Revue économique de l'OCDE

Publication arrêtée

Frequency :
Semestriel
ISSN :
1684-3444 (en ligne)
ISSN :
0255-0830 (imprimé)
DOI :
10.1787/16843444
Cacher / Voir l'abstract

La Revue économique de l’OCDE est publiée deux fois par an par le Département des affaires économiques. Elle contient des articles relevant de la macroéconomie appliquée et de l’analyse statistique, vus généralement sous un angle international. Ces articles sont tirés des travaux menés par les comités intergouvernementaux de l’Organisation, et incluent également des travaux dont les domaines ne sont pas du ressort du Département des affaires économiques. La revue est désormais publiée dans le « OECD Journal ».

Egalement disponible en: Anglais
 
 
 

Volume 2003, Numéro 1 You do not have access to this content

Date de publication :
26 jui 2004
DOI :
10.1787/eco_studies-v2003-1-fr
Egalement disponible en: Anglais

Cacher / Cacher / Voir les abstracts Articles

Sélectionner Sélectionner Date TitreCliquez pour accéder
  26 jui 2004 Cliquez pour accéder:  L'influence des politiques sur les échanges et l'investissement direct étranger
Stephen S. Golub, Dana Hajkova, Daniel Mirza, Giuseppe Nicoletti, Kwang-Yeol Yoo

Ce document évalue l’importance des politiques frontalières et non frontalières pour l’intégration économique mondiale. L’étude est axée sur quatre orientations largement préconisées : supprimer les restrictions explicites du commerce et de l’IDE ; promouvoir la concurrence intérieure ; améliorer la réactivité du marché du travail ; mettre en place des équipements infrastructurels de niveau approprié. L’analyse, qui couvre l’IDE et les échanges de biens et services, s’efforce de rendre compte des principaux mécanismes de mondialisation et de traiter la plupart des modes de fourniture de services transfrontières. En dépit d’une libéralisation généralisée ces deux dernières décennies, il apparaît possible de réduire encore les obstacles de politique économique à l’intégration des marchés de l’OCDE. Les barrières qui subsistent ont un impact notable sur les flux bilatéraux d’échanges et d’IDE, et les estimations donnent à penser que les réglementations intérieures anticoncurrentielles et les dispositions restrictives du marché du travail entravent l’intégration tout autant que les restrictions explicites du commerce et de l’IDE. A en juger par des scénarios de suppression de ces obstacles, une libéralisation plus poussée des échanges, de l’IDE et des marchés intérieurs des produits et du travail pourrait avoir des effets quantitatifs considérables sur l’intégration internationale ...

  26 jui 2004 Cliquez pour accéder:  Mesure des restrictions visant les investissements directs de l'étranger dans les pays de l'OCDE
Stephen S. Golub

Ce document présente de nouvelles mesures des restrictions visant les investissements directs étrangers (IDE) dans les pays de l’OCDE. Différentes sortes de restrictions sont considérées : les limites de la participation étrangère, les procédures d’examen sélectif ou de notification, et les restrictions concernant la gestion et les opérations des entreprises. Ces restrictions sont calculées pour neuf secteurs et onze sous-secteurs, dont la plupart relèvent du domaine des services. Les données sont ensuite agrégées en une mesure composite pour l’économie dans son ensemble. Selon ces indicateurs agrégés, ces deux dernières décennies, et plus particulièrement les années 90, ont vu un assouplissement considérable des restrictions frappant l’IDE. Les pays de l’OCDE sont désormais généralement ouverts aux IDE, même s’il subsiste des différences importantes d’un pays et d’un secteur à l’autre. Les pays les plus ouverts sont à présent européens, du moins en ce qui concerne les restrictions statutaires. La majorité des restrictions restantes se trouvent dans les services. Il n’y a presque plus de restrictions légales dans le secteur manufacturier ...

