Uranium

Agence pour l'Energie Nucléaire

Frequency :
Biennal
ISSN :
2072-5329 (en ligne)
ISSN :
0252-9173 (imprimé)
DOI :
10.1787/20725329
Cacher / Voir l'abstract

Publié tous les deux ans, Uranium : Ressources, production et demande, plus connu sous le nom de « Livre rouge », est préparé conjointement par l'Agence de l'OCDE pour l'énergie nucléaire et l'Agence internationale de l'énergie atomique. Il est l’ouvrage de référence mondial sur l’uranium et se fonde sur des données officielles communiquées par 43 pays. Il présente les résultats d’un examen approfondi de l’offre et de la demande mondiales d’uranium, assorti d’un état statistique de l’industrie mondiale de l’uranium, notamment de la prospection, des ressources, de la production et des besoins des réacteurs. Il est enrichi de nombreuses informations nouvelles en provenance de tous les grands centres de production d’Afrique, d’Australie, d’Asie centrale, d’Europe orientale et d’Amérique du Nord. Il contient en outre des projections de la puissance nucléaire et des besoins des réacteurs en uranium, ainsi qu’une analyse de l’offre et de la demande d’uranium à long terme. Cette édition aborde principalement la hausse récente des prix et de la production, qui pourrait se traduire par de grands changements majeurs dans ce secteur.

Egalement disponible en: Anglais
 
Uranium 2007

Uranium 2007

Ressources, production et demande You do not have access to this content

Agence pour l'Energie Nucléaire

Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032e.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007_uranium-2007-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OCDE, AIEA
Date de publication :
20 nov 2008
Pages :
451
ISBN :
9789264047716 (PDF) ; 9789264047709 (imprimé)
DOI :
10.1787/uranium-2007-fr

Cacher / Voir l'abstract

Basé sur des données officielles communiquées par 40 pays, l’ouvrage Uranium 2007 présente les résultats d’un examen approfondi de l’offre et de la demande d’uranium au 1er janvier 2007, assorti de données sur la prospection, les ressources, la production et les besoins d’uranium liés aux réacteurs. Cette édition est enrichie de nombreuses informations nouvelles en provenance de grands centres de production d’Afrique, d’Australie, d’Asie centrale, d’Europe orientale et d’Amérique du Nord. Elle contient en outre des projections de la puissance nucléaire installée et des besoins des réacteurs en uranium jusqu’en 2030 ainsi qu’une analyse de l’offre et de la demande d’uranium à long terme. L’ouvrage constate qu’à la suite de l’augmentation de la demande et de la baisse des stocks, le prix de l’uranium a considérablement augmenté ces dernières années. L’industrie de l'uranium connaît donc un regain d’activité, mettant un terme à plus de vingt ans de sous-investissement.
Egalement disponible en: Anglais, Japonais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec002.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/expose-de-synthese_uranium-2007-2-fr
    • LIRE
    Exposé de synthèse
    Le présent ouvrage, intitulé Uranium 2007 : Ressources, Production et Demande, contient, en plus de chiffres actualisés relatifs aux ressources, les résultats du dernier examen en date des aspects fondamentaux du marché mondial de l’uranium, assorti d’un état statistique de l’industrie mondiale de l’uranium au 1er janvier 2007. Il constitue la 22ème édition de la publication, désormais connue sous le nom de « Livre rouge », et qui est parue pour la première fois en 1965. L’ouvrage contient des données officielles transmises par 40 pays (et une contribution de pays établie par le Secrétariat de l’AIEA) sur la prospection, les ressources1 et la production d’uranium, ainsi que sur les besoins des centrales nucléaires. Il propose des projections relatives à la puissance nucléaire installée et aux besoins en uranium des centrales nucléaires jusqu’en 2030. On y trouve aussi une analyse de l’offre et la demande en uranium à long terme.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec003.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/offre-d-uranium_uranium-2007-3-fr
