État de la Population Mondiale

French
Frequency
Annual
ISSN: 
2520-2006 (online)
http://dx.doi.org/10.18356/704ec071-fr
Hide / Show Abstract

L'état de la population mondiale est un rapport annuel publié par le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). Chaque édition couvre et analyse les évolutions et les tendances de la population mondiale et de la démographie et approfondit la recherche concernant les régions, les pays et des groupes de population spécifiques. Le rapport se penche également sur les défis particuliers auxquels ces groupes peuvent être confrontés.

Also available in English, Spanish, Chinese, Arabic, Russian
 
État de la Population Mondiale 2006

État de la Population Mondiale 2006

Vers l’Espoir - Les Femmes et la Migration Internationale You or your institution have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/0041e5fc-fr.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/migration/etat-de-la-population-mondiale-2006_0041e5fc-fr
  • READ
Author(s):
UNFPA
17 Nov 2006
Pages:
112
ISBN:
9789210603607 (PDF)
http://dx.doi.org/10.18356/0041e5fc-fr

Hide / Show Abstract

Le Dialogue de haut niveau sur la migration internationale et le développement 2006 offre une occasion cruciale de faire en sorte que les voix des femmes migrantes soient entendues. La reconnaissance explicite des droits humains des femmes et la nécessité d’instaurer l’égalité entre les sexes sont une condition préalable fondamentale de toute politique saine, équitable et efficace qui vise à gérer la migration en évitant tout désordre ou manque d’humanité. Ce rapport aborde la migration au XXIe siècle, les femmes et la migration, la traite des femmes, les femmes réfugiées et conclut sur les droits humains des migrants.

Also available in Spanish, English, Russian, Arabic
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Introduction

    Aujourd’hui, les femmes représentent près de la moitié des migrants internationaux dans le monde entier : il y a 95 millions de migrantes. Cependant, malgré leurs contributions à la réduction de la pauvreté et à des économies en situation fort difficile, la communauté internationale n’a commencé que récemment à saisir l’importance de tout ce que les femmes migrantes ont à offrir. Et les responsables n’ont reconnu que récemment les défis et risques particuliers que les femmes affrontent quand elles s’aventurent en de nouveaux pays.

  • Le bien, le mal, la promesse: La migration au XXIe siècle

    La migration internationale est un aspect essentiel de la mondialisation vécue d’aujourd’hui. Elle peut jouer un rôle clef dans le développement et la réduction de la pauvreté. Elle comporte de nets avantages qu’il serait possible d’accroître et des inconvénients qu’il serait possible de réduire au minimum. Malgré cela, bon nombre de problèmes qui touchent à la migration sont complexes et délicats. L’introduction dans une culture de peuples issus d’une autre culture engendre généralement le soupçon, la crainte et même une franche xénophobie. Des incidents montés en épingle où des migrants tiennent une place et des débats animés ont, les uns comme les autres, appelé l’attention sur les épisodes d’une “migration qui a mal tourné”. Les millions d’épisodes d’une “migration qui a bien tourné” – concernant les femmes, les hommes et les jeunes qui ont quitté leur pays et apportent une contribution aussi bien à leur pays d’adoption qu’à leur pays d’origine grâce à leurs compétences, à leur travail et aux impôts qu’ils paient – tombent souvent en grande partie dans le silence.

  • Un fleuve puissant mais silencieux: Les femmes et la migration

    Dans une fabrique thaïlandaise, à proximité de la frontière du Myanmar, une jeune femme au charmant visage rond et aux grands yeux assemble des bijoux de fantaisie pour l’exportation en Amérique du Nord. Elle s’appelle Saokham et gagne 140 baht (environ 3,50 dollars É.-U.) par jour. Dans cette partie du monde, c’est un salaire honorable – en particulier pour quelqu’un qui a connu dans son enfance une abjecte pauvreté dans un village montagnard de la province Shan du Myanmar. Bien que Saokham ait achevé la scolarité gratuite de huit années, elle n’a pas pu poursuivre son éducation au-delà parce que ses parents étaient trop pauvres pour payer les redevances scolaires. À 14 ans, elle a suivi sa soeur aînée – qui avait quitté le foyer familial deux ans plus tôt – dans la Thaïlande voisine. Aujourd’hui, elle vit avec son jeune mari dans une communauté formée de compatriotes, près de la frontière du Myanmar. “En vivant en Thaïlande, nous avons assez d’argent pour nous nourrir et faire d’autres dépenses. La vie est agréable”, dit-elle. “Dans mon pays, il n’y avait d’autre travail que l’agriculture.”

  • Vendre l’espoir et voler les rêves: La traite des femmes et l’exploitation des employées de maison

    La descente de Sylvia dans le sombre univers de la traite des humains a commencé quand un voisin lui a dit qu’il pourrait l’aider à trouver un bon emploi comme vendeuse à Moscou. Elle avait alors 19 ans. Sans travail, sans argent, avec une fille en bas âge, sans mari ni perspective d’emploi dans sa ville natale d’Ungheni, Sylvia (nom d’emprunt) a décidé de se rendre à Chisinau, capitale du Moldova, où elle devait rencontrer deux hommes qui arrangeraient son voyage en Russie. Ce qui a suivi fut un cauchemar tissé de coups, viols, privations et maladies. Sylvia était tombée entre les mains de trafiquants et fut passée en fraude avec 11 autres à Moscou – pour y être immédiatement livrée au trouble milieu criminel qui vit de l’esclavage sexuel mondialisé.

  • Par force, non par choix: Les femmes réfugiées et demandeuses d’asile

    D’une voix faible et les yeux mi-clos, Hajja raconte son histoire : il y a cinq mois, quand elle était enceinte de quatre mois, elle a fui son village pour chercher refuge loin d’un conflit qui déchire encore les vies d’innombrables habitants du Darfour, au Soudan. Elle-même, son mari et leurs sept enfants ont parcouru à pied 55 kilomètres sous le soleil torride du désert jusqu’au camp de Kalma – un refuge sûr qui borde la voie ferrée près de la frontière entre le Tchad et le Soudan. Ils ont laissé derrière eux leur foyer, leurs amis et une vie qu’ils ne pourront jamais reprendre.

  • Protéger les droits humains, embrasser la diversité culturelle

    Malgré ses promesses considérables, la migration internationale présente aussi quelques sérieux dilemmes – qu’ils soient liés à des préoccupations sécuritaires, économiques, démographiques, patriotiques, sociales, culturelles ou relatives aux droits humains. Néanmoins, la migration internationale est désormais une donnée permanente : il n’y a aucune raison de croire que l’humanité – en mouvement depuis l’aube de l’histoire – s’abstiendra de saisir les occasions qu’un monde de plus en plus interconnecté peut lui offrir grâce à des perspectives toujours plus vastes. La migration durera au moins aussi longtemps que la pauvreté et l’inégalité touchent d’immenses pans de l’humanité. Le problème véritable est de déterminer quel est le meilleur moyen de maximiser les contributions positives de la migration internationale – surtout quand il s’agit de réduire la pauvreté et de favoriser le développement – tout en atténuant les risques que courent toutes les personnes concernées.

  • Notes et indicateurs
  • Add to Marked List