Regards sur l'éducation : Panorama

Centre pour la recherche et l'innovation dans l'enseignement

Frequency :
Annuel
ISSN :
2076-3956 (en ligne)
ISSN :
2076-3948 (imprimé)
DOI :
10.1787/20763956
Cacher / Voir l'abstract
Regards sur l’éducation 2009 : Panorama présente une introduction annuelle - facile à lire - à la collection de données internationales comparables sur l'éducation. Comme son nom l’indique, ce panorama s’inspire de la publication phare annuelle de l’OCDE,  Regards sur l’éducation,  qui contient des statistiques sur l'éducation. Cependant, elle diffère de cette publication à plusieurs titres, surtout dans sa structure qui se compose de cinq parties portant sur les sujets suivants : les niveaux d'éducation et le nombre d'étudiants, les avantages  économiques de l'éducation, l'environnement scolaire ainsi que TALIS, les données internationales comparatives  sur les conditions de l'enseignement et de l'apprentissage.

En général ce panorama reprend la terminologie  de Regards sur l'éducation. Cependant à un ou deux endroits, la terminologie a été simplifiée. Pour de plus amples informations, les lecteurs devront se reporter au Guide du Lecteur. Les tableaux et graphiques de ce volume sont accompagnés d'un lien dynamique, Stalink, qui dirige le lecteur, pour chaque tableau, vers une page Web où les données correspondantes sont disponibles en format Excel®.
Egalement disponible en: Anglais
 
Regards sur l'éducation 2010 : Panorama

Regards sur l'éducation 2010 : Panorama You or your institution have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication :
09 sep 2010
Pages :
92
ISBN :
9789264087712 (PDF) ; 9789264087729 (HTML) ; 9789264086500 (imprimé)
DOI :
10.1787/eag_highlights-2010-fr
Egalement disponible en: Anglais

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Avant-propos
    Regards sur l’éducation 2010 : Panorama offre au lecteur un accès convivial à la série de statistiques, comparables à l’échelle internationale, recueillies par l’OCDE dans le domaine de l’éducation.
  • Cliquez pour accéder:  Guide du lecteur
    Cette section présente une partie de la terminologie utilisée dans cette publication et explique de quelle manière les lecteurs peuvent utiliser les liens indiqués pour obtenir des informations supplémentaires.
  • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Niveaux de formation et effectifs scolarisés