    • LIRE
    Offre d'uranium
    Ce chapitre dresse un bilan, à l’échelle mondiale, de l’état actuel des ressources, de la prospection et de la production dans le domaine de l’uranium. On y trouvera en outre un exposé et une analyse des capacités théoriques de production à l’horizon 2030 dans les pays qui en ont fait état. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec004.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/demande-d-uranium_uranium-2007-4-fr
    • LIRE
    Demande d'Uranium
    Ce chapitre contient une brève description de l’état actuel et de la croissance prévue de la puissance nucléaire installée mondiale et des besoins en uranium des centrales nucléaires. On y trouvera, en outre, une analyse des relations entre l’offre et la demande d’uranium suivie d’une description des évolutions importantes du marché mondial de l’uranium. Les données relatives à 2007 et au-delà sont des estimations et les chiffres effectifs pourraient être différents. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec005.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/algerie_uranium-2007-5-fr
    • LIRE
    Algérie
    La prospection de l’uranium a commencé en Algérie en 1969. On a considéré que le bouclier précambrien du Hoggar et sa couverture sédimentaire tassilienne constituaient un environnement géologique favorable à la minéralisation en uranium. Les premières activités de prospection, effectuées aux moyens de levés radiométriques terrestres, ont révélé plusieurs anomalies radioactives (Timgaouine, Abankor et Tinef). En 1971, une campagne radiométrique aérienne a été réalisée sur l’ensemble du territoire, soit une superficie de 2 380 000 km2. Une fois dépouillées les données de cette campagne, plusieurs équipes de prospection ont été envoyées sur le terrain pour vérifier les anomalies. Ces activités ont conduit à la découverte d’un grand nombre de zones justifiant une prospection plus poussée de l’uranium: Eglab, Ougarta et le Tassili méridional (bassin de Tin-Seririne) où a été découvert le gisement de Tahaggart. Le suivi de la campagne radiométrique aérienne a également débouché sur l’identification des secteurs de Tamart-N-Iblis et de Timouzeline comme zones de prospection future de l’uranium. Simultanément, la recherche d’uranium est entrée dans une phase (1973-1981) axée principalement sur l’évaluation des gisements déjà découverts. Il s’en est suivi une seconde phase (1984-1987) caractérisée par un ralentissement marqué de l’effort de recherche ; toutefois, des études sur les flancs des gisements connus et dans les régions voisines ont mis à jour des zones susceptibles de contenir des minéralisations (par exemple, zone de Tesnou dans le nord-ouest et le nord de Timgaouine). Dans le bassin de Tin-Seririne (partie sud du Tassili dans le Hoggar), la cartographie géologique a débouché sur une caractérisation de la distribution des gisements uranifères dans les séquences sédimentaires du paléozoïque. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec006.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/argentine_uranium-2007-6-fr
    • LIRE
    Argentine
    Les activités de prospection de l’uranium en Argentine ont débuté en 1951-1952. Le gisement de Huemul, lié à des grès, a été découvert en 1954, lors d’une campagne de prospection de minéralisations cuprifères de type couche rouge. Le district de Tonco, comprenant les gisements de Don Otto et de Los Berthos renfermés dans des grès, a été décelé grâce à des levés géophysiques aéroportés effectués en 1958. Vers la fin des années 50 et au début des années 60, des levés aéroportés ont également conduit à la découverte, en Patagonie, du gisement de Los Adobes qui est lié à des grès.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec007.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/australie_uranium-2007-7-fr
    • LIRE
    Australie
