Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2005 Numéro 1
Cacher / Voir l'abstract

Perspectives économiques de l'OCDE, Volume 2005 Numéro 1

L’ouvrage propose une évaluation par l’OCDE des perspectives économiques jusqu’à la fin 2006 pour la zone OCDE et le Brésil, la Chine et la Fédération de Russie. L’ouvrage montre que si le Japon et les États-Unis sont sortis de l’ornière, l’Europe peine à relancer durablement la machine, et examine les raisons de ce phénomène. La présente édition des Perspectives économiques de l’OCDE propose plusieurs scénarios à moyen terme à l’horizon 2010. Un chapitre spécial est consacré à la mesure et à l’analyse de l’inflation sous-jacente.

Cliquez pour accéder: 
Date de publication :
24 mai 2005
DOI :
10.1787/eco_outlook-v2005-1-fr
 
Chapitre
 

Italie You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Pages :
67–71
DOI :
10.1787/eco_outlook-v2005-1-9-fr

Cacher / Voir l'abstract

Après s’être redressée durant la plus grande partie de 2004, l’économie connaît une récession au début de 2005. Sous l’effet conjugué de la forte croissance des coûts unitaires de main-d’oeuvre, de l’appréciation de l’euro et de l’intensification de la concurrence mondiale dans les domaines de spécialisation de l’Italie, les parts de marché de ce pays se sont fortement réduites. La demande intérieure, auparavant soutenue par la vive croissance de l’emploi et la faiblesse des taux d’intérêt réels, se ralentit. On prévoit que l’activité se raffermira vers la fin de 2005, en raison d’une nouvelle reprise du commerce mondial, d’une amélioration de la productivité du travail et d’allégements d’impôts.
Des réformes structurelles sont nécessaires pour remédier aux facteurs responsables de la médiocre compétitivité de l’Italie. Les négociations salariales devraient être adaptées pour mieux tenir compte de l’évolution de la productivité. Les secteurs abrités devraient être plus largement ouverts à la concurrence pour réduire de manière décisive les coûts en aval et les pressions inflationnistes. La réduction de la dette devrait être accélérée pour permettre un allégement de la fiscalité et une augmentation des investissements en capital physique et humain.
Egalement disponible en: Anglais