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Quel est le niveau de formation des adultes ?
      L’instruction est importante à la fois pour le présent, puisqu’elle dote chacun des savoirs et savoir-faire nécessaires pour jouer un rôle à part entière et efficace dans la société, et pour l’avenir puisqu’elle contribue à enrichir les connaissances scientifiques et culturelles. Cet indicateur montre le niveau d’études atteint par les adultes, mesure qui est souvent utilisée comme valeur indicative du « capital humain » ou des compétences disponibles au sein de la population et de la main-d’oeuvre d’un pays.
    • Cliquez pour accéder:  Qui a accès à l'éducation ?
      Il est essentiel pour le développement économique et social que les populations aient un bon niveau d’instruction; c’est pourquoi les sociétés ont réellement intérêt à s’assurer que les enfants et les adultes aient accès à un large éventail de possibilités de formation. Cet indicateur examine l’accès à l’éducation et son évolution de 1995 à 2008. Il porte principalement sur le nombre de jeunes qui poursuivent leurs études à l’issue de l’enseignement obligatoire.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'élèves du secondaire accèdent à l'enseignement supérieur ?
      Cet indicateur montre combien d’élèves vont au terme de l’enseignement secondaire et accèdent ensuite à une formation du supérieur. L’achèvement du deuxième cycle du secondaire ne garantit pas en soi que les élèves sont dotés des savoirs et savoir-faire de base nécessaires pour accéder au marché du travail ou entreprendre des études supérieures. Toutefois, les recherches ont montré que dans les pays de l’OCDE, les jeunes qui ne vont pas au terme du secondaire se heurtent à de sérieuses difficultés lorsqu’il leur faut trouver un emploi.
    • Cliquez pour accéder:  Combien de jeunes sont diplômés de l'enseignement supérieur ?
      Les taux d’obtention d’un diplôme du supérieur sont un indicateur du rythme auquel les pays produisent des connaissances de haut niveau. Les pays qui affichent des taux de diplômés d’études supérieures élevés sont également ceux qui ont le plus de chances de se doter ou de conserver une population active hautement qualifiée. Dans l’enseignement supérieur (dont la structure et les caractéristiques varient beaucoup selon les pays), les taux de diplômés dépendent à la fois du degré d’accès aux formations du supérieur et de la demande de personnel hautement qualifié sur le marché du travail.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'étudiants obtiennent leur diplôme au-delà de l'âge habituel ?
      De façon générale, les étudiants obtiennent leur diplôme de fin d’études secondaires avant l’âge de 20 ans et sont diplômés de l’enseignement supérieur aux alentours de 25 ans. Toutefois, dans un certain nombre de pays, les individus continuent leurs études bien au-delà de ces tranches d’âge. Bien que certains gouvernements prennent des mesures pour encourager les étudiants à tirer le meilleur parti de leur potentiel en ne tardant pas à intégrer l’enseignement supérieur et à y poursuivre leur progression, il est également important de s’assurer que les personnes désireuses de se former afin d’être compétitives sur le marché de l’emploi puissent achever leurs études à des âges plus avancés.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'étudiants quittent l'enseignement supérieur sans diplôme ?
      Cet indicateur examine la proportion d’étudiants qui entament des études supérieures mais qui n’obtiennent pas de premier diplôme. Le fait de ne pas obtenir de diplôme n’est pas forcément une preuve d’échec : dans certains pays, une seule année passée dans l’enseignement supérieur peut avoir des conséquences très positives sur les perspectives offertes à un étudiant sur le marché de l’emploi. Dans d’autres pays, les étudiants peuvent également conserver les crédits des modules obtenus lors d’une première phase d’études et terminer leurs études plus tard. Néanmoins, des taux d’abandon élevés peuvent être le signe que le système éducatif connaît des problèmes : les formations proposées peuvent ne pas être à la hauteur des attentes des étudiants ou de leurs aspirations professionnelles, ou ces derniers peuvent estimer qu’elles sont trop longues et qu’ils ne peuvent se permettre de rester inactifs aussi longtemps.
    • Cliquez pour accéder:  Avec quel succès les étudiants passent-ils de la formation à la vie active ?
      Cet indicateur évalue le nombre d’années pendant lesquelles les jeunes adultes sont susceptibles de faire des études, de travailler ou d’être sans-emploi. L’ensemble des pays de l’OCDE connaît de rapides changements au niveau social et économique qui rendent le passage vers la vie active plus incertain pour les individus les plus jeunes. Dans nombre de cas, les difficultés sont particulièrement importantes pour les jeunes adultes issus de l’immigration. Sous l’effet de la crise économique, le chômage de longue durée des jeunes adultes est susceptible d’augmenter dans la plupart des pays.
    • Cliquez pour accéder:  Les effets de la crise sur l'entrée dans la vie active
      La récession qui a suivi la crise financière de 2008 a conduit à une forte augmentation du chômage dans les pays de l’OCDE. D’ici la fin de l’année 2011, ceux-ci devront créer 15 millions d’emplois pour retrouver un taux d’emploi similaire à celui de la période précédant la crise. Cet indicateur examine les effets de la crise de l’emploi sur l’entrée des jeunes adultes dans la vie active.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'adultes participent à des activités de formation ?
      L’apprentissage et la formation à l’issue de la formation initiale sont essentiels pour améliorer les compétences de la main-d’oeuvre et élever le niveau global de compétence à la disposition de l’économie. Ceci s’avère d’autant plus vrai dans une période où les économies font face à la mondialisation, au progrès technologique, à la perte d’importance du secteur de la production au profit de celui des services et à des changements dans le domaine de l’emploi et de l’organisation du travail qui donnent plus de responsabilités aux travailleurs situés aux échelons inférieurs de la hiérarchie. L’évolution démographique constitue également un défi majeur : à mesure que les sociétés vieilliront, les travailleurs devront continuer à travailler plus longtemps, ce qui rendra indispensable de développer les compétences des actifs les plus âgés. Cet indicateur examine dans quelle mesure la population en âge de travailler participe à des activités de formation et investit dans ces activités.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'adultes s'informent sur les possibilités de formation ?
      Comme indiqué précédemment, l’apprentissage et la formation à l’issue de la formation initiale sont essentiels pour améliorer les compétences de la main-d’oeuvre. Toutefois, dans la plupart des pays, un nombre substantiel d’adultes – en particulier ceux disposant de niveaux de formation relativement faibles – ne participe pas à des activités de formation supplémentaires. Des services efficaces d’information, de conseil et d’orientation peuvent contribuer à créer des environnements d’apprentissage accessibles, à soutenir l’apprentissage à tout âge et dans un large éventail de cadres différents, et à amener les citoyens à gérer leur apprentissage et le travail qui en découle pour accroître la participation à la formation pour adultes. Cet indicateur s’intéresse au nombre d’adultes qui font usage de tels systèmes d’information et de conseil.
    • Cliquez pour accéder:  Combien d'étudiants partent suivre une formation à l'étranger ?
      Cet indicateur examine dans quelle mesure les étudiants partent suivre des formations à l’étranger. L’une des meilleures façons d’enrichir leur connaissance des autres cultures et des autres langues et de mieux se préparer à un marché du travail de plus en plus mondialisé consiste pour les étudiants à poursuivre leur formation supérieure dans des pays autres que le leur. Certains pays, en particulier dans l’Union européenne, ont mis en place des politiques et des dispositifs qui encouragent une mobilité de ce genre afin de favoriser les contacts interculturels et de contribuer à l’instauration de réseaux sociaux.
    • Cliquez pour accéder:  Dans quels pays les étudiants vont-ils suivre une formation ?
      Cet indicateur présente les destinations privilégiées par les étudiants et les sujets qu’ils étudient. L’internationalisation des systèmes d’éducation possède un effet social et pédagogique mais aussi économique. Certains éléments montrent d’ailleurs que plusieurs pays de l’OCDE ont déjà tendance à se spécialiser dans le genre de programmes d’éducation qu’ils proposent, et que l’internationalisation croissante de l’enseignement aura vraisemblablement un impact de plus en plus important sur l’équilibre économique des pays, grâce aux revenus générés par les droits de scolarité et la consommation sur place des étudiants en mobilité internationale. Les retombées économiques de l’internationalisation de l’enseignement supérieur peuvent aussi toucher les établissements d’enseignement; les étudiants internationaux peuvent également permettre d’atteindre la masse critique nécessaire pour accéder à la diversification de la gamme des programmes d’enseignements proposés.
    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Les avantages économiques et sociaux de l’éducation