    L’édition 2001 du Livre rouge fournit un bref historique des activités de prospection de l’uranium et de développement minier en Australie. Pour obtenir un historique complet de ces activités, il convient de consulter le document Australia’s Uranium Resources, Geology and Development Deposits disponible à l’adresse électronique suivante : www.ga.gov.au/about/corporate/ga_authors/uranium_resources.jsp
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec008.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/belgique_uranium-2007-8-fr
    • LIRE
    Belgique
    Jusqu’en 1977, on n’avait connaissance que de quelques indices d’uranium en Belgique. Ceux-ci étaient liés en général aux schistes noirs d’âge viséen supérieur-namurien dans le bassin de Dinant, et d’âge révinien dans le massif de Stavelot ou associés aux brèches de la craie du Viséen et du Frasnien dans le massif de Visé.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec009.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/bresil_uranium-2007-9-fr
    • LIRE
    Brésil
    C’est en 1952 que le Conseil national de la recherche du Brésil a entrepris la prospection systématique des minéraux radioactifs. Ces travaux ont permis de découvrir les premiers indices d’uranium à Poços de Caldas (État de Minas Gerais) et à Jacobina (État de Bahia). En 1955, un accord de coopération technique a été conclu avec le gouvernement des États-Unis en vue d’évaluer le potentiel uranifère du Brésil. Après la création de la Commission nationale de l’énergie nucléaire [Comissão Nacional de Energia Nuclear – CNEN], une division de la prospection minérale a été organisée, en 1962, avec le concours du Commissariat français à l’énergie atomique (CEA). 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec010.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/bulgarie_uranium-2007-10-fr
    • LIRE
    Bulgarie
    Les manifestations des minéralisations uranifères du gisement de Buhovo (à 25 km de Sofia) en Bulgarie sont connues depuis 1920, et les premières activités de prospection ont été menées en 1935. Une campagne d'exploration plus approfondie fondée sur des recherches technologiques et des calculs économiques a été réalisée en 1938 et 1939 en coopération avec des spécialistes allemands. Les 300 premières tonnes de minerai d’uranium ont été extraites en 1939. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec011.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/canada_uranium-2007-11-fr
    • LIRE
    Canada
    Au Canada, la prospection de l’uranium a débuté en 1942. Elle s’est initialement centrée sur le Grand lac de l’Ours (Territoires du Nord-Ouest) où on extrayait de la pechblende depuis les années 30. Après la deuxième guerre mondiale, des campagnes de prospection réalisées dans le bassin d’Athabasca (nord de la Saskatchewan) et dans la région d’Elliot Lake (Ontario) ont débouché sur le développement de mines supplémentaires. À la fin des années 60, des activités de prospection ont repris dans le bassin d’Athabasca où d’importants gisements d’uranium à haute teneur ont été découverts, puis mis en valeur. La dernière des mines d’Elliot Lake a fermé dans les années 90, et la Saskatchewan est désormais la seule province productrice d’uranium.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec012.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/chili_uranium-2007-12-fr
    • LIRE
    Chili
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec013.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/chine_uranium-2007-13-fr
    • LIRE
    Chine
    Avant les années 90, la prospection des ressources en uranium en Chine portait principalement sur les gisements uranifères de type granitique ou volcanique liés à des phénomènes hydrothermaux dans les provinces de Jiangxi, Hunan, Guangdong, ainsi que dans la région autonome de Guangxi, en Chine méridionale. Forte de l’expérience de plusieurs décennies de prospection du Service d’études géologiques (SEG), la Société nucléaire nationale de Chine (CNNC) a réussi à localiser quelques gîtes uranifères importants, comme les zones minéralisées de Xiangshan et Xiazhuang et le gisement de Chengxian, situés dans la zone orogénique de Chine méridionale. Ces gisements se trouvent surtout...
