Tendances et politiques du tourisme de l'OCDE

French
Frequency
Biennial
ISSN: 
2076-9636 (online)
ISSN: 
2076-9628 (print)
http://dx.doi.org/10.1787/20769636
Hide / Show Abstract

S’appuyant sur les travaux du Comité du Tourisme de l’OCDE, situé au sein du Centre de l’OCDE pour l’Entrepreneuriat, les PME et le Développement local, ce rapport périodique est un outil de référence au niveau international concernant les politiques les plus efficientes mises en œuvre par les pays pour soutenir la compétitivité, l’innovation et la croissance du tourisme. Il présente des chapitres thématiques et des profils politique et statistique pour 51 pays.

Also available in English
 
Tendances et politiques du tourisme de l'OCDE 2016

Latest Edition

Tendances et politiques du tourisme de l'OCDE 2016 You or your institution have access to this content

French
Click to Access: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/8515042e.pdf
  • PDF
  • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/852015042f1.epub
  • ePUB
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/industry-and-services/tendances-et-politiques-du-tourisme-de-l-ocde-2016_tour-2016-fr
  • READ
Author(s):
OECD
19 July 2016
Pages:
420
ISBN:
9789264260894 (EPUB) ; 9789264252158 (PDF) ;9789264252165(print)
http://dx.doi.org/10.1787/tour-2016-fr

Hide / Show Abstract

Tendances et politiques du tourisme, publié tous les deux ans, analyse les performances du tourisme et les principales tendances, initiatives et réformes liées aux politiques du tourisme pour 50 pays de l'OCDE et pays partenaires, en fournissant les données et analyses les plus récentes. Le rapport est une référence internationale et un point de repère pour mesurer l’efficacité des pays dans leur soutien à la compétitivité, l'innovation et la croissance dans le tourisme.

Le tourisme a surmonté avec succès les effets de la crise économique mondiale, et la mise en place de politiques actives a joué un rôle essentiel dans le soutien à une économie du tourisme compétitive et durable. L'édition 2016 présente les tendances actuelles - données standardisées sur le tourisme interne, récepteur et émetteur, les entreprises et l'emploi, et la consommation du tourisme intérieur - et des analyses sur la façon dont un système de transport continu peut améliorer l'expérience touristique, ainsi que les possibilités, les défis et les implications de l'économie collaborative pour le tourisme.

Also available in English
loader image

Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Table of Contents

  • Mark Click to Access
  • Préface

    Malgré les défis inhérents à la crise économique mondiale, à l’instabilité géopolitique et aux catastrophes naturelles, le tourisme continue de faire preuve d’une résilience remarquable. Il reste l’un des secteurs de l’économie mondiale qui se démarquent par leur ampleur et leur essor rapide, ainsi qu’une source précieuse de création d’emplois, de croissance économique, de recettes d’exportation et de valeur ajoutée intérieure.

  • Avant-propos

    Publication phare du Comité du tourisme de l’OCDE, Tendances et politiques du tourisme de l’OCDE 2016 bénéficie du soutien de la Commission européenne. Ce rapport met en lumière les principales réformes intervenues dans l’organisation et la gouvernance du tourisme, analyse différents thèmes d’actualité pour les politiques du tourisme et propose, en couvrant 50 pays Membres et Partenaires de l’OCDE, une vision mondiale du sujet.

  • Guide de lecture

    Le présent Guide de lecture fournit des informations et des notes méthodologiques sur les sources de données utilisées dans cet ouvrage : Recommandations internationales 2008 sur les statistiques du tourisme ; Compte satellite du tourisme : recommandations concernant le cadre conceptuel 2008 ; et Manuel de la balance des paiements et de la position extérieure globale.

  • Résumé

    Le tourisme continue de jouer un rôle essentiel en faveur de l’activité économique, de l’emploi et des recettes d’exportation dans la zone OCDE, où il représente en moyenne 4.1 % du PIB, 5.9 % de l’emploi et 21.3 % des exportations de services. L’appui potentiel du tourisme à une croissance riche en emplois est fort et les exportations touristiques génèrent une valeur ajoutée intérieure qui, avoisinant 80 %, est supérieure à la moyenne. Les arrivées de touristes internationaux ont dépassé la barre des 1.1 milliard en 2014 (Organisation mondiale du tourisme), à la suite d’une recrudescence des arrivées dans les pays de la zone OCDE (6.4 %), qui ont progressé plus vite que la moyenne mondiale (4.2 %). On s’attend toutefois à ce que les arrivées dans les économies émergentes croissent, jusqu’en 2030, deux fois plus que celles concernant les économies avancées du tourisme.

  • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Des politiques actives pour le tourisme

    • Mark Click to Access
    • Tendances du tourisme et priorités des politiques du tourisme

      Ce chapitre présente les tendances récentes du tourisme et l’évolution de l’action publique en la matière. Il s’appuie sur les réponses des pays membres et partenaires de l’OCDE à une enquête portant sur les politiques et les aspects statistiques du tourisme. Il met en lumière le poids économique du secteur et décrit en quoi les pouvoirs publics concourent à sa promotion, au développement de produits et à la mise en place d’un tourisme concurrentiel et durable. Il examine l’efficacité des structures de gouvernance et les questions de financement. Enfin, il analyse les priorités de l’action gouvernementale, les réformes menées et les évolutions constatées, avant d’évoquer les pratiques des différents pays.

    • Des déplacements fluides pour améliorer l'expérience touristique

      Nous examinons dans ce chapitre la relation d’interdépendance entre transport et tourisme, l’importance de la fluidité aux plateformes de correspondance, et les principaux facteurs susceptibles d’améliorer ce que vit le touriste, notamment : des transports multimodaux pratiques jusqu’à la destination ; des correspondances efficaces entre les modes interrégionaux et locaux ; la billettique intégrée ; des informations et une signalisation en plusieurs langues ; des possibilités de transfert et de stockage des bagages ; et la facilité d’accès pour les voyageurs à mobilité réduite. Nous encourageons les responsables des politiques du tourisme et des transports à travailler en plus étroite collaboration pour concevoir des services de transport et des infrastructures qui répondent aux besoins de tous les voyageurs. En conclusion, si les stratégies de développement de ces deux secteurs ne sont pas bien synchronisées, les destinations risquent de ne pas être en mesure d’accueillir les volumes et les flux touristiques, réels ou potentiels, ce qui limitera la mobilité dans les environs et nuira à la qualité de l’expérience touristique.

    • Des politiques propices à l'économie collaborative dans le tourisme

      Le présent chapitre examine ce que la croissance de l’économie collaborative signifie pour le secteur du tourisme et en évalue les principales conséquences pour l’action des pouvoirs publics. L’essor des plateformes collaboratives et d’échange entre pairs crée de nouveaux marchés dans des domaines aussi divers que les transports, l’hébergement, le voyage et la restauration. Ces évolutions offrent aux autorités l’occasion d’engager une réflexion sur la façon dont les touristes perçoivent leur pays et dont la population peut tirer profit d’une participation à l’économie collaborative, mais posent également des problèmes épineux aux opérateurs existants et soulèvent des questions d’ordre plus général dans des domaines tels que la protection des consommateurs, la fiscalité et la réglementation. Dans un environnement complexe en mutation rapide, les responsables des politiques du tourisme doivent absolument appréhender au plus vite les principaux enjeux liés à l’économie collaborative et donner aux autorités les moyens de réussir. Ce chapitre a pour ambition de fournir un point de départ à cette réflexion et d’offrir aux autorités des orientations quant aux mesures à prendre.

    • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Profils par pays – pays de l’OCDE

    • Mark Click to Access
    • Australie

      L’économie australienne a enregistré 24 années consécutives de croissance, une tendance qui devrait se poursuivre malgré des ajustements dus à la fin de l’envolée des investissements dans les ressources. Les nombreuses attractions naturelles du pays lui confèrent un avantage compétitif. D’après Deloitte Consulting, le tourisme est l’un des cinq secteurs susceptibles de soutenir la prospérité de l’Australie à l’avenir.

    • Autriche

      Selon le compte satellite du tourisme, le tourisme a généré une valeur ajoutée directe de 18.1 milliards EUR en 2014, soit 5.5 % du PIB. Environ 270 500 emplois en équivalents temps plein seraient directement imputables aux secteurs associés au tourisme en 2013, ce qui représente 7.3 % de l’emploi total en Autriche.