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Quels avantages salariaux pour les diplômés du supérieur ?
      Cet indicateur étudie les revenus du travail relatifs des travailleurs selon leur niveau de formation. La variation des revenus du travail avant impôts entre les niveaux de formation est un indicateur probant de l’offre et de la demande d’éducation. Combinées aux données sur l’évolution des revenus du travail au fil du temps, les différences de revenus entre les niveaux de formation montrent bien dans quelle mesure les systèmes d’éducation sont ou non en adéquation avec la demande sur le marché du travail.
    • Cliquez pour accéder:  Quel est l'impact du niveau de formation sur les taux d'emploi ?
      Cet indicateur porte sur les liens existant entre le niveau de formation et l’emploi. Pour poursuivre leur développement, les économies et les marchés du travail des pays de l’OCDE sont tributaires d’une offre stable de travailleurs qualifiés. Les données relatives aux taux d’emploi et de chômage – et à leur évolution au fil du temps – fournissent par conséquent aux décideurs politiques des informations importantes à propos de l’offre, et de l’offre potentielle, de compétences sur le marché du travail et de l’attrait de ces compétences aux yeux des employeurs.
    • Cliquez pour accéder:  Quels facteurs incitent les individus à investir dans l'éducation ??
      Les efforts consentis pour poursuivre ses études au-delà du cursus obligatoire peuvent être envisagés comme un investissement pouvant générer des avantages, notamment des retombées financières à plus long terme. On investit dans sa formation de deux manières différentes : directement, par le paiement de droits de scolarité par exemple, et indirectement, en renonçant à des revenus potentiels lorsqu’on étudie et que l’on ne travaille pas (les « coûts »). Comme pour tout investissement, un rendement net actualisé peut être calculé. Dans ce cas, il est principalement déterminé par le fait que les personnes mieux formées gagnent plus et risquent moins d’être au chômage (les « bénéfices »). Lorsque le rendement est élevé, l’incitation financière à poursuivre des études est réelle.
    • Cliquez pour accéder:  Quels facteurs incitent la société à investir dans l'éducation ?
      Les retombées économiques de la formation ne concernent pas uniquement les individus, mais aussi les pouvoirs publics à travers des recettes fiscales supplémentaires lorsque les diplômés entrent sur le marché du travail. Ces revenus publics, qui tiennent également compte du coût de la formation pour les finances publiques, offrent une perspective supplémentaire sur les retombées globales de l’éducation. Bien sûr, il convient également de les étudier dans le contexte plus large des avantages que l’amélioration des niveaux de formation procure à la société et à l’économie.
    • Cliquez pour accéder:  Combien les diplômés coûtent-ils aux employeurs ?
      Les compétences détenues par les travailleurs d’un pays constituent un avantage considérable qui peut être source de bénéfices économiques sur le long terme. Mais l’ampleur de cet avantage subit l’impact des coûts impliqués – ce qui renvoie à la question suivante : combien coûte l’emploi de travailleurs qualifiés? Afin de répondre à cette question, cet indicateur examine les coûts relatifs à l’embauche de travailleurs disposant de différents niveaux de formation dans les pays de l’OCDE.
    • Cliquez pour accéder:  Quels sont les avantages sociaux de l'éducation ?
      L’amélioration de la santé de la population et le renforcement de la cohésion sociale comptent parmi les grandes priorités de l’action publique dans tous les pays de l’OCDE. Il existe un consensus sur l’importance du rôle que l’éducation peut jouer pour atteindre ces objectifs mais les certitudes quant aux moyens de parvenir à ce but sont beaucoup moins grandes. Cet indicateur analyse la relation entre le niveau de formation et des aspects du bien-être social (les « retombées sociales ») dans 27 pays de l’OCDE. Il étudie trois de ces retombées, qui sont en rapport avec la santé publique et la cohésion sociale : la perception de l’état de santé, l’intérêt pour la politique et la confiance interpersonnelle.
    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Le financement de l’éducation