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec014.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/colombie_uranium-2007-14-fr
    • LIRE
    Colombie
    Jusqu’en 1962, aucune activité de prospection entreprise en Colombie ne concernait spécifiquement l’uranium. Le pays disposait uniquement de quelques données isolées collectées au cours d’études préliminaires. À partir de cette date, l’ancien Institut des affaires nucléaires (Instituto de Asuntos Nucleares, IAN) a commencé à s’intéresser à l’uranium et a réalisé des études sur le terrain. Des entreprises et organisations comme Agip, Enusa, Total, Minatome, Cogema, Coluranio et l’AIEA ont effectué des levés dans certaines régions des Andes et certains secteurs du bouclier guyanais, ce qui a permis de mettre en évidence quelques anomalies, notamment à Santa Elena (département de Norte de Santander), Berlín (département de Caldas), Zapatota, California, San Celestino et Contratación (département de Santander). 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec015.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/republique-tcheque_uranium-2007-15-fr
    • LIRE
    République tchèque
    Les activités de prospection de l’uranium en Tchécoslovaquie (RFTS), qui ont démarré en 1946 se sont rapidement développées en un programme à grande échelle venant étayer l’industrie d’extraction de l’uranium de ce pays. Un programme de prospection systématique, comprenant des levés géologiques, géophysiques et géochimiques et des travaux de recherche connexes, a été exécuté en vue d’évaluer le potentiel uranifère de l’ensemble du pays. Les zones renfermant un potentiel attesté ont été prospectées en détail au moyen de forages et par des méthodes en souterrain.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec016.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/egypte_uranium-2007-16-fr
    • LIRE
    Égypte
    Dans le cadre des utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire, le gouvernement égyptien avait prévu, au début des années 80, de construire une centrale nucléaire destinée à la production d’électricité. Dans d’autres projets de R-D on envisageait également d’utiliser l’énergie nucléaire pour le dessalement de l’eau de mer. Tous ces plans supposaient la mise en oeuvre de programmes de prospection de l’uranium. Ces programmes ont été entrepris par l’Autorité des matières nucléaires (AMN) égyptienne, qui est l’organisme gouvernemental chargé des matières nucléaires brutes au plan national. Les premières phases du programme prévoyaient la formation d’équipes de l’ANM à la prospection et aux tâches connexes. Plusieurs projets de coopération technique et des missions d’experts ont été réalisés à cette fin, essentiellement en collaboration avec l’AIEA. On peut distinguer trois grandes phases dans les activités de l’ANM depuis lors
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec017.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/finlande_uranium-2007-17-fr
    • LIRE
    Finlande
    Des activités de prospection de l’uranium ont été menées en Finlande de 1955 à 1989, d’abord par plusieurs organisations, et ensuite, à partir de la fin des années 1970, principalement par le Bureau de recherches géologiques. Depuis qu’ils ont été entrepris au début des années 70, les programmes régionaux de cartographie géophysique et géochimique aérienne ont joué un rôle important dans la prospection de l’uranium. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec018.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/france_uranium-2007-18-fr
    • LIRE
    France
    La prospection de l’uranium en France a commencé en 1946, focalisée sur des gîtes à minéraux d’uranium déjà connus et les quelques minéralisations trouvées au cours de la recherche de radium. En 1948, des travaux de prospection ont conduit à la découverte du gisement alors très important de La Crouzille. Dès 1955, des gisements étaient connus dans les granitoïdes du Limousin, du Forez, de la Vendée et du Morvan. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec019.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/allemagne_uranium-2007-19-fr
    • LIRE
    Allemagne
    Les sections suivantes résument les travaux de prospection de l’uranium effectués dans chacune des deux républiques allemandes entre la fin de la seconde guerre mondiale et la réunification du pays en 1990. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec020.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/hongrie_uranium-2007-20-fr
    • LIRE
    Hongrie
