Inégalités hommes-femmes

Inégalités hommes-femmes

Il est temps d'agir You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
19 déc 2012
Pages :
372
ISBN :
9789264179660 (PDF) ; 9789264179653 (imprimé)
DOI :
10.1787/9789264179660-fr

Cacher / Voir l'abstract

Les inégalités entre hommes et femmes se retrouvent dans tous les domaines de la vie économique et représentent une importante perte de richesse potentielle en termes de productivité et de niveau de vie, pour les intéressées elles-mêmes et pour l’ensemble de l’économie. Ce nouveau rapport de l’OCDE examine comment réduire au mieux les inégalités entre les sexes selon quatre axes : 1) les normes sociales et les politiques publiques ; 2) l’éducation ; 3) l’emploi ; et 4) l’entrepreneuriat.

Les messages clés sont les suivants :

• une plus grande égalité entre garçons et filles en ce qui concerne le niveau de formation atteint a un effet positif fort sur la croissance économique ;

• il faut lutter contre les stéréotypes dans le choix des études à l’école dès le plus jeune âge. Par exemple, il faudrait adapter les stratégies et le matériel pédagogique pour davantage inciter les garçons à lire et les filles à choisir les mathématiques et les sciences ; il faudrait encourager un plus grand nombre de jeunes filles à suivre des études dans les domaines scientifiques, de l’ingénierie et des mathématiques, au niveau des études supérieures, et à rechercher un emploi dans ces domaines ;

• des modes de garde d’enfant de qualité et d’un coût abordable sont un facteur clé pour faire progresser l’égalité entre hommes et femmes en matière d’emploi. Mais il faut aussi que les choses changent à la maison car ce sont les femmes, dans de nombreux pays, qui assument l’essentiel des tâches ménagères et des soins aux proches. Les politiques publiques peuvent favoriser ces évolutions, par exemple par des dispositifs en matière de congé parental qui incluent expressément les pères ;

• les mesures destinées à soutenir l’entrepreneuriat au féminin doivent viser toutes les entreprises existantes et pas seulement les entreprises en création et les petites entreprises. Il faut garantir l’égalité d’accès aux financements aux entrepreneurs hommes et aux entrepreneurs femmes.

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Avant-propos

    Au lendemain de la Grande récession, il est urgent d’examiner plus attentivement l’argument économique en faveur de l’égalité entre les hommes et les femmes, ainsi que la manière dont l’évolution du marché du travail pourrait améliorer les débouchés économiques pour les hommes comme pour les femmes.

  • Cliquez pour accéder:  Résumé

    L’égalité entre les hommes et les femmes n’est pas qu’une question d’autonomisation économique : elle est un impératif moral, une préoccupation de justice et d’équité qui recouvre de multiples dimensions – politiques, sociales et culturelles. Elle est aussi un facteur clé dans le sentiment de bien-être et de bonheur dont les individus eux-mêmes font état de par le monde.

  • Cliquez pour accéder:  Égalité hommes-femmes : L'argument économique, les normes sociales et les politiques publiques

    Encourager une plus grande égalité entre les hommes et les femmes et mieux utiliser les compétences sont des éléments indispensables pour une croissance forte et durable. Cette partie s’interroge sur la contribution de l’égalité entre hommes et femmes dans l’éducation et le marché du travail à la croissance économique. Elle s’intéresse également aux normes sociales discriminatoires qui restreignent le rôle économique et social des filles et des femmes, et aux politiques qui peuvent pallier ces normes et pratiques. Elle conclut sur la façon dont les institutions publiques mettent en place des politiques d’égalité hommes-femmes et sur les mécanismes institutionnels qui soutiennent la mise en place de politiques efficaces.

  • Cliquez pour accéder:  L'égalité hommes-femmes dans l'éducation

    Dans de nombreux pays en développement, les adolescentes sont moins susceptibles que les garçons d’entrer dans l’enseignement secondaire, alors que dans plusieurs pays de l’OCDE le niveau de scolarisation atteint par les femmes est aujourd’hui au moins égal à celui des hommes. Pourtant les filles ont toujours beaucoup moins de chance de suivre des études scientifiques et technologiques par rapport aux garçons. Cette partie s’intéresse à l’écart entre hommes et femmes dans les taux d’inscription et de scolarisation, et aux politiques pour y remédier, notamment le rôle des aides pour favoriser la parité dans l’éducation dans les pays en voie de développement. On examine les différences entre garçons et filles dans les résultats et les attitudes vis-à-vis de la lecture et des mathématiques, et les raisons pour lesquelles malgré de bonnes performances, les filles ont, dans de nombreux pays en développement, des difficultés à trouver un emploi à la fin de leur scolarité. On s’intéresse également aux raisons pour lesquelles les filles choisissent de préférence des filières littéraires plutôt que scientifiques et on s’interroge sur ce qui peut être fait pour lutter contre ce stéréotype. Pour conclure, cette partie examine l’écart entre les sexes quant à la culture financière et à la façon dont on peut s’assurer que les femmes ont autant de capacité que les garçons à organiser une gestion financière à long terme.

  • Cliquez pour accéder:  L'égalité hommes-femmes en matière d'emploi

    En comparaison avec les hommes, les femmes sont moins susceptibles d’occuper un emploi à plein-temps, ont plus de chances d’occuper un emploi à bas salaire et ont moins de chances de progresser professionnellement. En conséquence, les femmes continuent à gagner moins que les hommes et ont un plus grand risque de finir leur vie dans la pauvreté. Dans cette partie, on s’intéresse au nombre d’hommes et de femmes occupant un emploi salarié, qui travaillent à plein-temps, et comment le fait d’avoir des enfants et de vieillir affecte le modèle d’emploi et les revenus des femmes par rapport à ceux des hommes. On y constate que ce sont sur les femmes que reposent en premier lieu les reponsabilités familiales et domestiques, même quand elles travaillent à temps complet. Cette partie étudie également quels sont les avantages pour les entreprises de maintenir les femmes qualifiées dans l’emploi et de les encourager à participer aux conseils d’administration, quelle est leur représentativité dans les Parlements, les systèmes judiciaires et la haute fonction publique. Elle examine l’emploi des hommes et des femmes au lendemain de la crise et comment les femmes ont tendance à rester confinée dans les groupes les plus vulnérables au sein du secteur informel des pays en développement.

  • Cliquez pour accéder:  L'égalité hommes-femmes en matière d'entrepreneuriat

    Dans les pays de l’OCDE, les femmes entrepreneurs sont moins nombreuses que les hommes et les entreprises détenues par des femmes enregistrent généralement des bénéfices plus faibles. Cette partie s’interroge sur les raisons d’être de ces constats, ce qui pousse les femmes à créer une entreprise et les compétences qu’elles apportent dans leur emploi. Elle s’intéresse également aux raisons qui font que les entreprises détenues par des femmes enregistrent des profits plus faibles et que les femmes occupant un emploi indépendant travaillent moins, et gagnent moins, que les hommes occupant un emploi indépendant. Les femmes ont-elles plus de difficultés que les hommes à financer leur entreprise et créent-elles moins d’entreprises innovantes ? Pour conclure, cette partie examine les politiques qui soutiennent les femmes entrepreneurs dans les micro et les petites entreprises – notamment dans les pays en développement – en encourageant les entrepreneurs à sortir de l’illégalité et en se penchant sur leurs besoins spécifiques.

  • Cliquez pour accéder:  Note générale sur les graphiques et tableaux
  • Cliquez pour accéder:  Bibliographie
  • Ajouter à ma sélection