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Quel est le montant des dépenses par élève/étudiant ?
      Cet indicateur montre le niveau combiné des dépenses publiques et privées dans l’éducation. Dans les débats sur l’apprentissage, l’exigence de qualité – qui peut être synonyme d’accroissement des dépenses par élève/étudiant – est souvent tempérée par le désir de ne pas augmenter les impôts. S’il est difficile de déterminer le niveau de dépenses requis pour préparer un élève/étudiant à la vie active, des comparaisons internationales peuvent fournir des points de référence pour la comparaison des ressources de l’éducation
    • Cliquez pour accéder:  Les dépenses par élève/étudiant ont-elles augmenté ?
      Cet indicateur montre si les dépenses d’éducation ont progressé ou chuté au cours des dernières années. Les décideurs sont soumis à une pression constante pour trouver les moyens d’améliorer la qualité des services d’éducation tout en élargissant l’éventail des possibilités d’accès, notamment dans l’enseignement supérieur. Sur la durée, les dépenses au titre des établissements d’enseignement tendent effectivement à augmenter, en grande partie du fait de l’augmentation des salaires des enseignants, suivant en cela l’évolution générale des rémunérations. Toutefois, un coût consacré à l’instruction des élèves/étudiants qui ne s’accompagne pas d’une amélioration des résultats éducatifs laisse se profiler le spectre d’une chute des niveaux de productivité.
    • Cliquez pour accéder:  Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l'éducation ?
      Cet indicateur fait état de la part de la richesse nationale qui est investie dans l’éducation. En d’autres termes, il montre quelle priorité un pays (c’est-à-dire le gouvernement, les entreprises privées et les élèves/étudiants et leur famille) accorde à l’éducation par rapport aux dépenses globales.
    • Cliquez pour accéder:  Quelle part des dépenses publiques est consacrée à l'éducation ?
      La part de l’éducation dans l’ensemble des dépenses publiques donne des indications sur l’importance accordée à l’éducation par rapport à d’autres domaines du secteur public, tels que la santé, la sécurité sociale et la sécurité nationale. Depuis 1995 environ, la plupart des pays de l’OCDE ont cherché à consolider les budgets publics et l’éducation a dû rivaliser avec de nombreux autres secteurs pour l’obtention des crédits publics. Cet indicateur évalue la variation des dépenses publiques d’éducation, en valeur absolue et par rapport à la taille des budgets publics.
    • Cliquez pour accéder:  Quel est le rôle des dépenses privées ?
      Cet indicateur montre que le financement des établissements d’enseignement est partagé entre entités publiques et privées, surtout au niveau de l’enseignement supérieur. Même si leur part reste considérable, les fonds publics apparaissent de moins en moins prépondérants dans les investissements en matière d’éducation, le financement privé prenant de plus en plus d’importance. Certains craignent que la balance ne se mette à trop pencher d’un côté, au point de décourager certains de ceux qui envisagent de suivre des études supérieures. Il est donc important d’observer la variation des parts publique et privée du financement afin de déterminer si ce phénomène influence l’évolution des modèles d’éducation et des taux de scolarisation.
    • Cliquez pour accéder:  Le montant des frais de scolarité des étudiants dans l'enseignement supérieur
      Cet indicateur examine la relation entre les frais de scolarité annuels, les dépenses publiques directes et indirectes d’éducation, et les aides publiques aux étudiants visant à couvrir leurs frais de subsistance. Les pouvoirs publics peuvent résoudre les questions d’accès à l’éducation et d’égalité des chances en subventionnant les frais de scolarité et en accordant des aides financières aux étudiants et à leur famille, en particulier aux étudiants issus de milieux modestes. Mais les modalités d’octroi de cette aide – sous forme de subvention, de bourse ou de prêt – sont un sujet de débat dans de nombreux pays.
    • Cliquez pour accéder:  À quoi les fonds destinés à l'éducation sont-ils utilisés ?
      Cet indicateur montre à quoi les pays de l’OCDE consacrent leurs fonds destinés à l’éducation, notamment leur répartition entre dépenses d’investissement (qui sont des postes exceptionnels, comme les bâtiments) et dépenses de fonctionnement (qui sont des postes réguliers, comme les salaires des enseignants). La répartition des fonds entre les différents postes au sein de ces deux catégories de dépenses peut avoir une incidence sur la qualité de service, l’état des moyens à disposition et la capacité des systèmes d’éducation à s’adapter au changement démographique et à l’évolution des tendances en matière d’inscription.
    • Cliquez pour accéder:  Que représentent les variations des dépenses consacrées aux coûts salariaux ?
      Depuis quelques années, les responsables de la politique de l’éducation montrent un intérêt marqué pour la relation entre les moyens mobilisés en faveur de l’éducation et les résultats obtenus. L’objectif des gouvernements est de veiller à ce que les budgets publics financent les postes de dépenses de la manière la plus efficiente possible tout en satisfaisant les besoins en matière d’éducation de l’ensemble de la population et les exigences économiques. Les nombreuses réformes mises en oeuvre au cours de la dernière décennie dans l’enseignement primaire et secondaire ont, de fait, eu un impact important dans ce domaine (voir l’encadré B7.2 dans Regards sur l’éducation 2010).
    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts L’environnement scolaire