    Les premiers travaux de reconnaissance visant l’uranium ont débuté en 1952 lorsque, grâce à une participation soviétique, la radioactivité de matériaux provenant de gisements de charbon hongrois a été contrôlée. En 1953, les résultats de ces travaux ont débouché sur un programme de prospection géophysique par levés radiométriques aéroportés et au sol, portant sur la partie occidentale du massif de Mecsek. La découverte du gisement de Mecsek date de 1954. Les travaux ont eu ensuite pour objectif d’évaluer ce gisement et de le mettre en valeur. Les premiers puits ont été foncés en 1955 et 1956 en vue d’établir les installations minières 1 et 2. En 1956, la co-entreprise soviéto-hongroise dans le domaine de l’uranium a été dissoute, le projet passant sous la responsabilité exclusive de l’État hongrois. Cette même année a été marquée par le démarrage de la production d’uranium. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec021.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/inde_uranium-2007-21-fr
    • LIRE
    Inde
    En Inde, les débuts de la prospection de l’uranium remontent à 1949. Jusque vers le milieu des années 70, ces activités se sont principalement limitées aux provinces uranifères connues dans la ceinture de Singhbhum, Jharkhand et Umra-Udaisagar dans l’État du Rajasthan où une minéralisation de type filonien avait déjà été identifiée. Un gisement, situé à Jaduguda dans la zone de Singhbhum (État du Jharkhand) a été exploité dès 1967 et de nombreux autres gisements se trouvant dans des régions voisines ont été réservés en vue d’une exploitation future. Par la suite, sur la base de modèles conceptuels et d’une méthode de prospection intégrée, les recherches ont été étendues à d’autres zones présentant des conditions géologiques favorables. Cela a abouti à la découverte de deux principaux gisements 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec022.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/republique-islamique-d-iran_uranium-2007-22-fr
    • LIRE
    République islamique d'Iran
    Les premiers indices de minéraux radioactifs ont été identifiés en 1935 dans la région minière d’Anarak. En 1959 et 1960, dans le cadre d’un programme de coopération entre le Service géologique d’Iran (Geological Survey of Iran – GSI) et une société française, des études préliminaires ont été effectuées dans les régions d’Anarak et de Khorassan, au centre du pays, et dans la province de l’Azerbaïdjan, afin d’évaluer le potentiel uranifère de ces zones. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec023.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/japon_uranium-2007-23-fr
    • LIRE
    Japon
    Au Japon, les activités de prospection de l’uranium ont commencé en 1956 sous l’égide d’un organisme qui est ensuite devenu la Société pour le développement des réacteurs de puissance et des combustibles nucléaires (Power Reactor and Nuclear Fuel Development Corporation – PNC). Des ressources en uranium s’élevant à environ 6 600 t d’U ont été localisées dans le pays. Les activités sur le territoire national ont pris fin en 1988. Les activités de prospection de l’uranium menées à l’étranger ont commencé en 1966, principalement au Canada et en Australie, ainsi que dans d’autres pays, tels que les États-Unis, le Niger, la Chine et le Zimbabwe. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec024.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/jordanie_uranium-2007-24-fr
    • LIRE
    Jordanie
    En 1980, des levés spectrométriques aéroportés ont été effectués sur l’ensemble du territoire jordanien. Les anomalies qu’ils ont permis de déceler ont fait l’objet de levés radiométriques au sol qui se sont achevés en 1988. De 1988 à 1990, les zones cibles du socle précambrien et des grès ordoviciens ont été évaluées à l’aide de relevés cartographiques et/ou de levés géologiques, géochimiques et radiométriques. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec025.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/kazakhstan_uranium-2007-25-fr
    • LIRE
    Kazakhstan
    La prospection de l’uranium au Kazakhstan a débuté en 1948 sur le gisement de Kurdaï, dans le sud du pays. A cette époque, le Kazakhstan, aujourd’hui république indépendante, faisait partie de l’URSS. Les activités menées par la suite peuvent se subdiviser en plusieurs phases distinctes, en fonction des zones visées et des méthodes de prospection utilisées.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec026.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/republique-de-coree_uranium-2007-26-fr
    • LIRE
    République de Corée
    Dans le cadre de son programme de prospection, la Compagnie d’électricité de Corée (Korea Electric Power Corporation – KEPCO) a participé à un certain nombre de projets miniers à l’étranger, tels que le projet de Crow Butte au Nebraska (États-Unis), ainsi que les projets de Cigar Lake et Dawn Lake, en Saskatchewan (Canada). Cependant, elle a mis fin à sa participation à ces projets et vendu ses parts en 1999. La société Dae Woo, pour sa part, est partie prenante au projet de Baker Lake (Canada) depuis 1983.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec027.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/lituanie_uranium-2007-27-fr
