de 2008, à 1.6 % du PIB, se situe au-dessous de la moyenne de l’OCDE. En comparaison, les DIRD par habitant sont assez importantes. Elles ont progressé en termes réels de 2.7 % en 2008. En 2007, les trois quarts des DIRD ont été financées par les entreprises, plaçant le pays à la deuxième place derrière le Japon. À 1.2 % du PIB, cependant, cet indicateur était légèrement sous la moyenne. Les dépenses des entreprises se sont établies à 1.3 % du PIB en 2008, soit un niveau également inférieur à la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec031.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/mexique_sti_outlook-2010-31-fr
      • READ
      Mexique
      L’économie du Mexique traverse en ce moment une période de changement structurel. Les principaux défis à relever comprennent l’amélioration du système éducatif, la mise à niveau des infrastructures, la modernisation du droit du travail et l’encouragement de l’investissement privé dans le secteur de l’énergie. L’innovation peut jouer un rôle important dans tous ces domaines.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec032.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/pays-bas_sti_outlook-2010-32-fr
      • READ
      Pays-Bas
      L’activité économique des Pays-Bas repose essentiellement sur l’agro-alimentaire, la chimie, le raffinage du pétrole, les machines électriques et un secteur agricole fortement mécanisé. Son profil en matière de science et d’innovation rend compte de résultats et de liens de collaboration solides en dépit de la faiblesse des indicateurs de moyens.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec033.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/nouvelle-zelande_sti_outlook-2010-33-fr
      • READ
      Nouvelle-Zélande
      Au cours des deux dernières décennies, l’économie de la Nouvelle-Zélande a connu d’importantes réformes et s’est considérablement diversifiée. Cette évolution a étendu les capacités techniques du secteur manufacturier, bien que les exportations de biens de haute technologie ne représentent toujours qu’une faible part du total des exportations. La contribution de l’agriculture au PIB est supérieure à celle enregistrée dans la plupart des pays de l’OCDE.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec034.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/norvege_sti_outlook-2010-34-fr
      • READ
      Norvège
      La Norvège est un pays richement doté en ressources naturelles (pétrole, hydroélectricité, ressources halieutiques, forêts et minéraux). L’économie a continué de progresser ces dernières années, mais sa capacité à générer une croissance à long terme et à se préparer au déclin futur des réserves pétrolières dépend désormais du maintien des gains de productivité reposant sur l’innovation. Le profil du pays en matière de science et d’innovation est irrégulier.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec035.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/pologne_sti_outlook-2010-35-fr
      • READ
      Pologne
      La Pologne a suivi une politique de libéralisation économique à compter de 1990 et affiche une belle réussite parmi les économies en transition. Son secteur des services, en plein essor, représente près des deux tiers du PIB. Le gouvernement a lancé des réformes structurelles dans un certain nombre de domaines pour créer un environnement économique et un système juridique plus efficients, libéraliser davantage le marché du travail, diminuer la paperasserie et simplifier le système fiscal. Une attention plus marquée portée à l’innovation peut aider à améliorer la productivité et à gagner en compétitivité.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec036.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/portugal_sti_outlook-2010-36-fr
      • READ
      Portugal
      Le profil du Portugal en matière de science et d’innovation fait apparaître à la fois des forces et des faiblesses. Des améliorations considérables ont été observées ces deux dernières années, et quatre indicateurs sont désormais au-dessus de la moyenne, alors qu’ils n’étaient que deux dans la précédente édition des Perspectives de la STI. Bien que toujours inférieures à la moyenne de l’OCDE, les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont presque doublé, passant de 0.8 % du PIB en 2000 à 1.5 % en 2008. Depuis 2005, les DIRD ont progressé en termes réels à un rythme annuel moyen soutenu, de 25 %. Leur financement a sensiblement évolué : la part des entreprises est passée de 27 % à 47 % entre 2000 et 2007, tandis que celle de l’État tombait de 65 % à 45 %. Les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) ont également augmenté, de 0.2 % du PIB en 2000 à 0.8 % en 2008. En revanche, en 2008, l’intensité de capital-risque (0.03 % du PIB) était nettement au-dessous de la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec037.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/federation-de-russie_sti_outlook-2010-37-fr