    • Belgique

      En Belgique, le tourisme est de la compétence exclusive de chacune des trois régions belges – la Flandre, la Wallonie et Bruxelles. La présente section, ainsi que l’annexe statistique, dressent un tableau national du tourisme dans le pays, puis sont suivies d’une présentation des initiatives de gouvernance et des actions conduites par les autorités régionales flamandes et wallonnes.

    • Canada

      La contribution directe du tourisme au PIB du Canada reste stable, à environ 2 % ou 34.4 milliards CAD en 2014. Un emploi sur 11 (1.6 million) dans le pays a un lien avec l’économie du tourisme, plus de 627 000 étant en lien direct avec le secteur. Le tourisme interne au Canada a représenté 81 % des recettes touristiques en 2014.

    • Chili

      Le tourisme au Chili est en constante augmentation depuis quelques années et est devenu l’un des secteurs affichant la plus forte croissance et créant le plus d’emplois.

    • République tchèque

      La part du tourisme dans le PIB de la République tchèque est en augmentation depuis deux ans. Elle est passée de 2.7 % en 2012 à 2.9 % en 2013. Le tourisme employait 231 288 personnes en 2013, et sa part dans l’emploi total est restée relativement stable, aux environs de 4.5 % ces cinq dernières années.

    • Danemark

      En 2013, la contribution du tourisme à la valeur ajoutée brute danoise a été de 1.7 %. Si l’on tient compte des effets dérivés, elle est de 3.3 % (92 milliards DKK). La même année, le secteur du tourisme a représenté 3.6 % des exportations totales.

    • Estonie

      Le tourisme contribue directement à hauteur de 4.6 % au PIB de l’Estonie, un chiffre qui passe à 6.6 % si l’on inclut les effets indirects. Les recettes d’exportation liées au tourisme avoisinent 1.7 milliard EUR par an, ce qui équivaut à 10 % des exportations totales de biens et de services en 2014.

    • Finlande

      En 2015, l’économie de la Finlande a connu des difficultés qui ont conduit à l’adoption de nouvelles politiques d’austérité budgétaire et à une réforme structurelle. Dans ce contexte, le tourisme est considéré comme un secteur crucial capable de soutenir la création de nouveaux emplois. Les atouts comparatifs de la Finlande sur le plan du tourisme résident dans le contraste entre sa culture moderne et son patrimoine culturel tourné vers la nature, la rencontre de l’Orient et de l’Occident, la technologie, le mode de vie finlandais et la créativité.

    • France

      Le tourisme joue un rôle majeur dans l’économie française. Les services d’hébergement et de restauration représentent à eux seuls 2.5 % de la valeur ajoutée totale dans les comptes nationaux. Le tourisme donne également de l’impulsion à tout un éventail d’activités et de dépenses, notamment les transports et les loisirs. L’impact global du tourisme (tel que mesuré par la consommation du tourisme intérieur) représente plus de 7 % du PIB.

    • Allemagne

      Le tourisme est un secteur économique en pleine croissance en Allemagne, qui produit près de 100 milliards de valeur ajoutée brute, l’équivalent de 4.4 % de la valeur ajoutée brute totale. Il emploie directement quelque 2.9 millions de salariés, soit 7 % de l’emploi total.

    • Grèce

      Le tourisme est un secteur économique important en Grèce. Sa contribution directe à l’économie grecque a été de 8.5 milliards EUR en 2013, soit 5.3 % du PIB. Le tourisme est également une source importante d’emploi, puisqu’il emploie directement quelque 320 000 personnes, représentant 9.1 % de l’emploi total.

    • Hongrie

      D’après le dernier compte satellite du tourisme (2011), la contribution directe du tourisme est d’environ 4.4 milliards EUR (5.5 % du PIB du pays) et le secteur emploie 331 000 personnes (9 % de la population active). Si l’on inclut également les contributions indirectes, le tourisme représente à peu près 9 % du PIB et plus de 400 000 emplois.

    • Islande

      Le tourisme est l’un des secteurs les plus dynamiques d’Islande depuis quelques années ; il constitue désormais le troisième pilier de l’économie du pays. La demande intérieure et l’augmentation des services liés au tourisme enregistrent une certaine reprise depuis la crise de 2010, soutenues par un taux de change réel compétitif.