    • LIRE
    Lituanie
    Les programmes de prospection entrepris par le passé n’ont pas permis de découvrir de gisements uranifères en Lituanie. Ce pays ne possède donc pas de ressources en uranium et ne mène actuellement aucune activité de prospection de l’uranium. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec028.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/malawi_uranium-2007-28-fr
    • LIRE
    Malawi
    La mine d’uranium de Kayelekera se trouve dans le district de Karonga (nord du Malawi), à environ 600 km par route de la capitale, Lilongwe. La production par extraction à ciel ouvert sera de 1 270 t d’U par an. L’exploitation de la mine devrait commencer en 2009 et durer entre sept et neuf ans. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec029.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/namibie_uranium-2007-29-fr
    • LIRE
    Namibie
    C’est en 1928 que le capitaine G. Peter Louw a découvert une minéralisation uranifère près des Montagnes de Rössing dans le désert du Namib. Pendant de nombreuses années, il s’est efforcé de promouvoir l’exploration de cette zone, mais ce n’est que vers la fin des années 50 que la société Anglo-American Corporation of South Africa y a mené des travaux de prospection par sondages et a effectué certaines reconnaissances souterraines. Étant donné les valeurs erratiques des mesures relatives à la teneur en uranium et les perspectives économiques médiocres pour l’uranium, la société Anglo-American Corporation a abandonné les recherches. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec030.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/niger_uranium-2007-30-fr
    • LIRE
    Niger
    La prospection de l’uranium dans la région de l’Arlit a commencé en 1956 et a été menée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), puis la COGEMA. La découverte de zones minéralisées a abouti à l’exploitation minière des gisements d’Arlette, d’Artois et d’Ariège par la Société des mines de l’Aïr (Somaïr), et des gisements d’Akouta et d’Akola par la Compagnie minière d’Akouta (Cominak). Les travaux de prospection exécutés le long de l’extension nord-ouest de la zone de cisaillement d’Arlette ont conduit à la découverte du gisement de Taza. La propriété de ce gisement a été conférée à la Société minière de Tassa N’Taghalgue (SMTT), créée à cet effet, mais cette dernière a concédé une partie de ses droits d’extraction à la Somaïr in 1986.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec031.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/perou_uranium-2007-31-fr
    • LIRE
    Pérou
    La prospection de l’uranium dans la région de l’Arlit a commencé en 1956 et a été menée par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA), puis la COGEMA. La découverte de zones minéralisées a abouti à l’exploitation minière des gisements d’Arlette, d’Artois et d’Ariège par la Société des mines de l’Aïr (Somaïr), et des gisements d’Akouta et d’Akola par la Compagnie minière d’Akouta (Cominak). Les travaux de prospection exécutés le long de l’extension nord-ouest de la zone de cisaillement d’Arlette ont conduit à la découverte du gisement de Taza. La propriété de ce gisement a été conférée à la Société minière de Tassa N’Taghalgue (SMTT), créée à cet effet, mais cette dernière a concédé une partie de ses droits d’extraction à la Somaïr in 1986.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec032.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/pologne_uranium-2007-32-fr
    • LIRE
    Pologne
    La prospection de l’uranium en Pologne a commencé en 1948. Les travaux entrepris ont débouché sur la mise en service du centre industriel de Kowary (Voïvodie de Basse-Silésie), destiné à exploiter les gisements d’uranium et traiter le minerai extrait. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec033.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/portugal_uranium-2007-33-fr
    • LIRE
    Portugal
    Les premiers gisements d’uranium-radium ont été découverts en 1907 et la première concession minière a été délivrée en 1909 pour le site de Rosmaneira, mais la première mine mise en exploitation a été Urgeiriça en 1913. La mine d’Urgeiriça a produit du radium jusqu’en 1944 (on estime que la production de 50 g de radium correspondait à la perte de 500 t d’U) puis de l’uranium entre 1944 et 1951. Entre 1945 et 1962, une entreprise privée à capitaux étrangers, la Companhia Portuguesa de Radium (CPR), a extrait et traité le minerai provenant d’Urgeiriça et de quelques autres mines situées dans le Beira Alta (centre du pays). La CPR a également procédé à des levés radiométriques, à une cartographie géologique détaillée, à l’excavation de tranchées et à une campagne intensive de forages avec diagraphie gamma dans les sondages d’exploration. Toutes les cibles étaient situées dans les formations granitiques hercyniennes du district de Beiras.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec034.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/federation-de-russie_uranium-2007-34-fr
