Revue de l'OCDE sur la gestion budgétaire

Publication arrêtée

Frequency :
Trimestriel
ISSN :
1684-3525 (en ligne)
ISSN :
1608-7151 (imprimé)
DOI :
10.1787/16843525
Cacher / Voir l'abstract
La Revue de l’OCDE sur la gestion budgétaire livre des enseignements sur les dispositions institutionnelles, les mécanismes et les instruments d’avant-garde qui permettent une affectation et une gestion efficaces des ressources dans le secteur public. Publiée quatre fois par an entre 2001 et 2004, la Revue est le produit phare qui diffuse les travaux du Groupe de travail des Hauts responsables du budget de l'OCDE. A partir de 2005, la Revue n'est plus publiée en français. La version anglaise est maintenant publiée dans le "OECD Journal" trois fois par an.
Egalement disponible en: Anglais
Article
 

Les agences : avantages et risques You do not have access to this content

 
Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/4204062ec002.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/governance/les-agences-avantages-et-risques_budget-v4-art14-fr
  • LIRE
Auteur(s):
Rob Laking
Date de publication
30 oct 2009
Pages
14
Bibliographic information
N°:
14,
Volume:
4,
Numéro:
4
Pages
7–29
DOI
10.1787/budget-v4-art14-fr

Cacher / Voir l'abstract

Cet article porte sur les avantages et les risques que comporte la création, hors du circuit normal des ministères et des départements, « d’agences » publiques régies par des règles spéciales de contrôle central et de fonctionnement interne. Dans les pays de l’OCDE, les économies en transition et le Tiers monde, un engouement pour les agences s’est déclaré pendant les années 80 et 90. Ces « agences » passent parfois pour un phénomène typiquement « anglo-saxon », une mode de la Nouvelle gestion publique illustrée par les Next Steps executive agencies au Royaume-Uni. Or, la plupart des pays de l’OCDE connaissent depuis longtemps plusieurs types d’organisations publiques à côté des ministères et, dans plusieurs d’entre eux, en dehors du Royaume-Uni, les fonctionnaires qui travaillent dans les « administrations centrales » sont minoritaires. Cette diversité de l’organisation ne s’explique-t-elle que par les traditions administratives nationales ou peut-on en tirer des enseignements sur l’adéquation des différentes formes d’organisation aux missions des administrations publiques ? Quels sont les avantages et les risques d’un génie génétique appliqué à l’organisation des administrations publiques ? Les économies en transition et les pays en développement peuvent-ils apprendre de l’expérience des pays de l’OCDE quelque chose d’utile sur les formes d’organisation de leur propre secteur public ?
Egalement disponible en: Anglais