    • Irlande

      Le tourisme est l’un des secteurs économiques les plus importants d’Irlande, qui possède des atouts certains pour contribuer au renouveau économique du pays. En 2014, les dépenses des visiteurs en Irlande ont augmenté, les recettes totales du tourisme et des voyages imputables à des visiteurs étrangers (à l’exclusion des billets d’avion et de ferry) ayant enregistré une hausse de 8.5 % pour atteindre 3.7 milliards EUR. L’augmentation des dépenses a été particulièrement marquée en ce qui concerne les touristes en provenance d’Amérique du Nord (14.5 %, pour un total de 665 millions EUR) et de Grande-Bretagne (8.3 %, 338 millions EUR).

    • Israël

      Le tourisme représente 2.8 % du PIB d’Israël et environ 3.5 % de l’emploi total si l’on s’en tient aux emplois directement induits par le secteur. Le nombre total d’emplois touristiques directs et indirects avoisine 210 000, soit un peu plus de 7 % de l’emploi total.

    • Italie

      Les données relatives à 2014 montrent une évolution régulière et positive du tourisme en Italie. Les recettes des voyages internationaux ont augmenté à un rythme plus rapide (3.6 %) que les exportations italiennes en général (2 %), passant de 33.1 milliards EUR en 2013 à 34.2 milliards EUR en 2014, ce qui confirme le rôle de premier plan du tourisme dans l’économie italienne. Sur le moyen terme, les dépenses des voyageurs internationaux ont également affiché une hausse régulière (passant de 33 % des dépenses touristiques totales en 2007 à 39.6 % en 2014).

    • Japon

      Le nombre de visiteurs internationaux au Japon a augmenté de 29.4 % pour atteindre le niveau record de 13.4 millions de personnes en 2014. Cette évolution fait suite à une période de dix années au cours de laquelle les touristes étrangers sont passés de 5.21 millions en 2003 à plus de 10 millions pour la première fois en 2013. Les arrivées de visiteurs internationaux ont continué d’augmenter en 2015, s’élevant à 16.3 millions estimés entre janvier et octobre 2015 (soit une progression de 48.2 % par rapport à la même période l’année précédente).

    • Corée

      En 2014, le nombre de visiteurs internationaux en Corée a atteint le chiffre record de 14.2 millions, une progression de 16.6 % par rapport aux 12.2 millions enregistrés en 2013. Avec l’augmentation du tourisme récepteur, la contribution du secteur au développement de l’économie nationale s’est également progressivement accrue. La Chine est le marché émetteur le plus important, avec 6.1 millions de visiteurs, suivie du Japon et de ses 2.3 millions de visiteurs. Les dépenses moyennes des touristes étrangers en visite en Corée en 2014 se sont élevées à 1 606 USD par personne. Celles des touristes du Moyen-Orient sont supérieures à 3 000 USD par personne. Bien que les dépenses des touristes chinois soient inférieures, à 2 095 USD, le nombre plus important de visiteurs fait de la Chine le marché le plus intéressant du point de vue économique. Les touristes japonais sont ceux qui dépensent le moins, à savoir 999 USD.

    • Luxembourg

      Le tourisme est un secteur économique important au Luxembourg, qui a généré directement 1.8 % du PIB en 2014. Globalement, l’impact direct et indirect du tourisme représente 4.5 % du PIB et 15 000 emplois, ou 6 % de l’emploi.

    • Mexique

      Au Mexique, le tourisme est considéré comme un secteur économique majeur, extrêmement résilient, flexible et adaptable. Il a représenté approximativement 8.7 % du PIB national et 5.9 % de l’emploi national en 2013.

    • Pays-Bas

      L’importance du tourisme interne et récepteur pour l’économie néerlandaise est en train de s’accroître, la croissance du secteur ayant dépassé celle de l’économie dans son ensemble au cours des cinq dernières années. En 2014, les dépenses touristiques dans l’économie néerlandaise ont augmenté de 4.1 % pour atteindre 68.3 milliards EUR, ce qui représentait 3.7 % du PIB néerlandais, contre 3.5 % en 2013. L’emploi lié au tourisme a également enregistré une progression de 2.5 % pour s’établir à 606 000 postes en 2014, ce qui correspond à 366 000 équivalents temps plein (ou 5.2 % de l’emploi total).

