Revue économique de l'OCDE

Publication arrêtée

Frequency :
Semestriel
ISSN :
1684-3444 (en ligne)
ISSN :
0255-0830 (imprimé)
DOI :
10.1787/16843444
Cacher / Voir l'abstract

La Revue économique de l’OCDE est publiée deux fois par an par le Département des affaires économiques. Elle contient des articles relevant de la macroéconomie appliquée et de l’analyse statistique, vus généralement sous un angle international. Ces articles sont tirés des travaux menés par les comités intergouvernementaux de l’Organisation, et incluent également des travaux dont les domaines ne sont pas du ressort du Département des affaires économiques. La revue est désormais publiée dans le « OECD Journal ».

Egalement disponible en: Anglais
 
 
 

Volume 2002, Numéro 2 You do not have access to this content

Date de publication :
30 sep 2003
DOI :
10.1787/eco_studies-v2002-2-fr
Egalement disponible en: Anglais

Cacher / Cacher / Voir les résumés Articles

Sélectionner Sélectionner Date TitreCliquez pour accéder
  30 sep 2003 Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1302352ec002.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/protection-sociale-et-croissance_eco_studies-v2002-art8-fr
  • LIRE
Protection sociale et croissance
Roman Arjona, Maxime Ladaique, Mark Pearson

Les dépenses sociales publiques s’élèvent à 25 pour cent du PIB, voire plus dans certains pays. Des dépenses d’une telle ampleur ont très vraisemblablement quelque effet sur la croissance, mais les avis divergent quant au sens dans lequel s’exerce cet effet. A partir de nouvelles sources de données et de techniques économétriques exploitant des données de panel, l’ouvrage jette un nouvel éclairage sur la question. Certaines observations viennent corroborer l’idée qu’un accroissement des dépenses sociales nuit à la croissance. Toutefois, des dépenses sociales « actives », – incluant les politiques actives du marché du travail, les mesures qui valorisent la reprise d’activité et les dépenses en faveur des services aux famille – semblent avoir l’effet opposé et sont peut-être favorables à la croissance.

  30 sep 2003 Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1302352ec003.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/production-et-utilisation-des-tic_eco_studies-v2002-art9-fr
  • LIRE
Production et utilisation des TIC
Dirk Pilat, Franck Lee, Bart van Ark

Le présent document examine les rôles du secteur de production de TIC et des principales industries utilisatrices de TIC vis-à-vis de la croissance globale de la productivité dans les pays de l’OCDE. Le secteur de fabrication des TIC, en particulier, se distingue dans de nombreux pays par des taux de croissance de la productivité très élevés, et contribue largement à la croissance de la productivité du travail en Corée, en Finlande et en Irlande. Dans quelques pays, et notamment en Australie et aux États-Unis, certains services utilisateurs de TIC ont aussi enregistré une reprise supérieure à la moyenne de la croissance de la productivité au cours de la seconde moitié de la décennie 1990. De plus amples réformes structurelles pourront s’avérer nécessaires pour que l’utilisation des TIC se traduise également dans les statistiques de productivité d’autres pays de l’OCDE. Par ailleurs, les différences observées selon les pays dans la mesure de la productivité des industries productrices et utilisatrices de TIC compliquent les analyses internationales.

  30 sep 2003 Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1302352ec004.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/ouverture-a-la-concurrence-et-efficacite-des-services-a-financement-public_eco_studies-v2002-art10-fr
  • LIRE
Ouverture à la concurrence et efficacité des services à financement public
Jens Lundsgaard