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Combien de temps les élèves passent-ils en classe ?
      Cet indicateur examine le temps que les élèves passent dans le système d’éducation formel entre les âges de 7 et 15 ans. Le choix que font les pays concernant la durée de l’enseignement obligatoire et les matières obligatoires est un reflet des priorités nationales dans le domaine de l’éducation. Étant donné qu’une part importante des investissements publics dans l’éducation est absorbée par l’enseignement dispensé dans le cadre formel de la classe, le temps que les élèves passent à l’école est un facteur important pour déterminer le montant des financements à consacrer à l’éducation.
    • Cliquez pour accéder:  Combien y a-t-il d'élèves par classe ?
      Cet indicateur analyse la taille des classes, c’est-à-dire le nombre d’élèves par classe, dans l’enseignement primaire et dans le premier cycle de l’enseignement secondaire, ainsi que le taux d’encadrement (soit le nombre d’élèves/étudiants par enseignant) à tous les niveaux d’enseignement. La taille des classes fait l’objet de vifs débats dans de nombreux pays de l’OCDE. Si des tailles de classes réduites sont généralement perçues comme favorisant un enseignement de meilleure qualité, les observations relatives à l’influence de la taille des classes sur les résultats des élèves restent mitigées.
    • Cliquez pour accéder:  Combien les enseignants gagnent-ils ?
      Cet indicateur compare le salaire statutaire des enseignants en début de carrière, en milieu de carrière et à l’échelon maximal, dans l’enseignement public primaire et secondaire. Étant donné que les salaires des enseignants sont le principal poste de dépenses dans le budget de l’éducation, leur rémunération est un élément clé à considérer par les décideurs soucieux de préserver tant la qualité de l’enseignement que l’équilibre du budget de l’éducation.
    • Cliquez pour accéder:  Quel est le temps de travail des enseignants ?
      Cet indicateur analyse le temps de travail des enseignants, c’est-à-dire leur charge d’enseignement plus le temps qu’ils consacrent aux autres tâches qui ne sont pas l’enseignement proprement dit, telles que la préparation des cours et l’évaluation des élèves. Bien que les temps de travail et d’enseignement ne déterminent qu’en partie la charge de travail réelle des enseignants, ces deux variables permettent de mieux comparer les exigences des pays envers leurs enseignants et un rapport peut donc être établi entre ces dernières et l’attraction exercée par la profession. Le temps que les enseignants passent en classe est également l’un des facteurs qui influent sur les ressources financières que les pays doivent consacrer à l’éducation.
    • Cliquez pour accéder:  Qui sont les enseignants ?
      Cet indicateur présente un profil de la main-d’oeuvre enseignante. Mieux comprendre la main-d’oeuvre enseignante permet aux pays d’anticiper les pénuries d’enseignants et d’oeuvrer à rendre la profession plus attractive en tant que choix de carrière.
    • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les abstracts Section spéciale : droit au libre choix de l’établissement et influence des parents