    • Nouvelle-Zélande

      La contribution directe du tourisme au PIB de la Nouvelle-Zélande a été de 8.3 milliards NZD, ou 4 %, durant l’exercice clos en mars 2014, et sa contribution indirecte s’est élevée à 6.5 milliards NZD supplémentaires, ou 3.1 % du PIB. Le tourisme est la source la plus importante de recettes d’exportation de services du pays. Il emploie directement 94 100 personnes en équivalent temps plein (4.7 % de la main-d’œuvre) et génère 1.8 milliard NZD de recettes fiscales au titre de la taxe sur les biens et services.

    • Norvège

      En 2014, le PIB de la Norvège s’est élevé à 499.7 milliards USD. En 2011, le secteur touristique norvégien employait près de 150 000 personnes et le tourisme représentait 3.20 % du PIB total. La création de richesse annuelle imputable au tourisme s’est élevée à 70 milliards NOK en 2013. Elle a augmenté de 24 % entre 2010 et 2013 et a été multipliée par deux au cours des dix années précédentes. Toutefois, en dépit de la croissance absolue relativement élevée dans le secteur touristique norvégien, sa part dans la création de valeur a diminué, passant de 6 % en 2001 à 5 % en 2013.

    • Pologne

      La valeur totale du secteur touristique en Pologne a été estimée à 87.4 milliards PLN en 2014, un chiffre en recul de 11.7 % par rapport à 2013. Il représente 5.1 % du PIB polonais.

    • Portugal

      Après une série de réformes structurelles, la reprise de l’économie portugaise s’est amorcée en 2013 et en 2014, et le pays a enregistré une croissance positive de 0.9 %. L’augmentation de l’emploi dans le secteur privé a suivi tout comme la confiance des consommateurs et la consommation privée.

    • République slovaque

      En 2014, les recettes du tourisme international en République slovaque ont atteint 1 941 millions EUR, en progression de 0.8 % par rapport à l’année précédente, ce qui représente une contribution de 2.6 % au PIB et de 31.8 % aux exportations de services.

    • Slovénie

      Le PIB du tourisme en Slovénie s’est élevé à 1.7 milliard en 2009, ce qui représente 4.9 % du PIB total. Si l’on considère ensemble la consommation directe et indirecte du tourisme, leur contribution a été de 3.0 milliards EUR, soit 8.5 % du PIB total.

    • Espagne

      Le tourisme est un secteur économique déterminant en Espagne qui contribue à hauteur de 11 % environ au PIB de l’économie nationale – selon les estimations, ce chiffre s’élève à 15.2 % si l’on inclut également les impacts indirects (CMTV). Le tourisme est également une importante source d’emplois, avec 2.2 millions de personnes employées dans ce secteur ou 12.7 % de l’emploi total.

    • Suède

      En 2014, le PIB de la Suède s’est élevé à 3 907 milliards SEK. La part du tourisme dans le PIB est de 2.8 % et enregistre une progression régulière depuis une décennie. La contribution du secteur à l’économie et au marché du travail de la Suède est importante.

    • Suisse

      Le tourisme est un pan important de l’économie suisse. En 2013, environ 168 000 personnes travaillaient dans le secteur (en équivalents temps plein), ce qui correspond à 4.3 % de l’emploi total, et la contribution du tourisme au PIB suisse représentait 2.6 %.

    • Turquie

      Le tourisme en Turquie a connu une croissance significative et rapide au cours des dix dernières années. Entre 2002 et 2014, les arrivées de touristes internationaux dans le pays ont augmenté de plus de 210 %, tandis que les recettes du tourisme ont progressé de plus de 145 % sur la période 2003-14. La contribution directe des voyages et du tourisme au PIB en 2014 s’est élevée à 34.3 milliards USD, ce qui représente 4.3 % du PIB total.

    • Royaume-Uni

      Le tourisme est un secteur essentiel de l’économie britannique. Le compte satellite du tourisme de l’Office for National Statistics (ONS) montre qu’en 2014 la contribution directe du tourisme à la valeur ajoutée brute (VAB) s’est élevée à quelque 59.6 milliards GBP, ou environ 4 % de l’économie totale du Royaume-Uni. Une étude économique conduite par Deloitte en 2013 laisse entendre que si l’on tient compte de ses effets indirects, la VAB pour l’année 2014 pourrait atteindre 133.6 milliards GBP, ou 9 % du PIB.