    • LIRE
    Fédération de Russie
    Depuis les débuts de la prospection de l’uranium en 1944, plus de 100 gisements d’uranium à l’intérieur de quatorze districts uranifères ont été découverts dans la Fédération de Russie. Ces gisements peuvent se classer en trois groupes principaux : i) le district de Streltsovsk, qui renferme 19 gisements liés à des caldeiras volcaniques, où l’exploitation de certains gîtes est en cours ; ii) les districts du Trans-Oural et de Vitim, dans lesquels des gisements liés à des sédiments gréseux remplissant des paléovallées donnent lieu à une production d’uranium par lixiviation in situ (LIS), et iii) les autres districts uranifères renfermant de nombreux gisements de type filonien, volcanique et métasomatique, dont les ressources en uranium entrent dans une tranche de coût plus élevée et qu’il est prévu d’exploiter à l’avenir. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec035.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/republique-slovaque_uranium-2007-35-fr
    • LIRE
    République slovaque
    Des travaux de prospection de l’uranium ont été effectués dès les années 50 dans plusieurs régions de la République slovaque. Mais au vu des résultats de l’évaluation réalisée à l’époque, il avait été conclu que la République slovaque ne possédait pas de ressources en uranium présentant un intérêt économique. Aucune activité de prospection n’a été menée entre 1990 et 2005.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec036.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/slovenie_uranium-2007-36-fr
    • LIRE
    Slovénie
    La prospection de la zone de Žirovski Vrh a débuté en 1961. En 1968, la galerie P-10 donnant accès au corps minéralisé a été aménagée. L’exploitation minière a démarré en 1982 et la production de concentré d’uranium (yellow cake) a commencé en 1985. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec037.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/afrique-du-sud_uranium-2007-37-fr
    • LIRE
    Afrique du Sud
    La prospection de l’uranium en Afrique du Sud a débuté en 1944, à la suite du mouvement mondial de recherche de l’uranium lancé au début des années 40. À l’époque, on s’est surtout intéressé à l’uranium présent dans les conglomérats aurifères à galets de quartz du Supergroupe du Witwatersrand. Jusqu’à la crise pétrolière de 1973, les activités de prospection de l’uranium dans le bassin du Witwatersrand avaient toujours été menées à titre secondaire, en liaison avec la prospection de l’or. La multiplication rapide du prix de l’uranium par un facteur supérieur à cinq a déclenché une intensification des activités de prospection de ce métal et, en 1981, la production d’uranium a démarré dans la mine de Beisa, premier producteur d’uranium primaire en Afrique du Sud.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec038.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/espagne_uranium-2007-38-fr
    • LIRE
    Espagne
    La prospection de l’uranium a débuté en 1951 sur l’initiative de Junta de Energía Nuclear (JEN). Les premiers travaux ont porté sur les granites hercyniens de l’ouest de l’Espagne. C’est en 1957 et 1958 qu’ont été découverts les premiers indices dans les schistes précambriens à cambriens, notamment le gisement de Fe (province de Salamanque). En 1965, des travaux de prospection ont été entrepris dans des roches sédimentaires et le gisement de Mazarete a été découvert dans la province de Guadalajara. Les activités de prospection poursuivies par la société Empresa Nacional del Uranio, S.A. (ENUSA) ont pris fin en 1992. Celles menées dans le cadre de co-entreprises entre ENUSA et d’autres sociétés se sont prolongées jusqu’à la fin de 1994. Au cours de cette période, la majeure partie du territoire de l’Espagne a fait l’objet de levés au moyen de diverses méthodes adaptées aux différents stades des recherches. Une vaste couverture des zones les plus prometteuses a été réalisée à l’aide de levés radiométriques aéroportés et au sol. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec039.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/suede_uranium-2007-39-fr
    • LIRE
    Suède
    Des activités de prospection de l’uranium ont été menées au cours de la période 1950-1985. Cependant, à la fin de 1985, ces activités ont été interrompues en raison de la disponibilité de l’uranium à prix modiques sur le marché mondial. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec040.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/suisse_uranium-2007-40-fr