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Cliquez pour accéder:  Quels choix s'offrent aux parents en matière d'établissements d'enseignement ?
      Cet indicateur analyse la nature et l’étendue du droit des parents au libre choix de l’établissement. Il examine tout d’abord l’étendue des choix offerts en matière d’enseignement en dehors des établissements publics avant de s’intéresser au degré de liberté laissé aux parents en matière de choix entre les possibilités offertes par l’enseignement public et l’enseignement privé. La question du libre choix de l’établissement a été l’objet de débats passionnés dans de nombreux pays. Ses partisans soutiennent que, parmi les nombreux avantages offerts, ce système laisserait la liberté aux parents de pouvoir quitter un établissement qui ne fournirait pas les résultats escomptés et permettrait aux établissements d’enseignement de mieux adapter leur offre de services aux besoins des élèves/étudiants. Les opposants au système y voient quant à eux une manière d’encourager un système éducatif à deux vitesses, dont bénéficieraient plus particulièrement les familles les plus aisées.
    • Cliquez pour accéder:  Les établissements sont-ils très réglementés ou autonomes ?
      Cet indicateur s’intéresse à l’autonomie des établissements d’enseignement – c’est-à-dire le degré de liberté dont ils disposent pour créer leurs programmes d’enseignement, promouvoir un point de vue religieux et fixer leurs règles d’admission, ainsi que la nécessité pour leurs élèves de passer les examens nationaux, entre autres questions. Pour qu’un véritable choix en matière d’établissement d’enseignement puisse avoir lieu, il faut que ces derniers affichent de réelles différences. Les parents peuvent ainsi prendre des décisions motivées, basées sur les profils scolaires ou les méthodes pédagogiques. Si les établissements sont tous les mêmes, ou à tout le moins, très similaires, le libre choix ne présente pas autant d’attrait et perd de sa substance. Les établissements fortement réglementés sont censés être plus similaires, avec pour conséquence le fait que la nature et la portée de la réglementation réduisent l’étendue du libre choix et son bien-fondé.
    • Cliquez pour accéder:  Les parents peuvent-ils influer sur les structures d'éducation de leur enfant ?
      Cet indicateur examine l’influence des parents – c’est-àdire la manière dont les parents peuvent faire usage de leur influence dans les établissements et la portée de cette influence. Il se concentre sur trois types de mise en application : la participation effective à la gouvernance; la possibilité de formuler des avis tout en ne participant pas de manière directe à la gouvernance; et la possibilité de déposer des plaintes ou des recours. Tout comme le libre choix de l’établissement, l’influence des parents peut contribuer de manière significative à mettre en lumière certains problèmes liés au système d’éducation.
    • Ajouter à ma sélection
  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Cliquez pour accéder:  Note statistique
    Faute de données suffisantes, le champ couvert par les indicateurs reste limité dans de nombreux pays. Cependant, les données portent en principe sur le système d’éducation dans son ensemble (sur le territoire national), quel que soit le statut ou le mode de financement des établissements d’enseignement à l’étude et quels que soient les mécanismes selon lesquels l’enseignement est dispensé. À une exception près, décrite cidessous, les catégories d’élèves/étudiants et les groupes d’âge sont en principe tous inclus : les enfants (y compris ceux qui ont des besoins éducatifs particuliers), les adultes, les ressortissants nationaux, les ressortissants étrangers ainsi que les élèves/étudiants qui suivent une formation à distance, un enseignement spécialisé ou adapté, ou encore une formation organisée par un ministère autre que le ministère de l’Éducation, à condition que l’enseignement dispensé ait pour principal objectif d’enrichir les acquis des intéressés.
  • Ajouter à ma sélection