    • États-Unis

      Le secteur des voyages et du tourisme apporte une contribution importante à l’économie américaine, puisqu’il représente 2.6 % du PIB. En 2014, les exportations au titre des voyages et du tourisme ont représenté 31 % des exportations de services des États-Unis et 9 % des exportations de biens et services.

    • Add to Marked List
  • Expand / Collapse Hide / Show all Abstracts Profils par pays – pays partenaires

    • Mark Click to Access
    • Brésil

      Le Brésil a accueilli 6.4 millions de touristes internationaux en 2014, soit une hausse de 10.6 % par rapport à l’année précédente. Les recettes totales correspondantes se sont élevées à 6.8 milliards USD en 2014, ce qui représente une augmentation de 2.0 % par rapport à 2013 et constitue un nouveau record pour l’économie du pays. Les principaux marchés d’origine étaient l’Argentine avec 1.7 million de visiteurs (27.1 % du total), suivie des États-Unis (10.2 %), du Chili (5.2 %), du Paraguay et de la France.

    • Bulgarie

      La Bulgarie a accueilli 7.3 millions de touristes internationaux au total (à l’exclusion des passagers en transit) en 2014, une augmentation de 6 % par rapport à l’année précédente. D’autres pays de l’Union européenne sont les marchés émetteurs les plus importants pour la Bulgarie, avec une part de 60.6 % en 2014, la Grèce, la Roumanie et l’Allemagne faisant partie des principaux pays d’origine.

    • Colombie

      Le tourisme a contribué à hauteur de 14.1 milliards COP à l’économie colombienne en 2014, soit 2.7 % du PIB total. Ce secteur est le premier exportateur de services du pays, et le troisième de l’économie après le pétrole et le charbon. Le tourisme est à l’origine de 1.8 million d’emplois, c’est-à-dire 8 % de l’emploi total.

    • Costa Rica

      Le tourisme au Costa Rica affiche une solide croissance depuis 2009. En 2014, le pays a reçu 2.5 millions de touristes internationaux, soit une hausse de 4.1 % par rapport à 2013 et de plus de 31.4 % par rapport à 2009.

    • Croatie

      La Croatie possède une économie axée sur les services, le secteur tertiaire ayant représenté 329 milliards HRK en 2014, l’équivalent de 70 % du PIB. Le tourisme est un facteur déterminant dans l’évolution positive du commerce international des services. Les arrivées de touristes internationaux et les nuitées dans des établissements d’hébergement commerciaux ont augmenté de 6.1 % et de 2.7 % respectivement entre 2013 et 2014. Les recettes du tourisme ont progressé de 2.8 % par rapport à la même période, s’élevant à 7.2 milliards en 2014.

    • Égypte

      En 2014, l’Égypte a recensé 9.9 millions d’arrivées de touristes internationaux qui sont à l’origine de 7.2 milliards USD de recettes. Les recettes des voyages ont par ailleurs constitué le cinquième poste des recettes en devises. La contribution directe et indirecte du tourisme au PIB a été de 11.3 % au cours de l’exercice budgétaire 2013/14.

    • Ex-République yougoslave de Macédoine (ERYM)

      En 2013, le tourisme a contribué directement au PIB à hauteur de 6.4 milliards MKD, ou 1.3 %, et a représenté 3.3 % de l’emploi total. Selon les estimations pour 2014, la contribution directe au PIB s’est montée à 7.3 milliards MKD (1.4 % du PIB), un chiffre qui passe à 27.4 milliards MKD ou 5.2 % lorsque l’on tient compte des effets plus larges de l’investissement, de la chaîne d’approvisionnement et des répercussions induites en termes de revenu. Le tourisme a été à l’origine de quelque 33 000 emplois en 2014, l’équivalent de 4.7 % de l’emploi total (CMTV).

    • Inde

      En 2012, la contribution directe du tourisme à l’économie de l’Inde a été de 3 700 milliards, l’équivalent de 3.7 % du PIB, et le secteur a employé 28.8 millions de personnes, soit 5.3 % de l’emploi total.