      • READ
      Fédération de Russie
      Depuis 1990, la Fédération de Russie s’est rapidement transformée en une économie mondialement intégrée. Les entreprises russes comptent un certain nombre de producteurs de produits de base compétitifs sur le marché international et, en 2009, le pays était l’un des principaux exportateurs de gaz naturel, de pétrole, d’acier et d’aluminium de première fusion. Cette dépendance envers les exportations de produits de base rend le pays vulnérable aux cycles d’expansion et de ralentissement et influe également sur les thèmes des politiques de R-D et d’innovation. Le profil de la Fédération de Russie en matière de science et d’innovation fait apparaître de solides performances dans certains domaines, et des marges de progrès dans d’autres.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec038.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/republique-slovaque_sti_outlook-2010-38-fr
      • READ
      République slovaque
      La République slovaque a entrepris d’importantes réformes économiques depuis 1993. Les grandes privatisations sont presque terminées, la quasi-totalité du secteur bancaire est entre des mains étrangères, et le gouvernement a facilité l’expansion rapide de l’investissement étranger par des mesures fiscales attrayantes. Ce mode de financement a été soutenu dans les secteurs de l’automobile et de l’électronique.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec039.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/slovenie_sti_outlook-2010-39-fr
      • READ
      Slovénie
      La Slovénie a adopté l’euro en janvier 2007 et rejoint l’OCDE en juillet 2010. Le pays dispose d’une bonne infrastructure et d’une population active instruite, et son profil en matière de science et d’innovation présente de remarquables points forts.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec040.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/afrique-du-sud_sti_outlook-2010-40-fr
      • READ
      Afrique du Sud
      Le profil de l’Afrique du Sud en matière de science et d’innovation fait apparaître de réels points forts. Les échanges du pays générés par les secteurs de haute technologie ont progressé de 4 points de pourcentage entre 1997 et 2007, témoignant d’une diminution de la part relative de la production de matières premières. Sur la période 2002-04, 61 % des entreprises, soit une très forte proportion, ont participé à l’innovation non technologique et 21 % ont lancé des produits innovants sur le marché, un chiffre qui place l’Afrique du Sud au-dessus de la moyenne. En 2008, le nombre d’articles scientifiques était encore relativement faible (110 par million d’habitants); il n’en reste pas moins que ce type de publication a progressé à un rythme annuel moyen de 4.5 % depuis 1998, soit l’un des 20 taux de croissance les plus élevés dans ce domaine.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec041.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/espagne_sti_outlook-2010-41-fr
      • READ
      Espagne
      Le profil de l’Espagne en matière de science et d’innovation présente un certain nombre de points forts et témoigne d’améliorations en 2007 et 2008, en dépit d’une situation économique difficile. Les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) ont augmenté régulièrement entre 2000 et 2008, passant de 0.9 % à 1.4 % du PIB, avec une forte croissance annuelle moyenne en termes réels, de 8.4 %. En 2007, le secteur des entreprises a financé 46 % du total des DIRD, un chiffre légèrement en hausse par rapport à celui enregistré dix ans plus tôt. La part financée par l’État a également progressé pour atteindre 44 %, contre 39 % en 2000. Les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) se sont établies à 0.74 % du PIB, un pourcentage inférieur à la moyenne de l’OCDE. Toutefois, l’intensité de capital-risque a augmenté substantiellement jusqu’à atteindre 0.13 % du PIB en 2008, un niveau supérieur à la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec042.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/suede_sti_outlook-2010-42-fr
      • READ
      Suède
      Le profil de la Suède en matière de science et d’innovation est l’un des plus performants de la zone OCDE. Les dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) représentaient 3.75 % du PIB en 2008, soit le niveau le plus élevé de la zone, malgré un tassement par rapport aux 4.2 % de 2001. En 2007, les DIRD étaient financées à 64 % par les entreprises (en baisse comparé aux 72 % de 2001) et à 22 % par l’État. Les DIRD par habitant sont de 1 380 USD courants en PPA, là encore le chiffre le plus élevé de la zone OCDE. L’intensité de capital-risque est très au-dessus de la moyenne.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec043.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/suisse_sti_outlook-2010-43-fr
      • READ
      Suisse
