Ressources, production et demande de l'uranium : Un bilan de quarante ans
Hide / Show Abstract

Ressources, production et demande de l'uranium : Un bilan de quarante ans

Rétrospective du Livre rouge

La première parution de la publication bisannuelle, Ressources, production et demande de l'uranium, remonte à 1965 et, depuis lors, il s’est imposé à travers le monde comme un ouvrage de référence sur l’uranium. En 40 ans d’existence, le Livre rouge a accumulé une impressionnante moisson de données officielles fournies par les gouvernements. La  rétrospective du «  Livre rouge » a été entreprise pour collecter, rassembler, analyser et publier toutes les informations clés recueillies dans les 20 éditions du Livre rouge parues entre 1965 et 2004. Par ailleurs, c'était l'occasion de compléter certaines informations afin de présenter un état des lieux aussi achevé et exhaustif que possible. Au final, la Rétrospective du Livre rouge dresse un tableau évolutif complet du secteur de l’uranium à l’échelle mondiale dans les domaines suivants : prospection, ressources, production, besoins liés aux réacteurs, inventaires et prix. On y examine dans le détail le chemin parcouru par les grands pays producteurs d’uranium, notamment l’Allemagne (y compris l’ex-République démocratique allemande), l’Australie, le Canada, les États-Unis, la Fédération de Russie (y compris l’ex-Union des républiques socialistes soviétiques) et la France. Ainsi peut-on, pour la première fois, obtenir une vision globale de la production et de la demande annuelles et cumulées d’uranium depuis l’avènement de l’ère atomique. Outre les données chronologiques et les documents connexes, on trouvera dans la Rétrospective du Livre rouge des analyses d’experts qui jettent une lumière nouvelle sur certaines dimensions importantes du secteur comme : le coût des découvertes, les ratios entre ressources et production, et le délai qui sépare la découverte de la production, entre autres.

Click to Access: 
Publication Date :
01 Mar 2007
DOI :
10.1787/9789264028098-fr
 
Chapter
 

Puissance nucléaire installée You do not have access to this content

French
Click to Access: 
Author(s):
OECD, NEA
Pages :
19–24
DOI :
10.1787/9789264028098-4-fr

Hide / Show Abstract

C’est le Royaume-Uni qui, en 1957, a inauguré l’exploitation de l’énergie nucléaire à des fins civiles avec la mise en service de la tranche 1 de Calder Hall dont la puissance installée au cours de sa première année était de 50 mégawatts électriques (MWe). Depuis ce modeste début, l’industrie possédait en 2003 435 réacteurs en service d’une puissance installée supérieure à 359 400MWe assurant 16 % de la production l’électricité mondiale (figure 2.1). Par ailleurs, en 2003 également, 33 réacteurs étaient en chantier dans 11 pays. La puissance installée a augmenté à un rythme annuel moyen avoisinant 20 % entre 1956 et 2003. Bien que l’échelle de la figure 2.1 ne permette pas de le percevoir très clairement, la puissance électronucléaire installée a progressé d’environ 55 % par an entre 1957 et 1973. Par comparaison, entre 1973 et 1990, c’est-à-dire au cours de la période de construction la plus intense, le rythme de croissance n’était que de 13 % par an. Entre 1990 et 2003, le rythme de croissance annuel moyen était inférieur à 1 %. Le tableau 2.1 récapitule les principaux pays en termes de puissance nucléaire installée en 2003.
Also available in: English