    • Lettonie

      Le tourisme est considéré comme l’un des principaux moteurs du développement économique de la Lettonie, une source importante de recettes d’exportation et un contributeur majeur au PIB. En 2014, la contribution directe du tourisme au PIB total de 24.1 milliards de la Lettonie a été de 3.8 %. Les exportations liées au tourisme ont augmenté de 4.4 % par rapport à 2013 pour atteindre 935.7 milliards en 2014, représentant 6.7 % des exportations totales. Cette même année, le secteur du tourisme a fourni près de 75 000 emplois et a représenté 8.5 % de l’emploi total en Lettonie.

    • Lituanie

      La Lituanie a reçu 2.1 millions de visiteurs étrangers en 2014, une progression de 2.5 % par rapport à 2013. Les principaux marchés émetteurs sont des pays voisins comme la Pologne, le Bélarus, la Russie, la Lettonie, ainsi que les pays scandinaves, l’Allemagne et le Royaume-Uni. Les visiteurs internationaux ont généré 1.2 milliard EUR de recettes internationales en 2014, soit 5.2 % de plus qu’en 2013.

    • Malte

      L’année 2014 a été la cinquième année record consécutive en termes de tourisme récepteur à Malte, avec 1.7 million EUR de touristes, ce qui représente une progression de 6.8 %, ou 107 656 touristes, par rapport à 2013. Le Royaume-Uni est resté le principal marché émetteur de Malte pour le tourisme, avec une part de 28.9 %, suivi de l’Italie avec 15.5 %. L’Allemagne se classe en troisième position avec 8.5 %.

    • Maroc

      Le tourisme est l’un des principaux moteurs de l’économie au Maroc. Le secteur touristique marocain a enregistré de bons résultats en 2014 : on a dénombré 10.3 millions d’arrivées de touristes internationaux, soit une augmentation de 2.4 % en glissement annuel. Le secteur a employé 505 000 personnes (4.7 % de l’ensemble des emplois) et contribué à hauteur de 61.9 milliards MAD au PIB (6.7 % du PIB total). La consommation touristique intérieure s’est élevée à 105.5 milliards MAD.

    • Philippines

      En 2014, le tourisme a directement contribué à l’économie des Philippines à hauteur de 982.3 milliards PHP (environ 22.1 milliards USD), soit 7.8 % du PIB. Le taux de croissance moyen de la contribution du tourisme au PIB entre 2011 et 2014 a été de 13.1 %. Le tourisme a généré directement 4.8 millions d’emplois, soit 12.5 % de l’emploi total.

    • Roumanie

      La Roumanie a enregistré 8.4 millions d’arrivées internationales en 2014, soit une progression de 5.3 % par rapport à 2013. Parmi ces visiteurs internationaux, 1.9 million ont séjourné plus de 24 heures dans des hébergements commerciaux (11.5 % de plus qu’en 2013), avec un total de 3.8 millions de nuitées enregistrées (plus 8.4 %). L’Allemagne, la Hongrie, l’Italie et la France ont été les principaux marchés émetteurs. Les touristes internes ont effectué 15.8 millions de voyages avec nuitées en 2014, un chiffre en repli de 3.2 % par rapport à 2013. La Roumanie a enregistré 2.2 milliards USD de recettes liées au tourisme récepteur en 2014, en progression de 7.9 % par rapport à 2013.

    • Fédération de Russie

      En 2014, la Russie a enregistré 32.4 millions d’arrivées internationales, soit 5 % de visiteurs internationaux de plus qu’en 2013. Le nombre total de touristes visitant la Russie à des fins de loisirs a diminué de 3 %, mais les visites pour affaires ont progressé de 8 %. Dans le même temps, le tourisme au départ de la Russie a sensiblement reculé en 2014, affichant une baisse de 15.1 % par rapport à l’année d’avant.

    • Afrique du Sud

      La contribution directe du tourisme au PIB sud-africain est passée de 93.5 milliards ZAR en 2012 à 103.5 milliards ZAR en 2013. En pourcentage, elle est demeurée relativement stable au cours des deux dernières périodes considérées, à 2.9 %. Le tourisme a fourni directement 655 609 emplois directs en 2013, ou 4.4 % de l’emploi total – contre 645 755 en 2012.

    • Add to Marked List
 
Visit the OECD web site