Perspectives des migrations internationales 2011
Cacher / Voir l'abstract

Perspectives des migrations internationales 2011

Cette publication analyse les tendances récentes des mouvements et des politiques migratoires dans les pays de l'OCDE et dans quelques pays non-membres. Elle couvre les migrations de travail, qu’il s’agisse des travailleurs hautement qualifiés et de ceux moins qualifiés, des travailleurs temporaires et des travailleurs permanent, aussi bien que des étudiants. Trois chapîtres speciaux figurent aussi dans cette publication : un sur le cinquantième anniversaire de l’OCDE et l’apport du SOPEMI dans le domaine des migrations internationales, un autre sur l’entreprenariat des immigrés, et un troisième sur les migrations en Israël.

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/8111122e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/social-issues-migration-health/perspectives-des-migrations-internationales-2011_migr_outlook-2011-fr
  • LIRE
Date de publication :
12 jui 2011
DOI :
10.1787/migr_outlook-2011-fr
 
Chapitre
 

Lituanie You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/8111122ec029.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/social-issues-migration-health/perspectives-des-migrations-internationales-2011/lituanie_migr_outlook-2011-29-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE
Pages :
326–327
DOI :
10.1787/migr_outlook-2011-29-fr

Cacher / Voir l'abstract

La dégradation de la situation du marché du travail en Lituanie s’est traduite par un recul de 30 % de l’immigration totale en 2009 (les entrées sont tombées à 6 500) et par une augmentation parallèle de l’émigration. Le nombre de départs enregistrés a augmenté de près de 30 %, soit 22 000 personnes. Les premières données pour l’année 2010 montrent que l’immigration a continué de régresser (5 200 entrées enregistrées en 2010) et que l’émigration enregistrée a fortement progressé au cours de cette période (83 600 personnes au total), mais ce phénomène semble principalement dû à l’obligation de se faire radier des registres si l’on veut éviter de payer les cotisations obligatoires d’assurance-maladie. Ces chiffres officiels rendent compte uniquement des émigrants qui quittent le pays pour plus d’un an et qui signalent leur départ. L’enquête sur la population active offre quelques estimations de l’émigration non déclarée. En 2009, celle-ci aurait recommencé à augmenter, représentant un tiers des flux totaux de départ.
Egalement disponible en: Anglais