    • LIRE
    Suisse
    En juin 1979, le gouvernement fédéral a pris la décision d’encourager la prospection de l’uranium par l’octroi d’une subvention de 1.5 million CHF de 1980 à 1984. En 1980 et 1981, environ 1 000 km de galeries de recherche ont été creusées par une société privée dans le massif hercynien des Aiguilles- Rouges et dans les gneiss avoisinants. Les travaux limités réalisés à ce jour n’ont pas permis de se faire une idée précise des facteurs régissant la minéralisation, qui est à faible teneur et disséminée dans une zone dont la géologie est très complexe.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec041.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/turquie_uranium-2007-41-fr
    • LIRE
    Turquie
    La prospection de l’uranium en Turquie a commencé en 1956-1957 et s’est orientée vers la recherche de gisements de type filonien dans des terrains cristallins, par exemple dans des roches ignées acides et des roches métamorphiques. Ces activités ont permis de découvrir quelques minéralisations à pechblende qui, toutefois, ne constituent pas des gisements rentables. Depuis 1960, des études ont été consacrées aux roches sédimentaires qui entourent les roches cristallines et quelques petits corps minéralisés renfermant de l’autunite et de la torbernite ont été localisés dans différentes parties du pays. Au milieu des années 70, le premier gisement d’uranium associé à des minerais noirs, situé en dessous du niveau de la nappe phréatique, a été découvert dans la région de Köprüba??i. Des travaux de prospection récents ont également mis en évidence une minéralisation d’uranium dans des sédiments datant du Néogène dans la région de Yozgat-Sorgun, en Anatolie centrale.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec042.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/ukraine_uranium-2007-42-fr
    • LIRE
    Ukraine
    Le 3 novembre 2007 a été le jour anniversaire des 60 ans de l’organisation Kirovgeology, quiréalise aujourd’hui l’ensemble des travaux de prospection et des levés en Ukraine. Mais la prospection réalise aujourd’hui l’ensemble des travaux de prospection et des levés en Ukraine. Mais la prospection a commencé en Ukraine en 1944 dans le cadre d’une révision des activités de forages de puits réalisées antérieurement et d’aménagements miniers dans la zone nord du minerai de Krivoï Rog. Les gisements d’uranium de Pervomaïskoïe et Jeltorechenskoïe, découverts au cours de ces travaux, ont été exploités en 1967 et 1989, respectivement.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec043.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/royaume-uni_uranium-2007-43-fr
    • LIRE
    Royaume-Uni
    À la fin 19e siècle, des quantités minimes d’uranium ont été extraites de mines de Cornouailles, parallèlement à l’extraction d’autres minéraux, en particulier l’étain. Des campagnes systématiques de prospection ont été menées de 1945 à 1951, de 1957 à 1960, puis de 1968 à 1982, mais elles n’ont pas permis de localiser des ressources notables en uranium.
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec044.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/etats-unis-d-amerique_uranium-2007-44-fr
    • LIRE
    États-Unis d'Amérique
    De 1947 à 1970, le Gouvernement des États-Unis a favorisé le développement d’un secteur privé national de la prospection et de la production d’uranium en vue d’assurer les approvisionnements en uranium à des fins militaires et d’encourager les travaux de recherche et de développement visant les utilisations pacifiques de l’énergie atomique. À la fin de 1957, le nombre des nouveaux gisements d’uranium mis en production par le secteur privé et la capacité théorique de production s’étaient suffisamment accrus pour satisfaire les besoins prévus, et il a été mis fin aux programmes fédéraux de prospection. Le Gouvernement fédéral a maintenu un suivi des activités de prospection et de mise en valeur de l’uranium menées par le secteur privé afin de satisfaire ses propres besoins en matière d’informations. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec045.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/viet-nam_uranium-2007-45-fr
    • LIRE
    Viêt Nam
    La prospection de l’uranium a démarré dans certaines régions du Viêt Nam en 1955. Depuis 1978, un programme systématique de prospection régionale est poursuivi sur l’ensemble du territoire national. 
  • Cliquez pour accéder: 
      http://oecd.metastore.ingenta.com/content/6608032ec046.pdf
    • PDF
    • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/nuclear-energy/uranium-2007/annexes_uranium-2007-46-fr
    • LIRE
    Annexes
  • Ajouter à ma sélection