Études économiques de l'OCDE : Zone Euro

Français
Frequency
Irregular
ISSN : 
1999-0812 (en ligne)
ISSN : 
1995-3755 (imprimé)
DOI : 
10.1787/19990812
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques consacrées périodiquement par l'OCDE à l’économie de la zone euro. Chaque étude analyse les grands enjeux auxquels le pays fait face. Elle examine les perspectives à court terme et présente des recommandations détaillées à l’intention des décideurs politiques. Des chapitres thématiques analysent des enjeux spécifiques. Les tableaux et graphiques contiennent un large éventail de données statistiques.

Egalement disponible en Anglais
 
Études économiques de l'OCDE : Zone Euro 2016

Dernière édition

Études économiques de l'OCDE : Zone Euro 2016 You do not have access to this content

Français
Cliquez pour accéder: 
    http://oecd.metastore.ingenta.com/content/1016132e.pdf
  • PDF
  • http://oecd.metastore.ingenta.com/content/102016132f1.epub
  • ePUB
  • http://www.keepeek.com/Digital-Asset-Management/oecd/economics/etudes-economiques-de-l-ocde-zone-euro-2016_eco_surveys-euz-2016-fr
  • LIRE
Auteur(s):
OECD
10 juin 2016
Pages :
84
ISBN :
9789264256408 (PDF) ; 9789264256415 (EPUB) ;9789264256392(imprimé)
DOI : 
10.1787/eco_surveys-euz-2016-fr

Cacher / Voir l'abstract

Études économiques de l'OCDE : Zone euro 2014 examine les développements récents, la politique et les perspectives économiques de ce pays. Ce rapport comporte une chapitre consacré à Rendre les finances publiques plus équitables et favorables à la croissance.

Egalement disponible en Anglais
loader image

Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Table des matières

  • Sélectionner Cliquez pour accéder
  • Statistiques de base de la Zone Euro, 2015

    Cette Étude est publiée sous la responsabilité du Comité d’examen des situations économiques et des problèmes de développement, qui est chargé de l’examen de la situation économique des pays membres.La situation économique et les politiques de la zone euro ont été évaluées par le Comité le 3 mai 2016. Le projet de rapport a ensuite été révisé à la lumière de la discussion et finalement approuvé par le Comité plénier le 20 mai 2016.Le projet de rapport du Secrétariat a été établi pour le Comité par Álvaro Pina et Jan Stráský sous la direction de Pierre Beynet. La recherche statistique a été assurée par Desney Wilkinson-Erb et l’assistance administrative a été assurée par Sylvie Ricordeau.L’Étude précédente de la zone euro a été publiée en avril 2014.

  • Abréviations et acronymes
  • Résumé

    La croissance s’est accélérée progressivement depuis deux ans, sur fond de politique monétaire très accommodante. L’effet de la politique budgétaire sur la demande intérieure est devenu globalement neutre. Toutefois, le chômage demeure très élevé dans de nombreux pays de la zone euro, tandis que l’investissement manque de dynamisme et que l’offre de crédit reste faible. L’inflation est nettement inférieure à l’objectif et les mesures des anticipations d’inflation tirées des marchés continuent à baisser. La résolution de ces problèmes étroitement liés supposera une action résolue et coordonnée des pays, visant à soutenir la demande globale et à raffermir le secteur financier, de manière à libérer l’expansion du crédit.

  • Évaluation et recommandations

    L’Europe a réalisé des progrès notables en termes de mobilisation et de renforcement de ses politiques et de ses institutions pour relancer son économie, après une récession à double creux, et améliorer sa gestion des crises. Une politique monétaire très accommodante a favorisé le redressement progressif de la croissance au cours des deux dernières années (graphique 1, partie A), et contribué à réduire les tensions sur les marchés des dettes souveraines (graphique 1, partie B). L’effet de la politique budgétaire sur la demande est devenu globalement neutre. Des éléments essentiels de l’union bancaire, tant en matière de surveillance que de résolution des défaillances, sont devenus opérationnels, améliorant la résilience du système financier européen. Alors qu’elle était au plus bas en 2013, la confiance dans le projet européen s’est redressée, même si elle reste nettement inférieure à son niveau d’avant la crise (graphique 2).

  • Progrès des réformes structurelles
  • Ajouter à ma sélection
  • Ouvrir / Fermer Cacher / Voir les résumés Chapitre thématique

    • Sélectionner Cliquez pour accéder
    • Rendre les finances publiques plus favorables à la croissance et à l'équité

      Dans la zone euro, la capacité des finances publiques à soutenir la croissance équitable s’est globalement détériorée. Face aux inquiétudes suscitées par le niveau élevé et croissant de l’endettement public, et parfois sous la pression exercée par les marchés, les autorités des pays ont procédé à un effort d’assainissement budgétaire massif en 2011-13 dans un contexte de conjoncture économique défavorable, ce qui est généralement considéré comme ayant contribué à intensifier et à prolonger la récession. Le processus d’assainissement s’est ensuite ralenti, mais les pays disposant d’une marge de manœuvre budgétaire ont peu utilisé la souplesse autorisée par les règles budgétaires de l’UE pour stimuler la demande globale dans la zone euro. De manière générale, la composition des dépenses est devenue moins favorable à la croissance du fait de coupes drastiques dans les investissements publics. Sur le plan des recettes, la fiscalité du travail, déjà élevée, s’est encore alourdie. Les réformes structurelles qui peuvent avoir des retombées positives directes sur la composition ou l’efficience des finances publiques ont marqué le pas.Si la plupart des leviers d’action permettant d’améliorer les finances publiques restent situés au niveau des pays, les politiques européennes et nationales peuvent se renforcer mutuellement dans les domaines de la gouvernance budgétaire et de l’investissement public. Pour faire en sorte que l’orientation budgétaire de l’ensemble de la zone euro contribue à alimenter la reprise, les pays qui disposent d’une marge de manœuvre budgétaire au sens des règles du Pacte de stabilité et de croissance devraient recourir à l’appui budgétaire pour stimuler la croissance, et il faudra mettre à profit les dispositifs d’incitation existants et la souplesse prévue par les règles en vigueur pour poursuivre la réforme des politiques fiscales et de dépenses. Au niveau national, il est essentiel de poursuivre l’amélioration des cadres budgétaires, y compris en adoptant des règles de dépenses et en procédant à des examens réguliers des dépenses. Pour promouvoir la formation de capital et rendre celui-ci plus efficace, les ressources budgétaires de l’UE disponibles pour l’investissement devraient être déployées de façon à créer un effet d’attraction sur les fonds publics et les financements privés nationaux et à rendre l’investissement plus productif. À l’échelon national, des investissements mieux coordonnés entre les différents niveaux d’administration et des capacités administratives renforcées conféreraient aux investissements une efficience accrue.

    • Ajouter à ma sélection
 
Visit the OECD web site