Les indicateurs de l'éducation à la loupe

ISSN :
2226-7093 (en ligne)
DOI :
10.1787/22267093
Cacher / Voir l'abstract
Les indicateurs de l’éducation à la loupe est une série périodique de documents mettant en lumière des indicateurs spécifiques de la publication de l’OCDE Regards sur l’éducation qui présentent un intérêt particulier pour les décideurs et les professionnels du secteur de l’éducation. Composés d’un ensemble attrayant de textes, tableaux et graphiques décrivant des questions de premier plan sur les politiques et pratiques en matière d’éducation, ils fournissent une perspective détaillée et à l’échelle mondiale sur des sujets d’actualité aux niveaux d’éducation pré-primaire, primaire, secondaire et supérieur, ainsi que sur les résultats des adultes sur le marché du travail.
Egalement disponible en: Anglais
 

L'augmentation des dépenses privées affecte-t-elle le niveau des dépenses publiques et l'équité de l'accès à l'éducation, en particulier dans l'enseignement tertiaire ? You or your institution have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Date de publication
01 oct 2012
Bibliographic information
N°:
8
Pages
4
DOI
10.1787/5k8zs43l7b9p-fr

Cacher / Voir l'abstract

  • Entre 2000 et 2009, le montant des dépenses totales d’éducation en pourcentage du PIB s’est accru de 0.88 point de pourcentage, passant de 5.34 % à 6.22 %; cette augmentation provenait à la fois de sources publiques et privées.
  • Dans les pays de l’OCDE, 16.0 % des dépenses totales d’éducation, tous niveaux d’enseignement confondus, provenaient de sources privées en 2009, contre 12.2 % en 2000. Dans l’enseignement tertiaire, la part privée de ces dépenses est passée de 22.9 % à 30.0 % en moyenne, et de 7.1 % à 8.8 % aux niveaux primaire, secondaire, et post-secondaire non tertiaire.
  • L’augmentation des dépenses privées ne s’est pas accompagnée d’une diminution des dépenses publiques au titre de l’éducation ; on constate plutôt des taux de croissance différents pour ces deux sources de financement.
  • Au niveau national, l’augmentation de la part des dépenses privées au titre des établissements d’enseignement tertiaire n’est pas corrélée à une diminution de l’accès à l’enseignement tertiaire, ni des chances de pouvoir s’inscrire à ce niveau d’enseignement pour les élèves issus de milieux défavorisés.
Egalement disponible en: Anglais