Études économiques de l'OCDE : Zone Euro 2012
Cacher / Voir l'abstract

Études économiques de l'OCDE : Zone Euro 2012

Les Études économiques de l'OCDE : Zone Euro 2012 examine les développements économiques récents, les politiques et les perspectives économiques, déséquilibres et gouvernance de la Zone euro et réformes structurelles et leur impact à court terme.
Cliquez pour accéder: 
Date de publication :
27 mars 2012
DOI :
10.1787/eco_surveys-euz-2012-fr
 
Chapitre
 

Des réformes structurelles pour équilibrer la croissance et corriger les déséquilibres You do not have access to this content

Cliquez pour accéder: 
Auteur(s):
OCDE
Pages :
65–90
DOI :
10.1787/eco_surveys-euz-2012-5-fr

Cacher / Voir l'abstract

Il est nécessaire de mener des réformes structurelles pour restaurer une croissance durable et équilibrée dans la zone euro. En l’absence de réformes, les perspectives de croissance à moyen terme sont faibles, et l’augmentation de la productivité de la main-d’œuvre risque de ralentir à l’avenir. Un programme ambitieux de réformes structurelles pourrait transformer ces perspectives et relever sensiblement la croissance à moyen terme, améliorer la soutenabilité de la dette publique et privée, créer des emplois et dynamiser les revenus. Pour réaliser de tels progrès, les mesures adoptées devraient porter sur un large éventail de domaines, dont la réglementation des marchés de produits, les institutions du marché du travail, les prestations sociales et les régimes fiscaux.Certaines réformes auraient déjà des effets positifs sur la croissance à court terme, même s’il est probable que les avantages à long terme ne se matérialiseront qu’après un certain temps. Il est possible que certaines réformes aient une incidence immédiate négative, mais l’accent mis sur ce risque est souvent exagéré. Les programmes de réformes devraient être conçus de manière à trouver le meilleur compromis entre les effets à court et à long terme, mais aussi tenir compte de considérations d’économie politique. Les bienfaits à court terme pour la croissance peuvent être favorisés par une bonne communication et des engagements crédibles, ainsi que par un bon fonctionnement du système financier.Les déficiences du cadre des politiques structurelles ont contribué à l’accumulation de déséquilibres dans la zone euro ; c’est le cas par exemple de la réglementation restrictive frappant les marchés de produits, qui a freiné l’investissement, ou des instances de détermination du niveau des salaires qui ont laissé dériver les rémunérations par rapport à la productivité ou ont engendré une croissance faible. Les réformes contribueraient à résoudre et éviter les déséquilibres en s’attaquant à leurs causes sous-jacentes. Dans les économies excédentaires, des réformes structurelles – surtout dans le secteur des services – pourraient faciliter l’investissement et l’activité intérieure. Dans les pays à endettement élevé avec d’importants déséquilibres, les réformes devraient viser à relever la productivité de façon à rendre la dette plus soutenable, à éviter le chômage structurel, à attirer des capitaux étrangers et à faciliter l’ajustement des salaires et des prix de façon à regagner en compétitivité. Ces réformes devraient créer des conditions favorables pour le développement de nouvelles activités, en particulier dans les secteurs tournés vers l’exportation.

Egalement disponible en: Anglais