      La Suisse peut se prévaloir d’une croissance économique stable et d’un faible taux de chômage. Elle dispose d’une main-d’oeuvre hautement qualifiée et affiche un PIB par habitant parmi les plus élevés du monde. Ses dépenses intérieures brutes de R-D (DIRD) étaient de 3 % du PIB en 2008, financées à 68 % par les entreprises et à 23 % par l’État. Les principaux bénéficiaires en ont été les PME, qui ont reçu plus de 40 % du financement public de la R-D. Le secteur des entreprises a exécuté 74 % des DIRD, l’enseignement supérieur en assumant 24 %. En 2008, les dépenses intra-muros de R-D du secteur des entreprises (DIRDE) se sont élevées à 2.2 % du PIB, soit le cinquième score de l’OCDE, tandis que l’intensité de capital-risque, en hausse, atteignait 0.13 % du PIB.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec044.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/turquie_sti_outlook-2010-44-fr
      • READ
      Turquie
      La Turquie possède une économie dynamique, qui se caractérise par la combinaison délicate d’un secteur industriel et commercial moderne et d’un secteur agricole traditionnel. Le textile et l’habillement représentent le secteur d’activité le plus important et emploient un tiers de la main-d’oeuvre industrielle. L’automobile et l’électronique gagnent du terrain et ont d’ores et déjà surpassé le textile dans la composition des exportations turques. Bien que les indicateurs en matière de science et d’innovation témoignent d’un retard de la Turquie par rapport à la plupart des pays de l’OCDE, ce pays a enregistré de vigoureuses performances dans certains domaines au cours des dernières années.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec045.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/royaume-uni_sti_outlook-2010-45-fr
      • READ
      Royaume-Uni
      Le Royaume-Uni a la sixième économie mondiale et obtient d’excellentes performances sur un certain nombre d’indicateurs de science et d’innovation. En 2008, ce pays a fourni près de 12 % des fonds de capital-risque de la zone OCDE et son intensité de capital-risque atteignait le double de la moyenne, avec 0.2 % du PIB. Toujours en 2008, le Royaume-Uni a publié 76 683 articles scientifiques, se classant au troisième rang de l’OCDE après les États-Unis et le Japon; ses 1 250 articles par million d’habitants l’ont placé largement au-dessus de la moyenne de l’OCDE.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec046.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/etats-unis_sti_outlook-2010-46-fr
      • READ
      États-Unis
      Les États-Unis disposent de la première économie mondiale, avec un PIB supérieur à 14 000 milliards USD et un PIB par habitant de 46 400 USD en 2009. Les entreprises y sont à la pointe de la technologie ou très avancées dans un certain nombre de domaines, ce qui confère au pays un excellent profil en matière de science et d’innovation.
    • Click to Access: 
        http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec047.pdf
      • PDF
      • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/annexe-3-a1_sti_outlook-2010-47-fr
      • READ
      Annexe 3.A1
      Le premier graphique (en étoile) affiché pour chaque pays illustre la position de celuici par rapport à la moyenne établie pour une série d’indicateurs communs. Cette moyenne est celle de l’OCDE dans la mesure du possible, et n’inclut donc pas les données des pays non membres de l’Organisation. Les indicateurs retenus visent à donner un aperçu général des performances en matière de science et d’innovation; ils ont été choisis en raison de l’intérêt qu’ils présentaient pour l’action à mener, mais aussi parce que l’on disposait pour les construire de données comparables pour la plupart des pays. Ces indicateurs rendent compte, pour l’essentiel, des moyens donnés à la recherche et à l’innovation, des résultats qui en découlent, des synergies et des réseaux, notamment les liens internationaux de collaboration, et de l’investissement dans les ressources humaines. En voici la liste résumée...
    • Add to Marked List
  • Mark Click to Access
  • Click to Access: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/9210052ec048.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/science-and-technology/science-technologie-et-industrie-perspectives-de-l-ocde-2010/le-dosage-des-politiques-de-l-innovation_sti_outlook-2010-48-fr
    • READ
    Le dosage des politiques de l'innovation
    Ces dernières années, le dosage des politiques de l’innovation est devenu un concept de plus en plus populaire pour réfléchir à l’équilibre et à la cohérence des fonctions stratégiques de l’action publique et de l’éventail des instruments d’action mis en oeuvre. Ce chapitre analyse plus en détail ce concept dont il examine la pertinence pour l’évaluation et l’élaboration de la politique de l’innovation. Le cadre analytique présenté formera un volet important du manuel sur les politiques de l’innovation en préparation dans le prolongement de la Stratégie pour l’innovation de l’OCDE.
  • Add to Marked List