  26 jui 2004 Cliquez pour accéder:  La baisse des taux d'épargne privée durant les années 90 dans les pays de l'OCDE
Florian Pelgrin, Alain de Serres

La baisse substantielle des taux d’épargne privée observée dans plusieurs pays de l’OCDE durant la fin des années 90 a coïncidé dans bien des cas avec une forte hausse de la richesse financière nette des ménages. Ce phénomène a été interprété par plusieurs analystes comme indiquant que la forte augmentation des valeurs mobilières et immobilières durant cette période avait été traitée par les ménages comme une hausse permanente de la richesse, entraînant une baisse non soutenable de l’épargne, et faisant ainsi surgir la crainte d’un éventuel effet de richesse négatif. À l’aide de techniques d’estimation pour un panel d’équations dynamiques, cette étude examine les principaux déterminants de l’épargne privée pour un échantillon de 15 pays de l’OCDE et constate que la baisse de l’épargne observée après 1995 peut être largement expliquée par des déterminants fondamentaux autres que la richesse financière, y compris en période hors échantillon. Parmi ces déterminants, c’est la hausse de l’épargne publique qui a contribué le plus à la désépargne privée entre 1995 et 2000. À en juger par les résultats, il ne semble guère que les consommateurs aient réagi trop fortement au boom du marché boursier des années 90, même dans les pays où les taux d’épargnes ont tombés à des niveaux sans précédent. Par contre, les résultats donnent à penser qu’un assouplissement de ...

  26 jui 2004 Cliquez pour accéder:  Les relations financières entre l'État et les collectivités locales
Isabelle Joumard, Per Mathis Kongsrud

Le transfert de compétences budgétaires aux collectivités territoriales n'a pas toujours procédé de façon linéaire au cours des deux dernières décennies, malgré certains avantages reconnus. La décentralisation peut contribuer au renforcement du processus démocratique, permettre aux collectivités territoriales d'adapter l'offre de services publics aux préférences locales et introduire de la concurrence entre localités, permettant ainsi d'améliorer l'efficience du secteur public. La décentralisation peut néanmoins générer des pertes d'efficacité, rendre difficile la mise en place de politiques redistributives et compliquer la mise en oeuvre de politiques macroéconomiques cohérentes. Du côté des dépenses, la décentralisation peut être sous-optimale dès lors que sont importants les économies d'échelle et les effets de « spillover » géographique – effets fréquents car peu de biens publics sont des biens purement locaux par nature. Du côté des revenus, rares sont les assiettes fiscales qui peuvent être gérées au niveau local sans risquer de mettre en péril les objectifs nationaux ou de soulever des problèmes sérieux de redistribution. Cet article propose un cadre d'analyse des relations budgétaires entre l'État et les collectivités territoriales en s'appuyant sur les expériences mises en place dans différents ...

  26 jui 2004 Cliquez pour accéder:  Consolidations tarifaires, protection inutilisée et libéralisation des échanges agricoles
Peter Walkenhorst, Nora Dihel

Les précédentes évaluations quantitatives des effets de la libéralisation des échanges agricoles présumaient que les réductions négociées des tarifs consolidés se traduisent par une diminution correspondante des taux tarifaires effectivement appliqués. Toutefois, cette méthode surestime la réduction effective des tarifs appliqués et, partant, les avantages de la libéralisation des échanges, puisque les taux appliqués sont souvent très inférieurs aux tarifs consolidés dans les listes issues du cycle d’Uruguay. À l’aide de données sur les taux appliqués et consolidés et du modèle GTAP-CGE, les auteurs chiffrent l’ampleur du biais consécutif. Il apparaît que la distorsion des estimations est particulièrement prononcée pour les réductions tarifaires faibles et pour les pays où les écarts entre taux consolidés et taux appliqués sont importants. Afin d’éviter de formuler des avis erronés, les spécialistes de l’analyse quantitative des politiques soucieux d’informer les décideurs des effets probables de réductions tarifaires négociées devraient donc prendre en ...

Ajouter à ma sélection