Les pays de l’OCDE ouvrent progressivement à la concurrence la fourniture de certains services financés sur fonds publics. Le présent article propose un cadre d’analyse axé sur les mécanismes d’incitation et sur les asymétries d’information qui existent entre les pouvoirs publics, en tant que mandants, et les prestataires de services financés sur fonds publics, en tant que mandataires, et examine comment ces aspects sont traités dans le cadre de différentes formes de concurrence. A partir de plusieurs exemples et en s’inscrivant dans une perspective très large, l’article examine dans quelle mesure les pays de l’OCDE ont ouvert les services financés sur fonds publics à la concurrence et quelles modalités ils ont choisi pour le faire. Utilisant une approche comparative, il tente d’expliquer les différences qui peuvent exister à partir des caractéristiques des services. Les principaux services étudiés sont l’éducation, l’accueil des jeunes enfants, les soins de longue durée pour les personnes âgées et les services de l’emploi. Pour ces services, qui s’adressent à des particuliers, il peut être intéressant de laisser aux usagers la possibilité de choisir parmi différents prestataires mais il faudra alors impérativement prévoir une régulation permettant d’agir sur les incitations adressées aux usagers et aux prestataires. Il est aussi possible d’organiser des appels d’offres et de recourir à la sous-traitance comme le font souvent, d’ailleurs, les pays de l’OCDE pour les services techniques et les services de soutien, même dans les domaines où les services aux usagers sont fournis via un monopole public. Pour l’instant, la prise en charge du financement des investissements d’infrastructure par le secteur privé est un phénomène relativement marginal.

  30 sep 2003 Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1302352ec005.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/ratios-fiscaux-pour-les-revenus-du-travail-et-du-capital-et-pour-la-consommation_eco_studies-v2002-art11-fr
  • LIRE
Ratios fiscaux pour les revenus du travail et du capital et pour la consommation
David Carey, Josette Rabesona

Le présent document présente les ratios fiscaux révisés calculés à partir d’hypothèses plus réalistes que celles retenues dans une étude précédente qui suivait la même approche (fondée sur les Statistiques des recettes publiques et les données des Comptes nationaux) pour évaluer la charge fiscale effective. Bien que les niveaux des ratios fiscaux révisés soient parfois très différents de ceux calculés précédemment, les deux séries de données sont généralement fortement corrélées. Cette étude présente également une analyse de sensibilité à l’assouplissement, dans toute la mesure du possible et pour des pays et des périodes données, de certaines hypothèses irréalistes qui continuent d’être retenues. L’effet en est souvent important sur les ratios fiscaux, en particulier pour ce qui est des revenus du capital, et les deux séries de données ne sont parfois plus si fortement corrélées. Ceci met en évidence la nécessité d’utiliser ces ratios conjointement avec d’autres indicateurs, tels que les taux d’imposition effectifs moyens, pour mener la démonstration jusqu’au bout.

  30 sep 2003 Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1302352ec006.pdf
  • PDF
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/la-bourse-le-marche-de-l-immobilier-et-le-comportement-des-consommateurs_eco_studies-v2002-art12-fr
  • LIRE
La bourse, le marché de l'immobilier et le comportement des consommateurs
Laurence Boone, Nathalie Girouard

Après l’euphorie boursière de la fin des années 90, les cours des actions se sont repliés, dans l’ensemble, depuis 2001. Les prix des logements, en revanche, ont continué de grimper, progressant plus rapidement que le niveau général des prix dans plusieurs pays. Ces évolutions ont entraîné un regain d’intérêt pour l’impact du prix des actifs sur la consommation et la demande globale. Ce document analyse l’influence des patrimoines financier et immobilier des ménages sur leur consommation, dans les pays du G7 (à l’exception de l’Allemagne). Il fournit des estimations de la sensibilité de la consommation à diverses formes de richesse et s’interroge, en procédant à des tests, sur les éventuelles variations de ces sensibilités au fil du temps. Il quantifie également l’impact des récentes évolutions des marchés financier et immobilier sur la consommation. Il ressort de ce document, premièrement, que pour tous les pays, les mécanismes de la richesse sont identifiés, deuxièmement, que ces effets varient considérablement d’un pays à l’autre et, troisièmement, que pour certains pays, leur importance a eu tendance à croître très nettement dans un passé récent.

Ajouter à ma sélection